Catégorie : Les addicts au tricot

Comment Tricoter un Pull Idéal pour Soi


Dans cet article, je vais vous présenter 6 pulls que j’ai réalisés grâce à la classe Mon Pull Idéal. Cet article reprend à l’écrit ce qui est dit dans cette vidéo.

C’est une classe qui vous permet d’apprendre à réaliser un pull sur mesure, mais également un pull à votre goût. Ici, je vous présente les choix que j’ai faits personnellement, mais bien entendu, chacun est libre de se faire son propre pull idéal. La Classe Mon Pull Idéal a justement pour but de vous enseigner comment tricoter un pull idéal pour vous de A à Z.

1) Le T-shirt BlueMoon

Je vous présente ici un premier Pull qui est en fait un tee-shirt. Je l’ai réalisé avec un fil de Ma Petite Laine. C’est du mérinos et le coloris était BlueMoon. C’est un joli bleu marine profond. Alors pour le col, j’ai choisi de faire un col V profond et il est décoré avec des côtes torses. Même chose pour le petit détail au niveau des manches et tout en bas du corps. C’est un pull assez long que je peux rentrer à l’intérieur d’un pantalon ou d’une jupe, ou porter par dessus un pantalon par exemple.

2) La Marinière

Ensuite, je vous présente ma marinière qui est aussi tirée de la classe Mon Pull Idéal. J’ai choisi tout simplement de faire une marinière classique. Pour le fil, il s’agit de la Méri DK de Madelaine et Filibert. C’est un fil que j’aime beaucoup, qui dure très bien dans le temps. Ici, ce sont les coloris: Liège pour le blanc et Nancy pour le marine. Je la voulais assez flottante, donc j’ai fait un corps plutôt large qui s’évase vers le bas. Et même chose pour les manches. J’ai choisi de les réaliser relativement larges. Les finitions sont faites en côtes 2/2 pour le col, le bas des manches et le bas du buste.

Il y a une bande de boutonnage avec des boutons en bois. Elle se situe au niveau d’un des raglans. Ce sont de vraies boutonnières, ce qui lui donne un aspect plus authentique.

3) Le Pull Vert Printemps

Ici, il s’agit de mon pull Vert Printemps. C’est un pull que j’ai encore réalisé avec de la laine Méri DK de Madelaine et Filibert, ici, c’est le coloris New Dublin.

J’ai voulu un petit pull un peu rétro. Il a une forme plutôt des années 70. Il est ajusté au niveau des manches. Il est court et s’arrête juste après la taille. La taille est resserée. Les poignets sont réalisées en côte Torses 1/1. J’ai choisi de faire une large bande au niveau du bas du buste, en côte 2/2 Torses. J’ai réalisé un col V profond car il me semble que c’est la forme de col qui convient le mieux à ma silhouette. La bande d’encolure est très fine et elle est réalisée avec des côtes 1/1 torses.

Si vous ne connaissez pas les côtes torses, voici une vidéo qui vous les présente:

4) Le Pull Rouloté

Ce pull roulotté bleu ciel, je l’ai réalisé au moment de créer la Classe Tricot, « Mon Pull Idéal ». Si vous vous inscrivez à la classe, vous le reverrez en vidéo à l’intérieur car je m’en suis servi pour plusieurs tutos en vidéo.

C’est un pull parfait pour les débutantes. Pour toutes celles qui viennent d’apprendre à tricoter, c’est un pull tout à fait accessible. Donc ici, c’est un col V classique et toutes les bordures sont faites en jersey qui roulotte naturellement. Je l’ai énormément porté durant ces quatre dernières années. Il est extrêmement doux désormais. Il est très facile à porter au quotidien car il est bien long et très confortable.

Ici aussi, c’est aussi la Méri DK de Madelaine et Filibert. Et c’est le coloris Annecy qui est un très joli bleu ciel.

5) Le Pull Torsadé

Ensuite, je vous présente un petit pull torsadé avec un col rond profond. Bien entendu, vous pouvez faire ce col rond profond sur d’autres pulls sans torsades. Et bien entendu les torsades, vous pourrez les placer sur un pull avec un col rond classique.

Ici, c’est un fil d’Une Louve dans les Bois avec le coloris « Ruée vers l’or » en Mérino DK 115. Avec la vidéo, je me suis rendue compte qu’avec ce fil, j’aurais gagné à alterner les écheveaux. Heureusement dans la vraie vie, la différence entre les écheveaux se voit beaucoup moins. C’est un fil très doux et la couleur est très riche. Pour les personnes qui aiment le moutarde (comme moi), je trouve que c’est un magnifique moutarde qui vibre fort.

Ici, la coupe est assez rétro aussi. Le pull est court et près du corps. La taille est marquée. Il se porte bien sur des jupes taille haute. Les torsades ajoutent de la richesse au pull et le rendent encore plus précieux. Ce modèle est présenté en détails dans la Classe Tricot et il est tout à fait accessible si vous n’avez jamais tricoté des torsades.

Si les torsades vous tentent, cet article explicatif vous présentera comment les réaliser:

Comment tricoter des torsades

Sur les poignets, j’ai ajouté des petites torsades comme un rappel des grandes torsades. Jai fait des côtes également assez longues en bas du buste. Cela permet de marquer joliment la taille.

6) Le Petit Pull d’été

Enfin, je vous présente un petit pull d’été. Ici, c’est le col rond classique. J’ai fait des manches courtes et un buste très court puisque je voulais porter ce petit pull par dessus une robe. Quand les soirées se rafraîchissent, par exemple, c’est un petit pull très agréable à porter. Ici, j’ai choisi une couleur rose sur laquelle j’avais craqué dans la boutique en bas de chez moi.

Rien de mieux que de tricoter du rose pour voir la vie en Rose !

Il s’agit du fil Touring de Lang qui est un fil de laine tout simple. Mais j’avais vraiment aimé cette couleur. La finition en bas du buste est en côtes 1/1 pour resserrer un peu le bas du petit pull sous la poitrine. J’ai d’ailleurs réalisé quelques diminutions sous la poitrine pour éviter qu’il ne soit trop large à ce niveau. Les finitions des manches et du col sont en côtes 1/1 également.

Conclusion

J’ouvre la Classe « Mon Pull Idéal » environ tous les trois mois. Elle s’adresse aux grands débutants comme aux tricoteuses plus expertes. L’avantage de cette classe est de vous enseigner à vous tricoter des pulls sur mesure comme vous aimez. Ce sont toujours vos goûts qui prévalent.
Vous choisissez simplement quelques détails comme la forme du col, l’aisance et les longueurs. Vous allez donc pouvoir en faire plusieurs selon vos envies.

Le but, ce n’est pas de se tricoter qu’un seul pull, mais de se tricoter toute une garde robe avec des pulls qui vous font vraiment plaisir et que vous aimez autant que j’aime les miens.

Vous pourrez vous faire des pulls pour toutes les occasions. Si cette Classe vous intéresse, je vous invite à rejoindre ma communauté. Vous recevrez ainsi mes petits mots réguliers et serez tenues au courant des ouvertures des inscriptions. Pour vous inscrire, suivez ce lien: Je m’inscris à la communauté du Blog Tricot

Je vous dis à très bientôt et je vous souhaite un bon tricot.

Tricoter un gilet parfait

Cet article vous offre quelques astuces et techniques pour vous tricoter un gilet parfait facilement. Je vous partage les éléments essentiels qui vous permettront d’obtenir un gilet avec de belles finitions.

Je vous présente aussi 6 gilets que j’ai réalisés grâce à la formation « Mon Gilet Parfait ». Cette Classe Tricot vous enseigne comment créer un gilet selon vos envies et à vos mensurations.

Cela pourra vous donner des idées de gilets différents. Vous verrez qu’il existe un gilet pour chaque occasion !

1) Les boutonnières

Comme vous le verrez un peu plus bas, il est possible de créer des gilets sans boutonnières. Si vous préférez pouvoir boutonner votre gilet, le mieux est de préparer en amont cette étape.

Le patron vous conseille souvent une taille de bouton et une taille de boutonnière. Malgré tout, je préfère toujours faire un tout petit échantillon pour vérifier que la boutonnière préconisée correspond bien à mon bouton et à ma manière de tricoter.

Cet échantillon peut être tout petit et vite tricoté. Il vous permettra de vous assurer que la boutonnière ne sera pas trop lâche ou trop petite.

Voici une vidéo qui vous partagera d’autres petites astuces pour réussir vos boutonnières.

2) Les lisières

Si vous tricotez la bande de boutonnage en même temps que les devants du gilet, vous veillerez à bien soigner l’aspect des mailles lisières.

Vous ne changerez JAMAIS le fil au niveau des bandes de boutonnage. Il vaut mieux le changer au niveau d’un endroit qui sera par la suite cousu. Dans le cas d’un tricot circulaire, le mieux est également de changer le fil sous l’aisselle.

Quelque soit le point de votre bande de boutonnage, je vous présente une technique qui permet d’obtenir une maille lisière impeccable à tous les coups. La finition sera ainsi délicate et votre gilet paraitra bien fini.

En vidéo, ce petit tuto vous présente comment réaliser une belle maille lisière et ce qui est magique, c’est que cela fonctionnera pour tous vos gilets.

Si vous souhaitez apprendre à réaliser des finitions impeccables sur vos tricots, je vous conseille de vous inscrire à mon Challenge Gratuit: Une semaine pour apprendre à faire des finitions parfaites.

3) Mes Six Gilets très différents

Je vous présente ici 6 gilets très différents que j’ai tricotés pour moi. Ils sont tous tricotés à partir de la Classe Tricot « Mon Gilet Parfait », une formation en vidéo qui vous permet de personnaliser vos gilets à votre goût. Et cela tout en respectant vos mensurations. Si cette classe vous intéresse, je vous conseille de rejoindre la communauté du Blog Tricot pour être tenue informée des ouvertures de classe (environ tous les 3 ou 4 mois pour celle-ci). Pour vous inscrire au blog tricot, c’est ici, clic, clic.

a) Le Gilet Cocooning

J’ai choisi de faire un gilet long avec un col large pour des instants cocooning chez moi. C’est le gilet idéal à enfiler par dessus un pull.

La laine est la Malou de Lang, elle s’adoucit au fil des lavages. Après avoir porté ce gilet intensément pendant plus de deux ans, la laine s’est un petit peu distendue mais rien de bien méchant.

J’ai choisi de faire 2 poches sur ce gilet, elles ont été réalisées sans couture. Je porte énormément ce gilet-veste, je le trouve très pratique et confortable. Son col large me permet de bien m’envelopper dedans et c’est très agréable.

b) Le Gilet Torsadé

Ce gilet est également sans boutonnière. Il est davantage prêt du corps et se porte très bien sur un chemisier ou un T-shirt.

Le fil choisi ici est la Méri DK de Madelaine et Filibert. C’est un fil que j’aime énormément car il est très régulier. Les mailles sont bien rondes, il est extrêmement agréable à tricoter. C’est aussi un fil qui ne bouge pas avec le temps. Il reste impeccable malgré les lavages. J’aime beaucoup les coloris de Madelaine et Filibert, ici, il s’agit du coloris Londres.

Sur ce gilet, je me suis amusée à ajouter des torsades. Les bandes de boutonnages sont décorées de torsades. On retrouve un motif torsadé sur le bas du corps et au niveau des manches.

c) Le Gilet Doré

J’ai souhaité avoir un gilet bien chaud que je pourrai boutonner. J’avais aussi envie de poches pratiques et esthétiques. Les poches de ce gilet se réalisent également sans couture.

Je porte beaucoup ce gilet et la laine est restée impeccable. Il s’agit du fil Gilliatt de De Rerum Natura. Un fil que j’ai trouvé un peu trop rustique au premier abord. Il n’est pas doux mais plutôt sec. Mais son énoooorme avantage, c’est de rester stable au fil du temps, la couleur reste également identique à la couleur d’origine. C’est donc un fil que je conseille, en particulier si vous aimez les points fantaisie car il les met très bien en valeur. Ici, j’ai fait les détails des poches, des bas de corps et de manches et de la bande de boutonnage au point de riz et ce fil le fait bien ressortir.

Par contre si votre premier critère, c’est la douceur, un autre fil vous conviendra bien mieux. Ce fil ne pique pas mais il n’est pas doux non plus.

d) Le Gilet Point de Blé

Après ces 3 gilets bien chauds, j’ai voulu réaliser un gilet pour les beaux jours. J’ai choisi de le réaliser en coton. Le coton est moins élastique que la laine mais il est davantage compatible avec la chaleur.

Cela donne donc un petit gilet léger, très agréable à porter au printemps ou en été. J’ai réalisé celui-ci en point de blé. Pour les bandes de boutonnage, je les ai faites très fines au point mousse. Le bas du gilet et le bas des manches sont réalisées en côtes 1/1 sur quelques centimètres seulement.

Ce gilet est réalisé en Fair Coton de Katia. C’est un fil fin qui est bien adapté à ce type de projet. J’aime moins tricoter le coton car le fil se comporte un peu différemment au moment du tricot, par contre, le résultat en vaut la chandelle car il est très agréable à porter !

J’aime beaucoup le porter avec des robes. Je l’ai réalisé assez court en ce sens. Les manches 3/4 s’associent bien avec ce corps assez court.

e) Le Gilet Blanc

Heureuse de mon petit gilet bleu marine en coton, j’ai voulu en tricoter un autre. J’ai hésité entre la couleur rouge et la couleur blanche et c’est le blanc qui l’a emporté !

Résultat: On ne le voit pas très bien sur la photo… Blanc sur blanc, c’est peu visible…

J’ai choisi un coton extrêmement doux. Je ne pense pas avoir tricoté un coton aussi doux auparavant. Il est assez épais, cela permet donc de tricoter un vêtement assez rapidement. Il s’agit du fil « Concept Pure » de Katia.

J’ai fait les bandes de boutonnage en jersey double, le bas des manches est légèrement bouffant. Je n’ai pas fait de diminutions le long des manches mais j’ai diminué juste avant de tricoter les côtes du poignet sur 2 rangs différents.

C’est un gilet qui ressemble à une petite veste, il n’a pas de boutons mais il se tient bien grâce au jersey double.

Je l’ai réalisé court également pour pouvoir l’assortir facilement à mes robes.

f) Le Boléro Bleu Ciel

J’ai eu envie de créer ce petit boléro suite à la demande d’une de mes élèves, Fanny. Cela correspondait aussi à un reste de laine que je souhaitais utiliser durant le premier confinement quand les commandes de laine étaient compliquées.

J’aime beaucoup le résultat de cette petite expérience. Je n’étais pas habituée à porter des boléros et finalement, j’ai trouvé ce petit gilet très agréable à porter en été.

Je n’aime pas me promener avec juste des bretelles, je préfère garder mes épaules couvertes alors ce petit boléro me permet de porter de belles robes à bretelles sans souci.

Je n’ai jamais senti qu’il était trop chaud. Je pense qu’à ce niveau du corps, c’est difficile de ressentir une gêne du fait qu’il soit chaud ou non.

Ce gilet est tricoté en laine Drops, qualité Air. C’est un fil que j’aime bien car il permet d’obtenir un tricot très régulier. Il a un halo duveteux qui est doux et beau. Ici, c’est le coloris Jean.

Conclusion

J’espère que cet article te donnera envie de tricoter davantage pour toi !

Moi qui n’ai pas des mensurations qui correspondent aux standards du commerce, je profite pleinement de la joie de me créer des vêtements sur mesure.

C’est un bonheur de porter ses créations au quotidien et de pouvoir s’envelopper jour après jour dans des petites mailles pleines d’amour.

Si vous souhaitez voir mes gilets avec davantage de détails, je vous conseille de visionner cette vidéo. Vous verrez en mouvement et en images, les gilets de cet article.

Si vous souhaitez lire d’autres articles, voici le lien vers le sommaire du blog.

Un tricot aussi parfait que possible ? 8 astuces

Est-ce que ça vous dirait de connaître mes meilleures astuces pour obtenir un tricot aussi parfait que possible ?

Souvent, on craque pour un modèle et on tient à ce que le résultat final soit identique au modèle sur la photo.

Comment pouvons-nous mettre toutes les chances de notre côté pour obtenir un tricot impeccable ?

Je vous partage 8 astuces qui, accumulées les unes aux autres, finissent par faire toute la différence.

1) Bien choisir le numéro d’aiguilles

Pour chaque fil, un numéro d’aiguilles est préconisé. Cependant, il faut savoir que chaque tricoteur tricote avec une tension bien particulière. Certains tricotent « serré » et d’autres « lâche ». Le numéro d’aiguilles conseillé sur la pelote ne sera donc peut-être pas celui que vous devrez choisir pour que le fil ait un beau rendu.

taille des aiguilles

Mais alors, comment connaître le bon numéro d’aiguilles ?

Grâce aux échantillons, on pourra choisir le numéro d’aiguilles adapté. Votre échantillon vous permettra de voir ce que donne le tissus du tricot.

  • S’il est trop serré, le résultat final risque d’avoir un aspect cartonné, trop rigide et il n’aura pas un joli tombé.
  • S »il est trop ajouré, le tricot risque d’être irrégulier et manquer de tenue. Il a de grandes chances de se déformer rapidement.

Le tissus doit être souple et les mailles bien régulières. En général, vous savez choisir le bon car son aspect est bien plus agréable à l’oeil.

Alors, n’hésitez pas à tester 3 numéros d’aiguilles de 0.5 mm d’écart. Par exemple, pour un fil se tricotant normalement avec des aiguilles 4 mm, vous pourrez échantillonner avec des aiguilles 3.5 mm, 4 mm et 4,5 mm.

Plus vous fonctionnerez ainsi et plus rapidement vous saurez si ces aiguilles conviennent à ce fil ou pas.

2) Choisir le bon fil

Chaque modèle est conçu avec un fil bien particulier. Parfois on a très envie de se servir d’un autre fil que celui qui est conseillé. Cela n’est pas forcément une mauvaise idée par contre chaque fil a ses propriétés. Il faudra donc veiller à 2 choses avant de changer:

  • Prenez un fil qui a un échantillon identique ou très proche
  • Restez proche aussi de la composition du fil de base

Pour certains modèles, il vaut mieux sélectionner un fil très souple qui a un beau drapé. D’autres modèles réclament un fil qui a une meilleure tenue.

Les fils qui contiennent de la laine sont en général plus souples que ceux qui contiennent du coton par exemple.

Il y a des matières plutôt fluides comme la soie, la viscose. Les fils rustiques sont au contraire assez « rigides ».

Cela étant dit, vous pouvez prendre quelques risques, le résultat final ne sera peut-être pas exactement comme celui de la photo du modèle mais ce pourra être très joli quand même !

3) Privilégiez les fils réguliers

Certains fils permettent d’obtenir des mailles bien rondes et régulières. D’autres fils, surtout les fils rustiques ne permettent pas d’avoir cette régularité.

Même si vous tricotez habituellement avec beaucoup de régularité, si le fil est lui-même irrégulier, vous ne pourrez échapper à des mailles irrégulières.

Cela n’est pas toujours très gênant, cela peut même ajouter de l’authenticité et du charme à un tricot. Mais il est toujours préférable de savoir à quoi s’attendre.

Si par contre, votre tricot n’est pas encore très régulier, vous pourrez compenser cela en vous orientant vers des fils légèrement poilus. Les fils qui comportent de l’alpaga, de l’angora, du mohair permettent d’obtenir un joli halo autour de votre tricot. Les mailles irrégulières sont ainsi camouflées et l’ensemble reste très joli.

4) Eviter les grosses irrégularités

En plus de choisir un fil bien rond, régulier et peut-être un peu poilu, on améliorera le rendu de nos tricots en adoptant ces 3 bonnes habitudes:

a) Finissez vos rangs

« Je finis mon rang et j’arrive ! », si vous tricotez, cette petite phrase doit faire partie de votre répertoire.

Effectivement, ne laissez jamais votre tricot au beau milieu d’un rang. La maille sur laquelle vous vous êtes arrêtée a de grandes chances de se distendre. Cela risque au mieux de faire un point irrégulier qui se verra et au pire de donner l’impression qu’il y a un petit trou.

Ne laissez donc JAMAIS votre tricot en attente sans avoir fini votre rang si ce n’est en cas d’extrême urgence.

b) Changez de fil dans un endroit discret

Les changements de fils ne peuvent jamais être 100% invisibles. Même si certaines méthodes aident à avoir un changement très dicret (comme celle-ci par exemple), il est toujours préférable de prendre quelques précautions.

Vous ne changerez pas votre fil en plein milieu de votre tricot. Il vaut mieux revenir en arrière et changer de fil au début du rang si vous êtes déjà allés un peu trop loin et que vous vous rendez compte que vous allez manquer de fil pour finir le rang.

Dans les ouvrages tricotés en rond, on change le fil dans un endroit discret comme derrière l’épaule, sous une aisselle, à l’arrière d’un bonnet.

Pour les gilets, vous changerez le fil côté manche et non pas au niveau de la bande de boutonnage (sauf si celle-ci est ensuite relevée).

Cet article complémentaire vous aidera aussi à changer de fil: Comment changer de pelote ?

c) Ne piquez pas vos pelotes

On voit souvent des pelotes piquées de 2 aiguilles dans les illustrations propres au tricot.

Moi-même, j’aime beaucoup dessiner ça:

Mais ce qui est très mignon en dessin l’est beaucoup moins dans la réalité.

C’est ma grand-mère qui m’a appris à NE surtout PAS le faire. Et elle avait bien raison !

En procédant de la sorte, les aiguilles pointues viendraient traverser les fils, séparer les brins à l’intérieur de la pelote. Des brins séparés, cela signifie un fil déformé qui deviendra irrégulier une fois tricoté. C’est exactement ce que nous ne voulons pas !

Pauvre petite pelote ! Je suis sûre que vous éviterez de la maltraiter ainsi à l’avenir. Fini les aiguilles piquées dans les pelotes, on préfèrera les poser sagement les unes à côté des autres.

5) Ne pas avoir peur de détricoter

Pour un rendu final impeccable, il ne faut pas avoir peur de revenir en arrière sur quelques rangs. (Et j’écris ces lignes après avoir détricoté 2 fois consécutives quelques rangs sur mon pull en cours…).

Si vous vous rendez compte d’un problème: une augmentation oubliée, une maille distendue, un changement de point oublié ou quoi que ce soit d’autre, il est important de jauger de la pertinence ou non de détricoter.

Ici, il ne s’agit pas d’être perfectionniste. Si le petit problème se situe dans un endroit où il finira par être invisible, autant l’oublier. Par contre, s’il se trouve bien en évidence, même s’il est insignifiant, vous ne verrez plus que lui dans quelques temps !

Si vous ne détricotez pas uniquement parce que vous avez peur de détricoter, je vous conseille vivement d’apprendre à le faire. Vous pouvez vous entrainer sur un échantillon à l’aide de cette Vidéo.

Apprendre à détricoter fait entièrement partie de l’apprentissage du tricot à mon humble avis.

C’est toujours un peu douloureux de détricoter. Je vous conseille de détricoter les rangs problématiques puis de reprendre votre tricot tranquillement un peu plus tard. Vous oublierez vite ce moment pas très agréable et vous serez pleinement satisfaite de votre tricot.

6) Améliorer ses finitions

Les finitions, c’est selon moi, ce qui fait vraiment la différence quand on veut avoir un tricot le plus parfait possible.

-Vous veillerez à bien rentrer vos fils et à le faire si possible dans un endroit discret (à l’endroit d’une future couture; sur le côté d’un tricot…)

-Vous soignerez vos rangs de montage et de rabat. Tant que vous n’êtes pas satisfaite du rendu de ces deux rangs, c’est que vous n’avez peut-être pas encore trouvé la méthode qui vous correspond. Continuez à tester des méthodes différentes, il est possible qu’une méthode corresponde davantage à votre manière de tricoter.

-Enfin vous accorderez de l’attention aux mailles lisières qui n’ont pas pour but d’être cousues. Cette technique présentée en vidéo vous permet d’obtenir de jolies lisières quelque soit le point utilisé. C’est bien pratique car ça marche à tous les coups !

Pour les finitions, il y a encore un certain nombre de petits détails. Vous pouvez rejoindre le Challenge Gratuit « Mes Finitions Impeccables » qui vous permettra d’apprendre quelques astuces spéciales  » Finitions ».

Cliquez ici pour vous inscrire au Challenge Gratuit « Mes Finitions Parfaites »

7) Le blocage

Enfin pour améliorer encore grandement la régularité de votre tricot, vous n’oublierez pas de le bloquer.

J’explique ma méthode dans cet article.

Article: Comment bloquer un tricot ?

Il est aussi possible de le bloquer avec une patemouille et un fer à repasser. A vous de voir quelle technique vous préférez pour offrir un soin à vos petites mailles.

Grâce au blocage, elles vont gagner en gonflant, en brillance, en splendeur ! (Oui, rien que ça !) Je n’ai jamais été déçue par le résultat d’un blocage mais très souvent surprise par son efficacité. Comme j’aime à le dire: « le blocage, l’essayer, c’est l’adopter ! »

8) Lâcher le perfectionnisme

Cela peut sembler étonnant pour terminer un article sur des astuces pour rendre vos tricots impeccables mais oui, vous avez bien lu:

Arrêtez d’être perfectionniste !

Personnellement, je souffrais d’un perfectionnisme bloquant.

L’un des symptômes de ce type de perfectionnisme, c’est qu’on ne finit pas ce qu’on a commencé. Alors souvent, on le finit presque, vraiment presque mais avant la toute dernière étape, c’est le blocage !

J’en ai souffert durant des années avant d’apprendre qu’il s’agissait d’une forme de perfectionnisme.

J’avais tellement peur de rater cette dernière étape et donc de gâcher tout ce qui avait été plutôt réussi jusque là que je m’arrêtai subitement. J’avais aussi peur d’être déçue par le résultat. Bien sûr tout cela était inconscient.

Dans le domaine du tricot, cela ressemblait à :

  • des ouvrages entièrement tricotés mais jamais cousus.
  • un pull quasi fini dont il reste une manche à faire.
  • une brassière naissance à laquelle il manque les boutons pressions.

En gros, j’abandonnais avant de pouvoir vraiment profiter du résultat.

Heureusement, tout ça est loin derrière moi désormais !

tricot joyeux

« Il vaut mieux avoir un résultat moyen que pas de résultat du tout » est devenu ma nouvelle devise. Ou encore: « Fait vaut mieux que parfait »

Si vous vous reconnaissez dans ces lignes, sachez que je compatis. Mais maintenant que vous savez que vous souffrez de perfectionnisme bloquant, vous réussirez beaucoup mieux à vous battre contre lui.

Globalement, le perfectionnisme est intéressant s’il nous aide à progresser à toutes petites doses. Au delà de ça, il est juste là pour nous gâcher l’existence alors on peut le mettre au placard !

Conclusion

Voilà pour ces 8 astuces pour avoir des tricots aussi impeccables que possible.

J’espère qu’elles vous auront conforté dans vos bonnes pratiques du tricot. Peut-être qu’elles vous permettront d’avoir des tricots de plus en plus jolis.

Le principal étant toujours de prendre du plaisir avec vos tricots. Ce n’est jamais un concours. Le plus important, cela reste le bonheur que le tricot vous procure et la paix qu’il diffuse autour de lui.

Vous voulez poursuivre votre navigation sur le Blog Tricot ?

Voici le sommaire du Blog: Liste des articles du Blog

Tricoter et détricoter le point Brioche

Attention ! Cet article va fortement vous donner envie de manger de la brioche !

Quand je l’ai préparé, je ne cessais de penser à une tartine de confiture de fraise sur une part de brioche qui vient de sortir du four.

MMmmh…

Bon, revenons (vite !) au tricot !

(En même temps, ce n’est pas ma faute si je-ne-sais-qui a nommé le point brioche « Brioche », ça déconcentre vraiment trop !)

Alors si tout le monde sait qu’une brioche ressemble à ça:

(Ne m’en voulez pas, je vous avais prévenus que vous auriez envie de manger de la brioche !)

Peu de personnes savent reconnaître et tricoter le point brioche qui ressemble à ça:

Vous êtes au bon endroit pour apprendre à tricoter et détricoter le point brioche !

L’avantage du point brioche, c’est qu’il est réversible.

Il est aussi particulièrement moelleux et chaud.

(Un peu comme une brioche sortie du four finalement !)

Il a un petit côté addictif aussi. Au début, on a du mal à le tricoter et puis, une fois qu’on s’est pris au jeu, qu’on a mordu au point brioche et qu’on commence à le tricoter sans trop réfléchir, les rangs s’enchaînent et on ne sait plus s’arrêter !

On réclame de la brioche à cor et à cri.

(Je parle bien de la brioche tricotée et non pas de la brioche à manger, quoi que… on peut bien réclamer les deux !)

Si, si, je vous assure !

Comme je sais que vous rêvez déjà de tricoter de la brioche, je vous ai préparé quelques vidéos pour que le point brioche unicolore n’ait plus aucun secret pour vous.

Le but, c’est que vous ayez tous les ingrédients nécessaires pour pouvoir vous lancer en toute sérénité.

Et je vous offre également un beau patron d’écharpe en brioche pour assouvir votre envie de tricoter de la brioche encore et encore et pour entourer votre cou d’une écharpe chaude et moelleuse.

Cliquez sur l’image ci-dessous pour le retrouver dans la tricothèque :

Click here to subscribe

Alors prêt(e) pour plonger dans la brioche ?

1) Tricoter le point brioche

Pour vous montrer comment mettre en place le rang de montage du point brioche au tricot, puis comment tricoter le point lui-même, j’ai réalisé une vidéo qui vous permet de visualiser comment procéder étape par étape.

Je trouve que c’est toujours plus simple de comprendre comment faire à l’aide d’un pas à pas en image.

Je vous conseille de tester ce point sur quelques mailles. 20 par exemple.

Au début, vous risquez de le trouver un peu complexe à réaliser. Puis la gymnastique particulière de ce point finit par devenir naturelle et un beau jour, vous le tricoterez sans (trop) réfléchir. (Attention ! A ce stade, l’addiction à la brioche n’est plus très loin).

Comme je le précise dans la vidéo, les premiers rangs ne ressemblent pas à grand chose. Ne vous affolez donc pas et persévérez un peu. Tricotez au moins 5 rangs pour voir le point se dessiner..

Rappelez-vous que les débuts avec ce point peuvent être un peu difficiles, alors n’hésitez pas à essayer plusieurs fois. Vous serez particulièrement fière de vous quand le point brioche fera partie de vos recettes de tricoteuse !

2) Rabattre le point brioche

Bravo ! Vous avez persévéré et savez désormais tricoter le point brioche.

Vous pouvez vous féliciter !

Alors bien sûr pour terminer en beauté votre ouvrage en brioche, (que vous avez réalisé avec une patience infinie) il vous faut apprendre comment réaliser un beau rabat adapté au point brioche.

Je vous présente, en vidéo également, les secrets d’un rabat réussi pour le point brioche.

Rappelez-vous que c’est préférable d’utiliser une aiguille plus épaisse pour ce dernier rang.

Cela évitera à votre ouvrage de perdre en élasticité à ce niveau.

Ce rabat ressemble au rabat que l’on utilise pour les côtes puisque la maille qui ressemble à 1 maille envers est tricotée au point envers puis rabattue, les 2 mailles brioches sont tricotées au point endroit puis rabattues.

Si vous avez réussi à tricoter le point brioche, vous vous direz que le rabat, c’est vraiment du gâteau ! Rien de compliqué ici, c’est une étape plutôt facile.

Et après ce beau rabat, vous pourrez redoubler de fierté puisque votre ouvrage sera vraiment fini et resplendira de 1000 feux ! (Oui, rien que ça !)

3) Détricoter le point brioche

Quand je me suis intéressée au point brioche, je n’ai entendu que des histoires terribles de tricots en brioche revenus au point de départ car 1 petite erreur n’avait pas pu être corrigée.

Détricoter toute une écharpe en point brioche et recommencer à zéro parce qu’au 236ème rang, on a raté une maille et qu’un petit trou est apparu, ça s’apparente pour moi à de la torture tricotesque.

Gloups ! ça donne des sueurs froides, non ?

Moi qui ne suis pas plus courageuse que ça, ça m’a sérieusement refroidie !

Je n’envisageais absolument pas de me lancer dans ce point si je ne pouvais pas revenir en arrière et réparer mes erreurs.

Il devait bien y avoir un moyen de détricoter ce point brioche !

Honnêtement, je n’ai pas trouvé comment faire. Malgré les dizaines de vidéos qui existent autour du point brioche, je n’ai pas vu d’explications pour rattraper une erreur ou détricoter uniquement quelques rangs.

Alors, j’ai appliqué la méthode que je préconise: l’observation du tricot et les tests sur un échantillon. J’ai ajouté à cela une bonne dose d’acharnement et saupoudré le tout de patience.

Et j’ai bien fait car désormais, je sais réparer toutes les erreurs possibles sur mon tricot au point brioche et ce point me semble d’autant plus amical et agréable.

C’est quand même plus léger et joyeux quand on tricote SANS la menace de tout devoir recommencer au moindre faux pas !

Et comme je suis de nature généreuse et compatissante (oui, je me lance des fleurs !), je vous présente en vidéo toutes mes astuces et toutes les étapes à suivre pour revenir en arrière sur un tricot en brioche.

Pour tout vous avouer, je suis bien contente d’avoir mis cette méthode au point car lorsque j’ai tricoté l’écharpe au point brioche (dont le patron se trouve dans la tricothèque gratuite), j’ai dû détricoter 2 fois quelques rangs pour reprendre mon ouvrage sans erreur.

Et vu la longueur de l’écharpe, sans ce filet de sécurité, je ne suis pas sûre que je me serais lancée !

Vous voulez, vous aussi, vous lancer dans le tricot du point brioche en vous sentant Zen ?

Le mémento et le patron de l’Echarpe Brioche vous attendent dans la tricothèque. C’est gratuit et cela sera un bon coup de pouce pour démarrer avec ce point.

Clic Clic sur l’image ci-dessous pour les télécharger.

Click here to subscribe

Allez, je vous souhaite un bon appétit un joyeux tricot de brioche et je m’en vais de ce pas m’offrir une petite viennoiserie.

Vous voulez poursuivre votre navigation sur le Blog Tricot ?

Voici le sommaire du Blog: Liste des articles du Blog

5 choses que ne font pas ENCORE les débutants

Apprendre à tricoter peut sembler long et hardu. Les premiers pas sont parfois laborieux, surtout quand on n’a pas à nos côtés une personne pour nous guider et nous épauler.

Quelle fierté alors quand on réussit enfin à tricoter un premier ouvrage !

Ensuite, le parcours du tricoteur sera ponctué de découvertes. Ce que j’adore dans le tricot, c’est justement le fait qu’on puisse apprendre de nouvelles choses à l’infini.

Ici, je vous présente 5 choses que ne font pas ENCORE les débutants. Cela vous permettra de vous situer. Vous verrez sur quel(s) point(s) accentuer vos futures découvertes pour petit à petit atteindre un bon niveau d’expertise.

5 choses auxquelles on ne pense pas toujours quand on débute mais qui font une vraie différence.

1) L’échantillon

Beaucoup de débutants ne réalisent pas d’échantillons. Tout simplement parce qu’ils ne savent pas très bien s’en servir. Ils n’en perçoivent pas l’utilité.

Pourtant faire un échantillon permet de tricoter de manière plus sereine car on a vraiment un aperçu de ce que rendra le tricot final.

On peut faire des minis échantillons pour tester un point, une bordure, une boutonnière…

Et on peut tricoter le véritable échantillon qui permet de vérifier que notre nombre de mailles et de rangs correspond bien à celui du patron.

Cet article « Comment réaliser un échantillon ? » vous explique comment procéder concrètement.

Mon Conseil: Commencez à échantilloner dès à présent, faites des petits tests, lavez vos échantillons et amusez-vous !

2) Les Finitions Impeccables

La plupart des débutants ont des difficultés avec les finitions. Quand on apprend le tricot, on a tant de choses à découvrir et à acquérir que les finitions viennent dans un second temps.

Dès que vous êtes capable de tricoter avec régularité, la qualité des finitions devient l’apprentissage essentiel auquel il vous faudra vous consacrer.

  • Réaliser des coutures nettes
  • Avoir des lisières bien régulières
  • Bien rentrer les fils
  • Eviter tous les petits écarts au début ou à la fin de vos tricots.

Cela fera une différence très nette sur la beauté de vos tricots.

J’ai d’ailleurs un challenge GRATUIT à ce sujet, vous pouvez le rejoindre en cliquant ci-dessous.

Mon Conseil: Soignez vos finitions et vous gagnerez en satisfaction !

3) Le Blocage

Voilà un élément facile à mettre en place mais qui permettra de vous rendre encore plus fière de vos ouvrages.

L’art du blocage permet d’offrir un coup d’éclat à toutes vos petites mailles !

Gonflant, moelleux, douceur, régularité…

On ne va pas s’en priver !

Comme j’aime à le dire:

Le blocage, l’essayer, c’est l’adopter !

Grâce à cet article, sur le blocage et à sa vidéo associée, vous allez pouvoir lever le mystère sur l’art du blocage si ce mot vous est encore inconnu.

Offrez un traitement de faveur à vos beaux tricots et commencez à les bloquer !

Finalement le blocage, ce n’est rien d’autre qu’un soin en spa pour nos tricots, hi hi.

Mon Conseil: Pour votre prochain ouvrage, si le fil comporte de la laine naturelle, essayez le blocage et observez la différence.

4) Tricoter sur Mesure

Autant le blocage, c’est quelque chose de très simple à mettre en place, autant le tricot sur mesure demande un peu plus de réflexion.

Tricoter sur mesure signifie s’intéresser aux mathématiques qui se cachent derrière l’art du tricot. Ce sont des mathématiques plutôt simples.

Tous les calculs liés au tricot reposent essentiellement sur la règle de 3 (= produit en croix)

Quand on maîtrise la règle de 3, on réussit à adapter la plupart de nos tricots à notre échantillon et nos mensurations.

changer le patron de tricot

L’article « Comment adapter un patron à son échantillon » est une bonne base pour mieux comprendre le tricot sur mesure.

Mon Conseil: Prenez le temps pour acquérir ces connaissances mais vous pouvez commencer à y porter de l’intérêt dès à présent. Cela vous rendra fortement service par la suite.

5) Jauger de la Difficulté d’un Projet

Quand on commence à bien tricoter, on est parfois attiré par des projets coups de coeur. Je trouve cela important de tricoter des ouvrages qui nous plaisent vraiment.

Malgré tout, j’aurais tendance à conseiller de réaliser des tricots qui correspondent à notre niveau. Pour cela, les patrons ont souvent un indicateur de niveau. Je trouve cela intéressant de s’y référer.

Mais, tous les parcours sont possibles !

Par exemple, l’une de mes élèves, Catherine a par exemple commencé avec mon cours sur le tricot de chaussettes : « Mes Chaussettes Parfaites ».

Or c’est un cours que je ne conseille pas spécialement aux débutants. Mais comme elle est très persévérante, elle a réussi à se tricoter des chaussettes de plus en plus jolies puis elle a pu enchaîner avec d’autant plus de facilités sur les autres cours.

Vous découvrirez son témoignage ici.

Certaines personnes commencent par un ouvrage très technique qui leur fait vraiment envie. Si elles ne se découragent pas, elles en ressortent d’autant plus fières et surtout, elles ont appris plein de choses au passage.

Moi, je suis plutôt du genre prudente alors je conseille la prudence en général.

Si vous êtes au début de votre apprentissage du tricot, évitez les longs projets avec des aiguilles fines. Des aiguilles 4, 5, 6 mm vous apporteront plus de satisfaction (les aiguilles plus épaisses sont un peu plus difficiles à manipuler).

Profitez de vos débuts pour faire de beaux ouvrages répétitifs comme des écharpes, des couvertures. Cela vous demandera juste assez de concentration pour que vous y preniez du plaisir.

Sachez qu’il est fort possible que ce genre de tricots vous semblent trop ennuyeux à l’avenir alors profitez-en tant que cela vous amuse !

Ici s’achève ce petit guide avec les 5 points que ne font pas encore les débutants.

N’hésitez pas à me dire dans les commentaires où vous vous situez et ce sur quoi vous aimeriez encore vous améliorer.

Cet article a fait l’objet d’une vidéo, la voici:

Je vous souhaite un joyeux tricot !

Aline

Gagnant – Gagnant

En ce mois de janvier, j’ai eu envie de nouveauté sur Le Blog Tricot. Ces dernières années n’ont pas été des plus simples alors j’ai envie de commencer 2022 dans la joie et la bonne humeur !

Et oui ! Pour commencer l’année, il y aura ENFIN des réductions sur mes Classes Tricot !

Une grande première !

Comme tu l’as sans doute remarqué si tu me suis depuis un moment, je ne suis pas une grande adepte des soldes et autres réductions.

Tout simplement parce que les prix de mes Classes Tricot ont été pensé au plus juste et sont posés en fonction de mon temps d’investissement auprès de mes clientes, en fonction de mes charges et du contenu de chaque classe.

Quand une personne a un petit budget et est intéressée par un de mes produits, je préfère fractionner le paiement en petites mensualités. De cette façon, toutes les 2, on s’engage à donner le meilleur. (Et elle n’a pas à attendre les soldes !)

Mais, mais, mais…

Cette année, je veux atteindre 2 objectifs:

– Continuer à t’aider à prendre encore plus de plaisir avec les joies du tricot.

– Permettre au « blog Tricot » de poursuivre sa belle aventure.

Alors je t’offre de belles réductions pour pouvoir t’inscrire à des Classes Tricot de grande qualité et toi, tu m’offres un témoignage pour encourager d’autres tricoteuses à nous rejoindre.

Un bel échange pour faire grandir notre passion du tricot commune !

C’est très simple. Si tu es déjà une de mes clientes, tu peux me partager ton avis sur la ou lesClasse(s) Tricot que tu as suivies. Tu pourras le faire par écrit ou par vidéo et pour te remercier tu recevras une belle réduction à utiliser sur les formation de ton choix.

Et

Si tu n’es pas cliente, mais que tu as suivi un de mes challenges, tu peux tout de même participer en me laissant un commentaire écrit ou vidéo sur le challenge que tu as suivi. Et pour te remercier, tu recevras toi aussi une réduction pour que tu puisses progresser encore dans ta passion.

Vous êtes nombreuses à m’écrire en répondant directement à mes emails, pour me donner votre avis, me montrer vos belles œuvres et me remercier pour tout ce que vous avez pu réaliser grâce au Blog Tricot.

Je vous en remercie et je vous avoue que ça me touche énormément, c’est même mon carburant au quotidien pour continuer à partager avec vous.

Mais cela reste entre nous…

Aujourd’hui, ces témoignages seront plus officiels car ils me permettront de montrer aux débutantes et aux tricoteuses passionnées comme c’est chouette de rejoindre l’un de mes challenges ou l’une de mes classes.

Alors, même si tu fais partie de celles qui m’ont déjà partagé spontanément leur avis, tu peux bien sûr participer à l’offre Gagnant-Gagnant.

Clique ici si tu as envie de participer à cette offre Gagnant-Gagnant Unique et partager ton témoignage.

(Je précise que cela ne t’engage à rien, jusqu’à la fin de l’opération, tu pourras choisir ou non de participer et choisir ou non de profiter de ces réductions uniques !)

Défi tricotesque de rentrée #3 Souvenirs d’une année de tricoteuse

Pour ce dernier défi de rentrée, je vous propose de vous préparer pour une année pleine de souvenirs de tricoteuse.

Cet article fait suite aux deux premières parties du défi à retrouver ci-dessous:

#1 : Chouchouter son espace créatif

#2 : Planifier ses futurs projets

Lors de notre premier défi, je vous ai proposé de faire du tri dans votre espace créatif. Volontairement, je n’ai pas précisé ce que vous pouviez faire de vos anciens tricots. Je vous avoue que j’ai tendance à vouloir garder tous les tricots que j’ai réalisés patiemment!

Mais les années passant, le cumul de tous ces tricots (avec certains très abîmés) n’avait pas vraiment de sens.

J’ai donc appris à garder des souvenirs de mes tricots d’une autre manière qu’en les stockant dans des placards.

Bien sûr, je conserve encore certains tricots comme de précieux trésors (les premiers tricots de mes fistons par exemple…) mais pour les autres, j’ai appris à m’en séparer une fois qu’ils étaient vraiment fatigués.

tricoteuse-tendance
Après un bon désencombrement, on se sent plus légère!

Voici ce que j’ai mis en place au fil des années pour garder de beaux souvenirs tricotesques sans encombrer mes armoires.

1- Prendre des photos

Votre tricot fraîchement tombé de vos aiguilles a son heure de gloire dans ses premiers jours de vie. Le fil est impeccable, il tombe bien, les mailles sont régulières… Essayez de le prendre en photo au plus tôt après son premier blocage.

Un article sur le blocage si cette technique vous est inconnue 😉

Vous pouvez le prendre une première fois en photo posé sur un fond le plus uni possible (sur un drap ou sur une table par exemple) ou suspendu à un cintre.

Puis vous pouvez faire une deuxième photo porté. Si c’est pour vous, ce sera assez rapide de la faire. Vous pouvez vous photographier dans votre miroir ou demander à une personne de vous photographier avec votre plus beau sourire et votre magnifique tricot 😀

On se prend vite au jeu des photos-tricot

Et si le tricot est un cadeau, n’hésitez pas à demander de prendre la personne que vous venez de gâter en photo. Cela vous fera un double souvenir: celui du tricot mais aussi celui de la personne chère à votre coeur. (Car on tricote pour ceux que nous aimons, n’est-ce pas?)

S’il s’agit d’un tricot pour un enfant de votre famille, n’hésitez pas à demander aux parents de vous envoyer une photo. (Bon… Les parents très occupés n’y pensent pas toujours et ce ne sera pas si grave puisque vous aurez pris une photo du tricot seul avant de l’offrir…)

Faire des photos de nos tricots portés permet de
garder des souvenirs de ceux que l’on aime…

2- Partager et conserver vos photos

Si vous prenez plaisir à faire des photos de vos tricots, vous pourrez ensuite les partager sur internet. Ce n’est pas si compliqué et cela vous permet de communiquer avec d’autres tricoteurs.

Vous avez l’embarras du choix et je vous conseille de choisir un réseau social avec lequel vous êtes déjà à l’aise:

  • Facebook
  • Instagram
  • Ravelry
  • Un blog…

Veillez tout de même à respecter le droit à l’image des personnes qui sont sur vos photos. Certains ne souhaitent pas se retrouver sur internet (Oui! même avec un de vos magnifiques tricots parfaits sur le dos!) Vous pourrez toujours cacher leur visage ou poster la photo du tricot seul.

L’idéal est de poster régulièrement les photos de vos tricots. Mais pour être honnête, je n’y arrive pas moi-même! Généralement, je m’y mets quelques jours puis j’arrête et je reprends 6 mois plus tard… Mais au final, même en étant irrégulière et dans l’imperfection la plus totale, je garde tout de même de plus en plus de souvenirs photos de mes tricots.

Mon compte Instagram @leblogtricot

3- Un classeur d’échantillons

Petit à petit, j’ai mis en place un classeur d’échantillons en complément.

Si vous n’êtes pas familière avec ce qu’est un échantillon, cet article vous éclairera.

C’est une tricoteuse professionnelle, Lune de Nacre, qui m’en avait parlé. Après l’avoir mis en place, je le conseille à tous les passionnés du tricot!

IMG_4117

En cette rentrée de tricoteuses, vous allez pouvoir vous acheter un joli classeur grand format et des pochettes plastifiées. Il vous faudra aussi des feuilles A4 et de quoi écrire.

L’idée est de placer une feuille avec vos notes + un échantillon dans chaque pochette plastifiée.

Voici les informations précieuses qui pourront compléter votre échantillon:

  • le nom du fil
  • le bain de la pelote
  • le coloris
  • le poids et le métrage

(Ces 4 premières informations se trouvent sur le bandeau de la pelote, pour aller plus vite, glissez-le dans la pochette)

  • Résultats de l’échantillon avant et après le lavage
  • Le numéro des aiguilles utilisées pour tricoter l’échantilllon

J’aime beaucoup ce classeur d’échantillons car en plus d’être utile pour de futurs projets, il me permet de garder un souvenir tout doux de mes tricots.

C’est un excellent complément aux photos!

Si vous préférez éviter les fournitures « scolaires », vous pouvez bien sûr garder vos échantillons dans une jolie boîte. Vous fixerez par un fil le bandeau de la pelote à chaque échantillon. Sur celui-ci, vous noterez le résultat de votre échantillon, tout simplement.

4- Prendre des notes

Personnellement, j’adore écrire. (Si vous me suivez depuis quelques temps, je pense que vous vous en êtes rendu compte!)

Je suis une grande fan de petits carnets en tous genres. C’est donc assez naturellement que je me suis tournée vers le « Bullet Journal ». C’est tout simplement un carnet que l’on personnalise et qui nous suit tout au long de l’année. Cela permet de mieux s’organiser et de conserver des traces de tout ce qui a constitué notre année.

Mon Bullet Journal est très sobre et plutôt simple. Sur une double page se trouvent tous les jours du mois et sur une autre double page, je note:

  • les tricots et projets tricots réalisés pendant le mois
  • tout ce qui m’a rendu fière de moi
  • mes meilleurs souvenirs du mois
Mon Bullet Journal prêt pour le mois d’Octobre

Je garde ainsi une trace de tous les tricots accomplis durant l’année. Je sais quand je les ai commencés et terminés. Je note aussi l’échantillon et les modifications que j’ai pu faire.

Si créer un « Bullet Journal » ne vous tente pas plus que ça, vous pouvez profiter de l’ouvrage de Mélise Carrara: « Bullet Journal d’une tricopathe » aux éditions Eyrolle. Cela vous permettra de garder une trace écrite de vos tricots.

Bullet Journal pour Tricopathe, Mélise Carrara

Personnellement, je trouve cela très plaisant de prendre le temps d’écrire sur ma passion (Mais ça, vous le savez déjà!).

Conclusion:

Ici se termine notre défi de rentrée tricotesque.

J’espère que ces 3 articles vous auront inspiré:

#1 Chouchouter son Espace Créatif

#2 Planifier ses Futurs Projets

#3 Souvenirs d’une année de tricoteuse

Si cela vous permet de vivre encore plus intensément votre passion créative, j’en serai ravie. Et si cela vous a simplement donné envie de reprendre vos aiguilles, c’est chouette aussi!

Continuez à vous amuser avec le tricot, c’est le principal!

Défi tricotesque de rentrée #2 Planifier ses futurs projets

Vous retrouverez la première partie du défi ici:

#1 Chouchouter son espace créatif

La créativité ne fait pas toujours bon ménage avec la planification et l’organisation. Il est donc important de toujours s’accorder le droit de modifier ce que l’on a prévu, de prendre des libertés et d’écouter ses envies pour garder son envie de tricoter bien vivante.

Cela étant dit, on peut tout de même planifier un peu ses futurs projets pour y voir plus clair, pour tricoter des pièces vraiment utiles et pour offrir des cadeaux laineux en temps et en heure.

Dans mon esprit, la rentrée est liée à l’organisation, alors pour notre rentrée tricot, nous allons voir de quelle manière penser et envisager nos futurs tricots.

C’est parti!

1- Tricoter selon notre stock

Si vous avez suivi le premier défi qui consistait à Chouchouter notre Espace Créatif, vous avez une meilleure connaissance de la quantité de pelotes que vous possédez. Vous pouvez réfléchir à des projets qui leur permettront de prendre vie entre vos doigts de tricoteuse. C’est toujours satisfaisant de tricoter des pelotes que l’on a chez soi et que l’on aime.

tricot rose

En les tenant entre vos mains, vous pourrez imaginer en quel vêtement ou accessoire vous aimeriez les transformer. Et vous visualiserez la personne qui portera votre tricot. 🙂

Un petit moment de rêverie tellement agréable!

Cet article pourra vous aider à trouver des patrons gratuits si besoin:

« Où trouver des patrons gratuits? »

N’hésitez pas à noter dans une page de votre agenda ou sur un carnet dédié au tricot vos idées de projets pour votre stock.

Personnellement, j’essaie toujours de tricoter les pelotes qui sont déjà chez moi en priorité. Une fois ces pelotes tricotées, j’ai d’autant plus de plaisir à acheter de nouveaux bébés laineux pour un futur projet.

2- Tricoter selon votre garde robe

Il est toujours bon d’aller faire un tour dans notre garde robe avant de planifier de futurs tricots. Cela vous évitera de tricoter un énième pull… alors que finalement vous préférez porter des gilets avec vos chemisiers!

Parfois on garde un pull fétiche depuis des années et ce pourrait être le bon moment pour lui réaliser un petit frère qui lui ressemblera comme deux gouttes d’eau.

D’autre fois, on se rend compte qu’on porte très souvent la même pièce que l’on adore et envisager d’en faire une deuxième d’une autre couleur nous met du baume au coeur.

J’avais planifié de tricoter une marinière car c’est une pièce indispensable de ma garde robe.

En jetant un oeil à votre garde robe, vous aurez aussi une meilleure idée des couleurs et matières que vous aurez envie de tricoter cette année.

Pour compléter votre garde robe tricotée, vous pouvez penser aux

  • pulls
  • gilets
  • chaussettes
  • bonnets
  • écharpes et snoods
  • châles
  • T-shirt de mi saison
  • Brassières ou débardeurs
  • Chaussons
  • Shorts (Oui, oui, il existe des modèles de shorts en tricot, hi hi)
  • Jupes
  • Robes
  • Vestes
  • Manteaux

Personnellement, je suis loin d’avoir tous ces articles tricotés mains dans mon armoire, ça donne un peu le vertige… mais le principal est de se faire plaisir en nourrissant notre garde robe de nos oeuvres d’art petit à petit.

Ici, je parle de votre garde robe mais bien sûr, vous pouvez aussi vous concentrer sur la garde robe de votre cher et tendre ou sur celle de votre petite princesse 🙂

3- Tricoter selon les occasions à venir

Parfois nous savons à l’avance qu’un événement à venir requerra nos talents de tricoteuse. Je pense en particulier aux naissances, baptêmes, anniversaires… Ce peut être aussi des challenges tricotesques auxquels vous souhaiteriez participé, comme le Challenge des Petits Lutins qu’organise Thali tous les ans.

tricot pour enfants

Si vous voulez gâter d’autres personnes avec vos talents artistiques, c’est toujours bon de s’y prendre suffisamment à l’avance.

S’il y a bien quelque chose que je déteste, c’est de devoir tricoter dans l’urgence! Je n’aime pas du tout devoir me mettre la pression en ce qui concerne mes loisirs créatifs.

La vie comporte déjà son lot de soucis, je ne veux pas que ça envahisse ma bulle créative.

Mais parfois, je me suis vue m’obliger à tricoter pour tenir un délai que je m’étais fixé. Pour éviter cela, le mieux est de planifier à l’avance et de tricoter régulièrement, à notre rythme sur ce projet.

On évitera de se forcer à tricoter dans un court délai. Par exemple si vous apprenez tardivement une grossesse, vous pouvez offrir des petits chaussons à la naissance et tricoter ensuite tranquillement un ensemble en un an.

chaussons bébé tricot tuto
Le Patron des Petits Chaussons est à retrouver dans la Tricothèque

Voyez donc si cette année, vous avez envie d’offrir des cadeaux tricotés et prenez un temps d’avance pour bien conserver votre joie tricotesque. 🙂

4- Tricoter pour LA fête amie du Tricot

En ce qui concerne les grandes occasions, il y en a une qui revient tous les ans et qui est tellement compatible avec notre passion du tricot que je souhaite écrire tout un paragraphe sur elle!

Il s’agit de Noël bien sûr.

Noël est particulièrement adapté pour mettre à l’honneur notre passion du tricot. C’est une merveilleuse occasion pour offrir de beaux accessoires faits avec amour et des vêtements tricotés mains tout chauds tout doux.

Des cadeaux-tricots au pied du sapin, ça rend Noël encore plus festif, non?

Si Noël vous donne aussi des envies de tricot, je vous conseille de préparer cette fête bien en avance.

Dès septembre en fait.

Vous pouvez vous prévoir un petit planning pour parvenir à réaliser tous les présents que vous envisagez.

Le mieux, c’est de prévoir un tricot rapide pour chaque personne que vous voulez gâter. Par exemple un bonnet, un col ou une paire de mitaines. Avec un fil épais, ce sera rapide. Une fois cela fait, vous pourrez compléter ce cadeau selon votre inspiration en prenant le temps qu’il faudra puisque l’essentiel sera déjà tricoté.

Enfin quand tous ces cadeaux seront prêts, vous trouverez toujours de quoi vous plonger dans « l’esprit de Noël » juste avant la fête. Vous pourrez réaliser des décorations pour le sapin, des chaussettes aux couleurs de Noël ou des chaussons de lutin.

Mitaines d’Eugénie à retrouver dans la Tricothèque

Et si cette année vous envisagez de participer à un marché de Noël, commencez dès maintenant à le préparer pour que cette aventure soit réellement un plaisir. D’ailleurs vous pouvez lire cet article pour vous motiver un peu plus:

Mieux vendre sur les marchés de Noël.

marche-de-noel-reussir

5- Tricoter selon les saisons

Vous avez désormais bien compris le principe de planifier vos tricots. Les saisons peuvent également vous permettre de vous organiser dans vos envies tricotesques.

Pour pouvoir profiter de nos tricots au bon moment, il est préférable de commencer à tricoter nos projets « de saison » 2 mois avant la dite saison.

ensemble-bonnet-echarpe-moufles

Bon ça, c’est la théorie car en pratique, on a souvent envie de se tricoter un bonnet quand on a froid aux oreilles!

J’ai aussi du mal à envisager des tricots pour l’été quand j’ai froid aux pieds. Alors j’ai plutôt tendance à attendre le début d’une saison pour tricoter pour elle. Ce n’est pas très grave car année après année ma garde robe s’enrichit de tricots variés et « de saison ».

Voyez donc si vous avez envie de privilégier des tricots pour une certaine saison cette année. Cela peut être un objectif pour votre année à venir. De mon côté, j’aimerais tricoter davantage de pièces pour le printemps mais je ne suis pas sûre de réussir à avoir « un esprit printanier » en plein mois de novembre! (Je crois que j’aurais plutôt envie de tricoter des fils chauds et moelleux!)

Conclusion

Alors je ne sais pas si cette planification tricotesque vous tente, moi j’aime le faire mais je vous avoue que je respecte très rarement tout ce que j’ai prévu. Je tiens à ce que ma créativité puisse s’exprimer au fil de mes envies, de mon humeur… Je ne suis pas prête à ajouter un cadre trop rigide à ma pratique du tricot.

Malgré tout depuis que je prévois mes tricots sur l’année, je pense que je suis plus efficace et que je réussis davantage à tricoter les projets qui me tiennent vraiment à coeur. C’est tout de même une ligne directrice importante pour moi. Une source d’inspiration en quelque sorte.

Alors OUI à un peu d’organisation mais NON au sentiment d’obligation. On reste ZEN si tout n’est pas fait dans les temps et on s’amuse avec le tricot!

tricot zen

Défi tricotesque de rentrée

#1 Chouchouter notre espace créatif

L’idée de ce premier défi, c’est de prendre soin de son espace créatif. Qu’il soit très grand ou tout petit, il nous permet de passer d’excellents moments en lien avec notre créativité. Pour cette rentrée, on va reprendre contact avec lui et le rendre encore plus agréable 🙂

Pour cela nous allons suivre 3 étapes:

  • 1- Enlever le superflu
  • 2- Organiser joliment
  • 3- Remercier notre espace créatif (oui, oui!)

En bonnes créatives que nous sommes, nous avons tendance à accumuler qu’on le veuille ou non. Entre les pelotes qui nous restent de nos projets finis, les vieilles aiguilles que notre tante Berthe nous avaient données et les multiples magazines plein de patrons, notre espace créatif est vite encombré!

Alors pour cette rentrée, nous allons faire un petit tri.

tricot-aiguilles-circulaires

1- Les Pelotes

Personnellement, je ne garde que les pelotes que j’aime vraiment de tout mon coeur. Je donne tout le reste!

Je vous conseille de ne garder que les pelotes que vous aimez réellement ou les pelotes pour lesquelles vous avez un projet précis en tête.

Alors oui, je sais, c’est toujours difficile de se séparer d’une pelote de laine (qui n’a rien demandé, la pauvre) mais si nous les donnons, elles seront sans aucun doute très utiles à quelqu’un d’autre!

Elles finiront peut-être dans un ouvrage solidaire; dans la création d’une mamie dans un Ehpad ou dans la marionnette d’un enfant de maternelle et elles seront ravies d’avoir été utiles 😉 (Oui, j’ai tendance à communiquer avec les pelotes de fils, ah ah )

Pour les donner, il y a:

  • Les centres de loisirs
  • Les écoles
  • Les maisons de retraite
  • Les ressourceries type Emaüs
  • Les associations de tricoteuses
  • Les associations qui recyclent les dons de laine
  • Ce site internet propose de recevoir vos colis de dons de laine: le tricot pour les sans abris.

Une fois votre tri fait, vous saurez exactement de quoi est constitué votre stock. Et vous allez pouvoir ranger vos pelotes de la manière la plus jolie qui soit 😉

llaine naturelle

Les miennes finissent toutes dans une jolie boite en carton, tout simplement.

Septembre, c’est aussi le bon moment pour entourer mes bébés laineux (=mes pelotes) de lavande fraîche récoltée en juin. J’ajoute donc des petits sacs de lavande en tissus dans ma boîte pour éviter que mes pelotes n’attirent les mites et autres sales bestioles (et en plus, ça sent bon!)

Et voilà nos petites boules de laine bien chouchoutées!

2- Les aiguilles

Pour les aiguilles, on a tendance à en avoir tout un stock alors qu’en fait, nous nous servons toujours des mêmes. On a vite nos aiguilles fétiches en fait…

Alors vous vous en doutez peut-être mais je vais vous conseiller de ne garder que vos aiguilles fétiches.

Les autres deviendront peut-être les aiguilles préférées d’une autre personne, alors on leur offre une seconde chance en les donnant 🙂

Peut-être que ces aiguilles qui appartenaient auparavant à votre grand-mère serviront à apprendre à tricoter à votre petit fils. Dans ce cas, je vous conseille de garder une paire d’aiguilles d’environ 5 mm que vous garderez pour transmettre votre passion du tricot.

aiguilles-circulaires

3- Les patrons

Pour les livres et magazines de tricot, c’est aussi nécessaire de les trier. Je ne garde que ceux que j’apprécie vraiment et dans lesquels se trouvent des modèles coups de coeur.

Désormais, il y a beaucoup de patrons disponibles sur internet alors cela me rend d’autant plus sévère envers les magazines que j’accumule trop vite.

Je trouve aussi que moins j’ai de choix et plus je suis efficace pour trouver un modèle et me lancer. Alors faire un premier tri par le vide nous évitera de perdre du temps plus tard et nous ajoutera un peu plus de temps pour tricoter 😉

4- La boîte à ouvrages

Je finis mon tri par ma boîte à ouvrages.

Elle en a bien besoin en général.

Il finit toujours par y avoir plein de petits bouts de trucs et machins qui traînent… Elle a besoin d’être dépoussiérée aussi…

C’est aussi l’occasion de voir si un de mes petits gadgets manque à l’appel ou s’il faut remplacer tel ou tel élément. Ce sont souvent les aiguilles à laine qui finissent par disparaître, je ne sais par quel mystère alors c’est l’occasion d’en acheter un nouveau paquet.

(Il y a cet article sur les Gadgets utiles en tricot qui pourrait vous intéresser d’ailleurs)

Je trie ensuite les boutons avec les boutons, les anneaux marqueurs avec les anneaux marqueurs, etc… et quelle satisfaction quand la boîte est parfaitement rangée! J’ai l’impression d’avoir accompli une grande prouesse 😀

5- Remercier notre univers créatif

Alors le but de cette démarche, c’est surtout de nous réapproprier notre espace créatif. C’est chouette de prendre un temps pour le chouchouter!

On ne garde que ce qui nous est utile mais surtout ce qu’on aime. Comme cela, à chaque fois que nous faisons un tour dans notre univers laineux, on se sent bien, bien, bien!

tricot anglais facile

On peut s’y ressourcer, il devient notre petit refuge en cas de coup dur et notre « espace bien-être » à domicile.

Ne culpabilisez pas si vous faites don de matériel que vous avez reçu en héritage ou que l’on vous a donné avec affection. Remerciez par la pensée ces personnes d’avoir pensé à vous et remerciez ces objets de vous avoir accompagnée un bout de chemin. Vous leur offrez une seconde chance en les donnant et vous ferez ainsi des heureux.

Enfin, une fois que tout est bien à sa place… nous pouvons remercier notre espace créatif.

Nous pouvons être fière du travail accompli et prendre un temps pour le célébrer. Je suis pleine de gratitude pour tout ce matériel qui m’apporte tant de douceur au quotidien!

Merci mes bébés laineux, mes aiguilles, mes patrons et toutes mes petites babioles qui rendent ma vie plus pimpante, plus amusante et plus créative!

Nous allons passé une belle année ensemble, je n’en doute pas!

(Vous voyez, en plus d’être accro au tricot, je suis assez gaga pour parler à mon espace créatif par la penséee, ah ah… Bon, vous n’êtes pas obligée de me suivre à ce point dans ma folie!)

Joyeux moment de tri, rangement et belle connexion à votre espace créatif! (Le plus dur, c’est de se lancer après on se sent tellement légère que ça vaut vraiment le coup!)

Retrouvez la suite du défi de rentrée tricotesque ici:

Défi #2: Planifier ses futurs projets

10 vérités sur les fils teints à la main

Il y a quelques années, j’ai découvert les fils teints à la main…

Et une grande histoire d’amour est née! C’était chez Petit Bout de Laine, j’ai d’ailleurs interviewé sa créatrice ici.

Selon moi, ces fils touchent à l’oeuvre d’art. J’admire leurs couleurs et je trouve que les créateurs de ces fils sont de véritables artistes qui savent marier les couleurs à merveille.

Mon dernier cadeau laineux: fil à chaussettes de La Bien Aimée.

Ces fils uniques n’ont fait qu’amplifier ma passion pour le tricot. Désormais je m’accorde régulièrement de doux cadeaux laineux avec ces beaux fils.

Alors, à mon habitude, je ne vais pas vous laisser tranquille. Je compte bien vous partager ma passion pour ces fils merveilleux!

J’ai choisi de vous parler honnêtement avec 10 vérités pour que vous puissiez sentir si ces fils vous appellent ou pas.

Je décline toute responsabilité si vous finissez accros à ces fils. Et il y a de gros risques! Vous êtes prévenues!

1- Les fils déteignent-ils vraiment?

Noooon!

Même si la plupart des créateurs de fils teints à la main se protègent en écrivant sur leur site des phrases comme:

« Attention, certaines couleurs foncées ou intenses peuvent dégorger légèrement aux premiers lavages, vous pouvez ajouter un peu de vinaigre blanc à votre eau de rinçage. »

il m’est arrivé très rarement d’être confronté à un fil qui déteignait.

Une seule fois à vrai dire.

Il s’agissait d’une toute nouvelle créatrice, ceci explique peut-être cela.

Sinon aucun problème et pourtant, j’aime le bleu marine!

T-shirt: laine Mon Sheep Shop, coloris
Modèle: Mon Pull Idéal

Pour éviter ce souci, il est possible de tremper la laine dans de l’eau froide avec un bouchon de vinaigre pour mieux fixer la couleur.

Je vous conseille de réaliser un échantillon avec votre fil. Ensuite trempez-le et vous verrez si la couleur dégorge ou non. Si oui, la couleur de l’eau ressemblera fort à la couleur du fil! Dans ce cas, il faudra éviter de l’associer à une couleur plus claire. Il faudra ensuite laver l’ouvrage avec un bouchon de vinaigre pour mieux fixer la couleur.

Pour réaliser ma marinière, je craignais que le bleu marine ne dégorge sur le blanc crème. Mais Catherine, la créatrice de Madelaine et Filibert m’a rassurée. Elle m’a conseillé de laver le pull à la même température tout au long du lavage. Froide ou tiède. Selon ses essais, c’est la variation de température au cours d’un lavage qui peut poser problème.

Marinière: laine Madelaine et Filibert
Modèle: Mon Pull Idéal

Ma marinière a été tricotée, lavée, portée, lavée et elle est toujours impeccable. Je suis plus que convaincue qu’il ne faut pas se laisser freiner par cette crainte de la couleur qui pourrait dégorger!

2- Est-ce difficile d’avoir le même coloris sur chaque écheveau?

Là aussi, on lira sur les sites de vente une phrase qui peut nous inquiéter comme:

« Chaque écheveau est teint à la main, en petit nombre par bain ce qui le rend unique. Il est recommandé d’alterner les écheveaux au fil du projet. »

Alors oui, les couleurs sont réalisées dans des bacs, marmites ou chaudrons de plus ou moins grande taille. Il faut donc s’assurer que tous les écheveaux que l’on veut associer dans un projet proviennent bien du même bain. (Pour cela il suffit de demander au vendeur).

Et oui aussi parce qu’il y a un côté assez aléatoire sur les couleurs les moins solides. (« solide » signifie « unie » ici). Les écheveaux qui comportent plusieurs couleurs ou ceux qui sont constitués d’une couleur de fond et d’éclats de couleur seront plus susceptibles d’être un peu différents.

Mais, mais, mais… je dirais qu’il est rarement utile d’alterner les écheveaux (ce qui signifie tricoter un rang avec un écheveau puis le rang suivant avec un autre, ainsi de suite). En effet quand nos écheveaux sont très colorés, il y a généralement une couleur de fond qui permettra d’unifier l’ensemble. Et le côté aléatoire des couleurs est tout à fait adapté visuellement à un ouvrage très coloré.

Regardez si le côté aléatoire sur ce pull d’Anny-Claude, l’une de mes élèves, vous plait. Personnellement j’aime beaucoup car cela renforce l’aspect artisanal d’un tricot. Et je trouve cela très esthétique.

Pull d’Anny-Claude: Laine à speckles de Woola Oops
Modèle: Mon Pull Idéal

Quant aux couleurs semi-solides, elles sont suffisamment assez identiques pour qu’on ne remarque absolument pas le changement d’écheveau. (semi-solide signifie une couleur unie mais avec des éclats de la couleur de la laine d’origine)

Enfin si après avoir lu ce paragraphe, vous craignez encore ce désagrément. Vous pouvez d’abord découvrir les fils teints à la main avec un seul écheveau pour réaliser un petit projet (comme des chaussettes par exemple). Ou vous pouvez acquérir plusieurs coloris différents que vous marierez sur un ouvrage plus conséquent (comme un châle à 3 couleurs par exemple).

Et il existe des mini écheveaux qui vous permettent de découvrir les fils teints à la main. Ils sont très très mignons, vous risquez de craquer!

Pack de mini écheveaux de Petit Bout de Laine

3- Les écheveaux sont-ils tous très doux?

Et non, cela dépend!

Le mieux ici, comme pour n’importe quel fil, c’est effectivement de pouvoir toucher et juger de ses propres mains.

En ce qui concerne la laine teinte à la main, les écheveaux ne sont pas forcément synonymes de douceur.

Chaque créateur travaille avec des bases différentes. Certains fils sont dits « rustiques », entendez par là qu’ils ne sont pas particulièrement doux mais généralement respectueux de l’environnement.

Le traitement « superwash » ajoute de la douceur à la fibre et rend généralement la laine plus agréable à porter à même la peau.

Le mérinos superwash est idéal pour les bébés (entre autres!)
Modèle: Chaussons de la tricothèque – Laine: Petit Bout de Laine

La plupart des teinturiers travaillent avec du mérinos mais beaucoup explorent d’autres fibres et des mélanges plus ou moins doux. La soie, le yak, le chanvre, l’alpaga, le mohair… N’hésitez pas à leur demander conseil sur la douceur de leurs bases si c’est un critère important pour vous.

Personnellement, c’est dans des écheveaux teints à la main que j’ai trouvé la douceur que je recherchais depuis longtemps. Mais j’ai aussi eu beaucoup d’écheveaux entre les mains qui n’étaient pas particulièrement doux. Alors si vous avez l’occasion de les toucher, c’est toujours préférable. Sinon, n’hésitez pas à tester des fils sur des petits projets. Il faut s’autoriser à explorer différentes boutiques au fil de nos créations.

4- Est-ce que ces fils sont tous éthiques et écologiques ?

C’est assez difficile de répondre à cette question car tout dépend de vos critères. Globalement, je dirais que ces fils teints à la main, même s’ils génèrent une certaine pollution (avec les traitements superwash, des couleurs parfois chimiques, le transport des matières premières) tendent à générer moins de pollution que les fils classiques. S’ils ne génèrent pas moins de pollution, ils n’en génèrent pas plus.

Là aussi, n’hésitez pas à questionner les créateurs. Il est fort probable que vous ayez de bonnes surprises. Il y a de nombreuses boutiques dans cette démarche et les vendeurs seront parfaitement transparents avec vous.

Une petite vidéo qui transmet bien mon amour pour les fils teints à la main 😉
Poupée Minipilie, Laine Petit Bout de Laine

Certaines boutiques mettent en avant leur démarche éthique et écologique. Ils revendiquent par exemple:

  • des productions de laine locale
  • des animaux respectés
  • aucun produit chimique
  • des couleurs naturelles provenant de plantes
  • pas d’ajout de nylon

C’est le cas de ces boutiques par exemple:

Certaines font même le choix de prendre pour base des fils à base de fibres végétales. Comme Natissea, avec ses fils à base de Chanvre et coton biologiques.

5- Comment choisir le bon fil?

Au delà des couleurs qui seront sans doute votre premier critère de sélection. Voici une petite présentation des points à prendre en compte pour faire le bon choix.

a) La composition du fil

La composition du fil est importante à considérer pour bien l’adapter à votre projet.

Chaque créateur travaille sur des bases différentes. Ce sont un peu leurs toiles de fond sur laquelle ils viennent réaliser un travail d’artiste peintre avec leurs couleurs.

Voici par exemple quelques bases différentes chez Lainamourée.

  • Néphélées: 75% suri alpaga 25% soie
  • Aphrodite: 70% Bébé alpaga 20% soie 10% cachemire
  • Pandore: 50% cachemire 50% Soie

Certaines matières sont plus rares et luxueuses que d’autres. Les prix varient donc d’une base à l’autre.

Pour les chaussettes, je vous conseille un fil qui comporte du nylon (généralement 25%) Ce n’est pas très écologique puisque c’est un dérivé du plastique mais cela permettra à vos chaussettes de durer dans le temps.

Laine Menthe à l’eau
Petit Bout de Laine

Et pour un premier vêtement en laine teinte à la main, un fil 100% mérinos conviendra très bien et vous permettra déjà de goûter aux joies de ces couleurs uniques.

b) La taille du fil

Beaucoup de sites de laines teintes à la main se servent des termes anglophones pour classer les fils selon leur taille.

Comme ce n’est pas toujours simple de s’y retrouver, voici un récapitulatif pour avoir un repère sur la taille des fils.

  • Lace : 2 mm
  • Light fingering: 2,5 mm
  • Fingering: 2,5 / 3 mm
  • Sport: 3 / 3,5 mm
  • DK: 3,5 / 4,5 mm
  • Worsted: 4 / 4,5 mm
  • Aran: 4,5 / 5 mm
  • Bulky: 5,5 / 8 mm
  • Super Bulky: 8 / 12 mm
  • Jumbo: plus de 12 mm

c) Quelle quantité de fil?

L’idéal est de se baser sur le métrage. Certains modèles vous donne le nombre de mètres nécessaires et c’est parfait. D’autres modèles évoquent le nombre de pelotes d’une qualité précise à acheter.

Dans ce cas, il faut voir de combien de mètres est constituée la pelote et calculer ensuite le nombre de mètres total pour le projet. Il faudra cependant veiller à ce que les 2 échantillons correspondent bien.

changer le patron de tricot

Une autre façon de faire est de demander directement aux créateurs combien d’écheveaux seront nécessaires pour tel ou tel projet. En général, ils ont de l’expérience et sauront vous guider ou vous aider à vous poser les bonnes questions.

6- Comment choisir les couleurs?

En premier lieu, suivez votre coeur!

Dans ce domaine, c’est important de fonctionner par coup de coeur 🙂

Et en plus de ce critère essentiel, voici quelques pistes pour vous aider à faire le bon choix.

Au début, on a du mal à réaliser ce que donnera l’écheveau une fois tricoté. Les écheveaux avec de nombreuses couleurs donneront un tricot bigarré.

Le fil en premier plan donnera un tricot bigarré comme le prouve les chaussettes ci-dessous.
Laine: Tricot et Stitch

Des écheveaux avec de petites taches de couleurs donneront un tricot à « speckles ». C’est à dire qu’il y aura des éclats de couleurs ici et là de manière aléatoire. (Comme le pull d’Anny-Claude)

Certains écheveaux, dits « semi solides » donneront une couleur nuancée avec quelques éclats de blanc. La couleur ne sera donc pas parfaitement unie.

Laine semi-solide: Madelaine et Filibert
Modèle: Mon Gilet Parfait

Enfin, certains fils vous offriront une vraie couleur unie. Ce sont les couleurs dites « solides ».

Avant d’acheter un fil d’une certaine couleur, j’aime faire une recherche sur internet pour tenter de trouver des images de tricot fini avec la couleur que j’ai sélectionnée. Cela permet de donner une meilleure idée du rendu final.

J’ai commencé à m’intéresser aux fils teints à la main pour des chaussettes (oui, des chaussettes de « luxe ») . Avec le recul, je pense que c’était l’idéal pour mieux appréhender ce que donnent les écheveaux une fois tricotés. Si vous ne tricotez pas de chaussettes, vous pouvez commencer par d’autres accessoires, comme cela vous aurez acquis de l’expérience. Vous saurez mieux sélectionner les coloris qui vous plaisent pour un pull ou un gilet.

Fils entre semi-solides et solides
Petit Bout de Laine

Je finis ce paragraphe sur les couleurs en ajoutant un petit mot sur les paillettes.

J’adore les paillettes!

Les fils à la main proposent parfois des fils avec « stellina ». J’ai des chaussettes à paillettes d’un beau bleu profond que j’adore. Mais là aussi, je vous conseille de tester avant de vous lancer dans un vêtement à paillettes car les fils peuvent être plus ou moins pailletés selon les créateurs. Et si vous achetez sur internet, ce sera très difficile de vous rendre compte du rendu des paillettes sur le tricot. Ne tenez pas compte de ces quelques mots, si vous êtes une grande fan de paillettes et s’il ne peut jamais y en avoir trop pour vous 😉

7- C’est beaucoup plus de travail, non?

C’est vrai que ce n’est pas tout à fait aussi simple que pour certains fils de grandes marques, en pelote, prêts à tricoter et surtout qui passent en machine!

Je ne vais pas vous mentir, cela demande un peu plus de préparation mais surtout un entretien différent.

a) Pour la préparation

Si vous recevez des écheveaux, il faudra tout d’abord les mettre en pelote avant de les tricoter. Certains créateurs proposent ce service pour quelques euros supplémentaires. Si non le mieux est d’être équipé d’un parapluie dévidoir et d’un bobinoir. Le bobinoir n’est pas obligatoire, il vous fera gagner beaucoup de temps mais vous pouvez aussi faire une pelote ronde entre vos mains.

Un dévidoir parapluie en bois

Pour les fils épais (à partir de 5 mm) aucun de ces outils ne vous sera vraiment utiles. C’est très facile de mettre un fil épais en pelote à la main. Par contre pour les fils fins, c’est indispensable! Sans un parapluie dévidoir, vous vous retrouverez avec un gros tas de noeuds! (Oui! C’est du vécu!)

Un bobinoir à laine en bois. il en existe en plastique bien moins cher
mais je trouve celui-ci plus joli 😉

b) Pour l’entretien

Je privilégie le lavage à la main pour ces fils. Dans la tricothèque, vous trouverez un mémento sur l’entretien des tricots (si vous n’avez pas encore votre mot de passe, il suffit de vous inscrire en cliquant sur l’image ci-dessous).

Click here to subscribe

Alors oui, c’est plus de travail que de simplement mettre un pull ou des chaussettes en machine. Mais j’aime donner le bain à mes bébés laineux. Et puis en tant que tricoteur ou tricoteuse, s’il y a bien quelque chose qu’on sait faire: c’est prendre le temps!

Ces fils gagneront aussi à être bloqués après le premier lavage et parfois quelques lavages plus tard. (Voici un article sur le blocage si ce mot est mystérieux pour vous).

C’est donc bien une relation différente que l’on entretient ensuite avec les tricots nés de ces fils. Cela nous rend d’autant plus soigneuse avec nos oeuvres d’art. Ces bains à la main les rendent d’autant plus uniques à nos yeux car on ne les porte pas comme les vêtements habituels du commerce. On prend soin d’eux, on les chouchoute.

8- Est-ce que c’est cher?

Oui, je pense qu’on peut effectivement dire que c’est un produit de luxe.

Comme je le disais en introduction, cela touche à l’oeuvre d’art. Vous pouvez tricoter uniquement avec ces merveilleux fils teints à la main ou vous pouvez vous offrir (ou vous faire offrir!) de temps en temps ce doux plaisir.

Pour vous donner une idée, j’ai tricoté un pull pour ma petite soeur. Il est d’une belle couleur moutarde unie. Elle l’aime, elle le porte, il réagit bien aux différentes machines, c’est parfait pour elle. C’était la laine Charly de Phildar et le pull m’a coûté 12€.

Laine: Charly de Phildar
Modèle: Mon Pull Idéal

Pour le même projet pour moi, j’ai dépensé 100€. La différence est plutôt flagrante et il ne passe pas en machine! Mais je l’aime d’amour!

Oups, je sens bien qu’on pourra vite en conclure que je manque de générosité envers ma petite soeur! Mais non, non, non! (Enfin bon si peut-être un peu quand même) C’est surtout que je ne veux imposer le lavage à la main à personne! Alors j’adapte mes fils à mes projets 🙂 Voilà, voilà, vous voyez comme je suis pleine de bonnes attentions!

Comme le tricot est ma passion, je suis heureuse de tricoter, porter puis entretenir de belles matières.

Laine: Madelaine et Filibert, coloris Annecy
Modèle: Mon Pull Idéal

J’ai aussi remarqué qu’avec ces fils coups de coeur:

  • Je porte davantage ce que je tricote
  • En cas d’erreur, je détricote volontiers (et avec le sourire) car je veux un résultat à la hauteur de ma dépense.
  • Je chouchoute d’autant plus mes tricots une fois finis car je connais leur valeur.
  • J’éprouve beaucoup beaucoup beaucoup de satisfaction de la réception de ma commande jusqu’au moment où je porte mon tricot encore et encore.

9- Quelles marques de laine conseilles-tu?

Même si je tricote ces fils depuis quelques années désormais, je manque encore d’expérience pour faire une étude comparative de ces fils.

Voici cependant les boutiques que j’apprécie ou qui me tentent beaucoup. De bonnes adresses où il fait bon rêver en plongeant avec délice dans ces fils de luxe.

  • Madelaine et Filibert (Une laine très douce et les couleurs sont toutes à tomber! Des couleurs semi solides principalement. Je suis une grande fan!)
  • La Bien Aimée (Des coloris incroyables, reconnus dans le monde entier, c’est de l’art, à n’en pas douter!)
  • Une Louve dans Les Bois (Un très bel univers avec un choix exquis de belles matières dans une démarche éthique)
  • Lainamourée (De très belles matières, un bel univers très poétique)
  • La Fée Fil (Un grand choix de couleurs et de très beaux gradients)
  • Candy Wool (Pour celles qui adorent les couleurs bien éclatantes, vous trouverez votre bonheur)
  • Bynight Creations (Une créatrice belge qui teint à l’aide de plantes)
  • Woola Oops (Une explosion de couleurs variées et riches. Un fil très doux)
  • Tricot et Stitch (Une artiste amoureuse des couleurs, ça vaut le détour!)
  • Heidi Idea (conseillée par Anny-Claude, une fidèle lectrice. De belles couleurs variées qui donnent très envie)

Pour les Québecois, ils pourront acheter local chez:

Si vous avez d’autres belles adresses, n’hésitez pas à nous les partager dans les commentaires.

10- Et on peut teindre soi-même des fils?

Si vous aussi, vous aimez les couleurs et si vous avez envie de vous amuser à colorer de la laine, lancez-vous!

Pour cela, vous pourrez acheter des écheveaux à teindre et vous pourrez commencer avec des ingrédients de votre cuisine: pelure d’oignon, peau d’avocat ou avec des fleurs du jardin 😉

C’est une belle aventure et peut-être que vous vous prendrez au jeu.

Voici un livre qui pourra vous guider (Merci Yvette pour la référence):

Teindre la laine avec des plantes
H. Dagestad, K. Hestnes

J’espère que ces 10 vérités sur les fils teints à la main vous auront familiarisé avec ces petites merveilles. N’hésitez pas à partager vos propres expériences, vos doutes, vos coups de coeur dans les commentaires ci-dessous.

Si cet énorme article vous a donné envie d’en lire d’autres, retrouvez le sommaire du blog tricot ici:

Sommaire articles du Blog Tricot.

Et n’oubliez pas qu’avec un fil tout simple et pas cher du tout, on peut tout à fait faire des merveilles. Le principal, c’est de nous amuser!

Alors joyeux tricot!!