fermer la fenetre

Rejoignez la communauté du blog tricot

+

Recevez votre accès à la tricothèque gratuite!

+

Suivez nos derniers articles grâce à la newsletter

...

10 astuces pour trouver des modèles de tricots gratuits en français

C’est une question qu’on me pose souvent: “Je recherche un modèle de gilet/ de robe/ de brassière (ou autre…) pouvez-vous m’aider?”

Même si je m’efforce toujours d’apporter mes lumières, j’avoue que pour moi, ce n’est pas simple de répondre précisément à ce type de demande. Tout simplement parce que mes goûts ne sont pas forcément identiques à ceux des autres.

Mais ce que je peux faire, bien sûr, c’est vous partager mes ressources. Il m’arrive aussi souvent de rechercher des modèles de tricot gratuits, ne serait-ce que pour l’inspiration!

Click here to subscribe

  • 1) Ravelry

Quand je suis à la recherche d’un patron, mon premier réflexe, c’est de me tourner vers Ravelry. Il est vrai qu’on y trouve essentiellement des patrons gratuits en anglais et non en français.

Mais en y regardant de plus près, vous verrez que vous parviendrez facilement à trouver des patrons en français. Il y a d’ailleurs un onglet tout en bas de la page qui vous permet de traduire la page en français. Commencez ensuite par taper des mots comme “patrons français” ou “gilet” dans la barre de recherche et je vous garantis que vous aurez de belles surprises!

Et une fois que vous vous serez familiarisée avec Ravelry, il y a fort à parier que vous ayez très envie de tricoter en anglais. Rassurez-vous, ce n’est pas si compliqué, je vous explique d’ailleurs le b a-ba du tricot en Anglais dans cet article: Lire et comprendre les patrons en anglais.

tricot anglais astuces

  • 2) Makerist

Désormais, il y a un autre site que j’aime beaucoup consulté lors de mes recherches. Il s’agit du site Makerist qui propose de nombreux patrons gratuits. Il y a de plus en plus de modèles et il y en a pour tous les goûts. On y trouve entre autres des habits de poupées, des gilets pour hommes et des vêtements pour bébés… Certains modèles sont très originaux!

Ce site vaut le détour, voici une sélection de patrons gratuits que j’y ai découverts:

Châle Tea-Tricot de Verena

Mitaines Rainbow d’Elise Dupont

Béguin de Printemps de Julie Partie

  • 3) Phildar

Je trouve que Phildar fournit de très beaux modèles de tricot gratuits. J’aime en particulier les motifs de jacquard qu’ils proposent pour les enfants: ils sont frais et originaux. Ce qui est pratique sur ce site, c’est qu’on peut faire une recherche par catégorie.

Pull Cerf de Phildar

Il existe 5 catégories: Accessoires/ Enfants/ Femme/ Homme/ Layette

Et ce qui est top, c’est que vous pouvez également choisir selon le niveau de difficulté (débutant; intermédiaire; confirmé).

Par contre, les modèles proposés sont souvent tricotés avec un fil qui n’est plus commercialisé. C’est parfois possible de le trouver d’occasion mais le plus souvent, le mieux est de se reporter à ce tableau qui présente les équivalences entre les fils Phildar:

le tableau des équivalences de fils Phildar

Je suis sûre que lorsque vous y aurez fait un tour, vous aurez une envie irrésistible de tricoter une bonne dizaine de modèles!

Click here to subscribe

  • 4) Bergère de France

Quand on parle de Phildar, Bergère de France n’est jamais très loin dans nos esprits… Et à juste titre ici, puisque Bergère de France nous offre un accès gratuit à sa sublime tricothèque.

Cette tricothèque propose d’anciens modèles et quelques modèles inédits. Vous pourrez faire votre choix entre ces catégories: Bébé/ Déco/ Enfant/ Femme/ Homme.

Vous pourrez également faire une recherche selon ce que vous souhaitez tricoter, ce qui est très pratique! Il y a plus de 20 catégories (pull; brassière; gilet…etc…) Je trouve cette tricothèque très bien organisée et c’est difficile de ne pas craquer sur un modèle à chaque fois que j’y fais un tour 😉

Pour le problème des fils disparus, vous pourrez trouver une équivalence grâce au Bergéroscope 😉 Voici le lien de ce tableau:

Le bergéroscope

  • 5) Drops

La qualité des fils Drops est souvent plébiscitée. Les pelotes ont un prix raisonnable et les matières naturelles sont généralement majoritaires.

Le site Drops Design vous fournit des milliers de patrons gratuits. La logique de Drops, c’est qu’ils vous fournissent de superbes modèles et vous achetez leur laine, c’est donc gagnant-gagnant.

Certains modèles sont très beaux et leurs inspirations nordiques font rêver.

Malheureusement, je trouve que les explications de leurs patrons sont présentées de manière très brèves. Il y a peu de détails et on ne vous prend pas vraiment par la main. Si je tricote un modèle Drops, je réécris en général les explications pour ne rien oublier et suivre le sens du tricot.

Ce que j’adore chez Drops, c’est qu’on a accès à de véritables catalogues gratuits. Ce sont de vraies collections qui vous sont offertes et ça donne vraiment envie de se lancer dans un de ces magnifiques tricot. Voilà la liste des catalogues Automne/ Hiver 2017-2018 par exemple: Catalogues gratuits de Drops.

Pour vous y repérer au niveau des qualités de fils, vous pouvez vous référer à ce tableau: 

Tableau des fils Drops

  • 6) Cheval Blanc

Cheval Blanc propose également une gamme variée de fils à tricoter. Et sur leur site, on trouve de nombreux modèles de tricot gratuits. 

Pour cela, rendez-vous sur leur page : Exclusivités Web.

Choisissez le modèle qui vous plait puis inscrivez-vous à l’aide de votre adresse mail. Vous recevrez ainsi le patron en PDF. 

  • 7) Petits producteurs de laine

Beaucoup d’enseignes vendant des fils à tricoter proposent de jolis patrons gratuits. Cela vous permet de tester leurs fils et de vous inspirer.

C’est le cas par exemple de De Rerum Natura, une marque de laine éthique qui propose de très beaux modèles gratuits. 

Les modèles gratuits de De Rerum Natura

Bonnet Impromptu – De Rerum Natura

Il y a aussi Petit bout de laine qui offre de beaux patrons gratuits: chaussettes, gilet et bonnet.

Bonnet Alexandre de Petit Bout de Laine

Ils sont présentés au milieu des modèles payants mais ils sont bien gratuits! 🙂

  • 8) Pinterest

Si vous aussi, vous êtes fans des travaux manuels. Vous connaissez sans doute le site Pinterest.

Ce site est une magnifique source d’inspiration! Vous trouverez souvent des liens vers les sites que j’ai cité ci-dessus. J’y ai créé un tableau dans lequel je recense les patrons gratuits.

Retrouvez-le ici.

Tableau Patrons Gratuits Pinterest

  • 9) A l’estudiantine

Sur le blog A L’estudiantine, il y a une liste énooorme de patrons gratuits. Ils sont classés par catégorie et les liens dirigent directement vers les patrons. 

Je suis admirative du travail accompli par cette bloggeuse alors n’hésitez pas à vous référer à cette liste inspirante et à lui laisser un petit message de sympathie!

Les patrons gratuits classés par A L’estudiantine

  • 10) Créa’Tricot

Créa’Tricot, c’est un chouette blog collectif. Des passionnés y présentent leurs modèles gratuits. Il y a des modèles absolument sublimes et souvent les explications sont très soignées et précises.  

Ces généreuses créatrices vous offrent ce qu’elles ont de meilleur, alors courez en profiter!

Voilà pour mes ressources préférées, bien sûr il en existe beaucoup d’autres, ce serait difficile de tout lister!

 

Retenir tous ces liens, ce n’est pas facile, alors je vous ai préparé un PDF récapitulant tous les liens cliquables.

C’est une petite liste de secours à garder sous la main en cas de besoin intense d’un patron gratuit. 🙂

Click here to subscribe

Modèle de chaussons gratuits pour toute la famille!

Il fait froid et nos pieds ont bien besoin de douceur et de tendresse. Pourquoi ne pas tricoter des chaussons douillets pour tous les membres de la famille?

J’ai créé ce modèle pour qu’il n’y ait plus de petits pieds frisquets par chez vous.

Il est simple à réaliser mais comme tous les patrons de chaussons, il présente quelques petits défis techniques.

Mais c’est pour ça que j’adore les petits chaussons pour nourrissons, ils permettent à n’importe quelle tricoteuse d’acquérir en quelques minutes des techniques indispensables dans le tricot.

Et puis un mini chausson, quoi de plus mignon pour un bébé à venir?? ça vaut bien la peine de s’y mettre et d’apprendre à maîtriser toutes ces nouvelles connaissances 🙂

Pour faire un chausson, il faut:

  • mettre des mailles en attente
  • relever des mailles
  • rabattre à 3 aiguilles ou faire un grafting
  • reprendre des mailles laissées en attente

Rien de bien compliqué mais c’est l’occasion de s’y mettre 🙂

Si tous ces mots techniques vous effraient, je vous présente en vidéo un tuto complet pour le modèle de chaussons d’un enfant entre 4 et 7 ans. Mais bien sûr cette vidéo vous permettra de comprendre comment tricoter toutes les tailles.

 

Vous voulez pouvoir faire partie des membres de la tricothèque? Indiquez moi simplement à quelle adresse je dois vous envoyer le mot de passe.

 

Tricoter en rond ou à plat?

Le tricot circulaire a tendance à prendre le devant de la scène tricotesque ces derniers temps. Cela est dû à l’avènement des aiguilles circulaires qui nous permettent désormais de tricoter des ouvrages importants en rond.

Faut-il pour autant dire adieu sans regret au tricot à plat?

Cet article vous aidera à percevoir l’intérêt de ces deux techniques et vous donnera envie de maîtriser les deux à coup sûr.

Quels sont les avantages du tricot en rond?

  • On fait majoritairement des rangs endroits. Beaucoup de tricoteuses n’apprécient pas particulièrement les rangs envers. Or lorsqu’on tricote en rond, on obtient du jersey en ne faisant QUE des rangs endroits. Et vous obtiendrez du point mousse en alternant rang envers et rang endroit.
  • Il y a beaucoup moins de couture lors des finitions. Le tricot circulaire permet de diminuer fortement les coutures. On peut même tricoter tout un pull avec quasi aucune couture ! Une fois votre bonnet tricoté, il ne restera qu’à rentrer les fils et à le porter. Celles qui détestent l’étape couture en viennent souvent au tricot en rond 🙂

Modèle Soft linen lace and rib Pullover de Pam Allen

  • Le tricot en rond permet une continuité du motif: Si vous tricotez tout un pull avec un point fantaisie et en particulier un pull tout en dentelle. Vous vous faciliterez la vie en n’ayant pas de raccords à faire entre le devant et le dos. Créer un pull sans couture sera bien plus esthétique dans ce cas. Et cela vaut aussi bien pour les bonnets, les chaussettes et les gros cols.

Modèle Baa-ble Hat de Donna Smith

  • Certains jacquards pourront se tricoter en rond avec plus de facilité. En rond la technique du jacquard est un peu particulière. On parviendra facilement à tricoter des motifs répétitifs tout autour du pull comme dans les pulls à encolure ronde. Là aussi, le fait qu’il n’y ait pas de couture permet un résultat impeccable.

Modèle Yoke Pullover de Heather Lodinsky

  • On peut essayer son ouvrage en cours de route. Un autre point que j’apprécie particulièrement dans le tricot en rond, c’est le fait que l’ouvrage prenne forme petit à petit. Rapidement on peut placer la chaussette sur le pied auquel elle est destinée et vérifier si la taille convient bien. Même chose pour les pulls ou les bonnets: ainsi pas de mauvaise surprise comme j’ai pu en connaître une ici: après avoir assemblé le pull de mon homme, je me suis rendue compte que la forme ne lui convenait pas du tout, il était bien trop large et ne le mettait pas en valeur. Mésaventure qui me fait désormais préférer les pulls en rond et en top-down (qui se tricote de haut en bas)
  • Le dos et le devant sont faits ensemble: Le fait qu’on tricote d’un bloc le dos et le devant fait que le corps sera inévitablement parfaitement ajusté. Vous ne devrez pas prendre des mesures  et  compter les rangs pour être sûre que le devant et le dos correspondent avant de les assembler l’un à l’autre.
  • C’est plus facile d’obtenir un jersey bien régulier. Souvent les tricoteurs n’ont pas la même tension pour les rangs envers et les rangs endroits. Cela n’est pas toujours très visible, heureusement, mais si vous sentez que vos rangs manquent de régularité, les aiguilles circulaires et le tricot en rond peuvent vous être d’un grand secours! Votre point jersey sera tricoté avec une tension bien plus régulière puisque toutes vos mailles seront tricotées à l’endroit.

Quels sont les avantages du tricot à plat?

  • Le tricot à plat permet de structurer l’ouvrage. C’est particulièrement important pour les ouvrages faits avec un fil épais. Autant un col ou un snood tricoté avec un très gros fil sera plus pratique à faire en rond, autant une veste ou un gilet tricoté avec un fil épais manquera de tenue s’il est tricoté avec des aiguilles circulaires. Les coutures ont l’avantage de structurer le vêtement et permettent de répartir différemment le poids de la laine. Une veste épaisse sans couture finirait pas s’étirer en longueur et serait bien moins seyante après quelques jours à la porter.

Modèle gratuit en français: Veste à poches de Phildar

  • Plus adaptable pour les morphologies particulières. Cela prend du temps d’apprendre à adapter un patron à sa morphologie. Globalement, on peut tout de même dire que les pulls et les gilets prévus avec des coutures permettent davantage d’adapter le patron à une morphologie particulière. Il y a plus de points modifiables puisque chaque élément est indépendant. Malgré tout cela est également possible pour les ouvrages en rond, la technique est juste un peu différente (et un poil moins précise).
  • Le jacquard intersia. On aura davantage de difficultés à tricoter un jacquard intersia sur un ouvrage en rond, cela oblige à faire des rangs raccourcis et ce n’est pas particulièrement esthétique. Le tricot à plat est donc à privilégier lorsqu’on veut réaliser un grand motif ou des motifs peu répétitifs.

Modèle gratuit Pull Cygne fille de Phildar

  • Le point mousse. Pour un ouvrage au point mousse, choisir le tricot à plat est une garantie de facilité. Même s’il faudra faire des coutures au final, le fait de pouvoir le tricoter uniquement avec des rangs endroits risquent de vous simplifier la vie!
  • Quand les coutures sont essentielles. Certains ouvrages ont besoin de couture. Ce sera le cas de la plupart des housses de coussin et des sacs en tricot. Un sac sans couture au fond manquerait de rigidité pour transporter ses petites affaires.

Modèle Sac et Pochette Fiona d’Elodie Wegeler

En conclusion, il n’est pas utile de décrier une technique au profit d’une autre. Les 2 sont essentielles si on veut acquérir une grande liberté dans le choix de nos projets.

La problématique des aiguilles circulaires est un autre débat: je tricote parfois à plat, parfois en rond mais j’utilise principalement des aiguilles circulaires.

Si vous vous interrogez sur les aiguilles circulaires, n’hésitez pas à aller lire cet article.

Et vous, tricotez-vous plutôt à plat ou en rond? Appréciez-vous ces deux techniques ou choisissez-vous les projets selon l’une ou l’autre?

 

Interview Tricot: Tricot et Stitch

Quand j’ai découvert Christelle de Tricot et Stitch, j’ai adoré son univers! On ressent son énergie et sa générosité dans tous ses podcasts. Son imagination est débordante et j’espère pouvoir de nouveau embarquer à l’avenir dans une de ses aventures!

Dernièrement, elle a ouvert une boutique et j’aime beaucoup la variété des articles qu’elle y propose. Les coloris qu’elle offre à ses écheveaux sont splendides et je n’ai pas su résister à ses anneaux marqueurs amovibles: ils sont tellement originaux!

J’étais donc très curieuse d’en connaître un peu plus sur Christelle et son univers. C’est donc très naturellement que j’ai voulu poursuivre ma série d’Interview Tricot avec elle. Christelle a gentiment accepté mon interview et je suis ravie de pouvoir vous la partager!
Alors bonne lecture!

Aline: Quand as-tu appris à tricoter? Comment le tricot est-il devenu une passion pour toi?

Christelle: J’ai appris à tricoter dans les années 80 avec ma grand-mère paternelle, qui me gardait après l’école. J’ai tricoté jusqu’au tiers d’une écharpe au point mousse en acrylique rouge avant de décider que c’était nul ^-^. J’avais 8 ans. Effectivement, c’était sain de ma part. Je sais maintenant qu’une écharpe au point mousse en acrylique uni, c’est l’équivalent d’une lobotomie pour tricoteuse.

Il y a 6 ans, en 2011, ma grand-mère est partie en maison de retraite et nous avons dû débarrasser son appartement. Il a fallu décider quoi faire de toutes ses affaires, notamment les affaires de tricot… Et j’ai tout récupéré! Sa laine, ses magazines, ses notes, ses outils… Mon père, qui tricote aussi, m’a réappris les bases. Il m’a montré comment monter les mailles, le point endroit, le point envers, le jeté… et hop, direct les côtes anglaises. Pas le truc le plus facile, mais c’était passionnant!

Modèle de Châle – Audrey – Tricot et Stitch

J’ai commencé par tricoter un morceau informe et plein de trous, pour m’entraîner, puis la courbe d’apprentissage a été très rapide. En quelques mois je tricotais des modèles en dentelles ou en torsades, je recherchais la technicité et j’étais avide d’en savoir toujours encore plus. Amoureuse de la langue anglaise, que je pratique avec plaisir au travail et en dehors, j’ai découvert Ravlery, les blogs anglais et américains, les podcasts, les tutos sur Youtube… Et là, le tricot a pris une autre dimension. Exotique, cosmopolite, culturel… les livres aussi ( Stéphanie Pearl McPhee!!), les aiguilles circulaires, la laine naturelle teinte à la main, la communauté, les évènements… je suis tombée dans le trou du lapin blanc et je n’en suis jamais ressortie!

Qu’est-ce que le tricot t’apporte?

Le tricot m’apporte énormément de choses:

  • L’assurance et la confiance en soi que confère le fait de se sentir experte dans un domaine;
  • La preuve que l’on peut aborder quelque chose de nouveau et réussir, peu importe notre point de départ;
  • Le plaisir de renouer avec quelque chose de concret, de manuel, d’ancestral, de faire moi-même des objets utiles et beaux pour ceux que j’aime (et pour moi!);
  • La communauté, les tricopines, dont certaines sont devenues des amies chères;
  • Last but not least, le tricot est devenu le canal d’expression privilégié de ma créativité: elle a toujours été présente en moi et s’est exprimée de diverses façons (dessin, peinture, aquarelle) et même si je n’en ai pas fait mon premier métier, car c’est dur d’en vivre, c’est néanmoins cette créativité qui me définit le mieux et dans laquelle je m’épanouis.

Kit Flamingo Dream – Tricot et Stitch

Depuis quand as-tu ouvert ta boutique en ligne? Qu’y vends-tu?

J’ai ouvert ma boutique en mai 2017, après avoir eu un stand pour la première fois, à la Fête de la Laine de Clamart, aujourd’hui rebaptisée Clamart’Fil. Je l’ai ouverte pour vendre ce qu’il me restait de la Fête. Aujourd’hui j’y vends de la laine teinte à la main, des marqueurs, des pochettes à en-cours, des bloqueurs à chaussettes faits à la demande et des aimants à aiguille. Je n’avais jamais pensé me mettre à teindre de la laine de façon régulière mais j’adore ça!

Quelle est l’identité de ta marque? Quelles sont les valeurs qui te tiennent à cœur?

Cozy, Fun, Pop! Cela résume très bien ma marque. C’est son ADN en quelque sorte.

Cozy, car j’aime tout ce qui véhicule ce concept de cocooning et de bien-être (j’étais Hygge avant de connaître le concept ^-^)

Fun, parce que j’aime m’amuser dans tout ce que j’entreprends. Le fun transpire dans tout ce que j’organise et mon objectif est de le partager au maximum.

Pop, parce que mes créations et mes évènements sont tous très influencés par la culture pop. Les années 80. La musique. Les livres…

Une autre valeur qui me tient vraiment à coeur et qui peut être retrouvée dans tout ce que je fais, c’est L’Aventure. Sortir des sentiers battus, essayer de nouvelles choses, créer des évènements, des modèles, des couleurs…

Enfin, d’autres valeurs essentielles ressortent aussi dans les évènements que j’organise: la bienveillance, l’entraide, la mesure. C’est très important et j’en parle souvent dans mon groupe Ravelry.

Modèle de Châle –  Clemartium – Tricot et Stitch

Tu as testé beaucoup de domaines tricotesques: teinture, patronage, création d’accessoires, tricot… Peux-tu nous dire quel domaine tu affectionnes le plus et pourquoi?

C’est la création de patron qui vient en tête de liste. C’est ce à quoi je reviens toujours. C’est ce que je continuerai de faire quoi qu’il arrive!

En second, c’est la teinture. Avant le tricot, mon hobby, c’était le dessin et la peinture. Aquarelle, acrylique, pastels gras… J’aime les couleurs. Teindre la laine me permet de renouer avec ces aspects que j’ai délaissé il y a plusieurs années, quand je suis devenue Maman et que tout d’un coup, je n’ai plus disposé de plages de plusieurs heures consécutives de temps libre. Le tricot est venu prendre cette place car il se prête merveilleusement bien à ce morcellement du temps!

En troisième, ce sont les évènements. J’adore les organiser et voir s’amuser les autres autour de mes idées. En tant que personne plutôt introvertie, c’est aussi ce qui me demande le plus d’énergie et d’effort, non pas dans la conception mais dans l’animation.

Progress Keeper – Potion Magique – Tricot et Stitch

La création d’accessoires n’est pas une passion à proprement parlé. C’est plus le fruit d’une frustration de ma part de ne pas disposer d’autant de choix qu’outre-atlantique. J’ai fabriqué ce que je ne trouvais pas localement, d’abord pour moi, puis, beaucoup plus tard, pour ma boutique, car j’ai constaté qu’il y avait une demande. La couture est ce que j’aime le moins faire, mais je suis heureuse quand j’ai terminé une petite pile de maisons de chaussettes!

Comment trouves-tu l’inspiration pour tricoter et alimenter ta boutique?

Je ne trouve pas vraiment l’inspiration. Je dirais que l’inspiration ne me laisse pas une minute de répit. Il y a tellement de choses qui m’inspirent, que j’ai envie de traduire dans un patron, une couleur de laine, un évènement… Les idées se bousculent… à minima je les note. Dans les cas extrêmes, elles m’empêchent de dormir tant que je ne leur ai pas donné vie! Alors que j’aimerai parfois faire une pause, ne rien faire… mais c’est impossible. Je n’y arrive pas. J’ai toujours une idée qui veut se réaliser. C’est la tyrannie des idées.

Echeveaux de laine teinte à la main – Eté indien – Jus de Citrouille – The Upside Down – Octobre 2017

Mes principales sources d’inspirations sont culturelles: livres, films, séries… Je suis une enfant des années 80 et ça se ressent dans ce que je crée. Je suis aussi un peu geek sur les bords. Je suis aussi beaucoup inspirée par le calendrier, les fêtes, les saisons.

Tu as participé à des fêtes de la laine, as-tu apprécié ces expériences?

Oui beaucoup. Mais j’ai trouvé cela très exigeant en termes de préparation, beaucoup trop pour le temps dont je dispose. Pour participer à la Fête de la Laine l’année dernière, j’ai passé deux mois à négliger ma famille et ma maison. L’appartement ressemblait à un atelier clandestin et les enfants à des Cro-Magnon. Bon. J’exagère sur les Cro-Magnon. Mais tu vois l’idée… donc j’ai décidé de ne pas faire de Fête en 2018, bien que cette décision me coûte car j’adore le contact avec d’autres passionnées! Mais je dois trouver le rythme de croisière. Je le cherche mais je ne l’ai pas encore trouvé: d’ailleurs, si quelqu’un le voit, faites-moi signe s’il vous plait, j’ai deux mots à lui dire.

Echeveaux de laine teinte à la main – Volcanique – Tricot et Stitch

Toi qui as l’expérience de la vente sur internet et de la vente physique, peux-tu nous dire ce que tu préfères, est-ce que ces deux manières de vendre sont complémentaires ou difficiles à associer?

Je pense que les deux se complémentent très bien. La vente physique permet d’avoir le plaisir de rencontrer les tricopines virtuelles dans la vraie vie. La vente en ligne permet de pouvoir vendre depuis son petit chez soi, sans fonds de commerce en dur.

Dans la sphère des tricoteuses, tu étais d’abord connue pour tes podcasts tricot, peux-tu nous en dire un peu plus sur cette aventure?

Les podcasts, c’est du 100% fun. Moi dans ma voiture à raconter des bêtises pendant 30 minutes. D’ailleurs ton interview m’a motivée à enregistrer un nouvel épisode, le n°35. Je parle dans cet épisode d’une difficulté rencontrée pendant la Sock Design Party, que j’ai mis un peu de temps à surmonter. Aujourd’hui je renoue avec le plaisir d’enregistrer des podcasts et j’espère réussir à associer cet exercice avec l’évolution de Tricot et Stitch, sans que mon podcast ne devienne qu’une vitrine. Je suis très attachée au contenu partagé et j’aime parler de sujets qui sortent du domaine habituel du tricot.

Progress Keeper – Ananas – Tricot et Stitch

Ce printemps, tu as organisé la “Sock Design Party”. Peux-tu nous en expliquer le principe? Est-ce qu’il y en aura d’autres?

La Sock Design Party, c’est un Design-Along (DAL), comme un Knit-Along (KAL), sauf que là, chaque participant crée son propre design de chaussette. Pour les aider et les guider, j’ai organisé quatre livestreams sur Instagram (disponibles sur ma chaîne Youtube), dans lesquels j’abordais plusieurs aspects de la création d’un patron: l’inspiration, le processus créatif, les techniques et “l’après”, c’est à dire les considérations concrètes de la mise à disposition d’un patron, notamment la phase de test. J’ai aussi fourni deux bases de patrons, comme des pages blanches, pour permettre aux participants de se lancer avec un maximum d’information.

Le résultat a été au delà de mes espérances les plus folles! Plus de 100 participants pendant le DAL et 20 patrons publiés en juillet sous la forme d’e-book.

Il y aura une autre Sock Design Party. Mais en toute honnêteté, j’ai du mal à faire la même chose deux fois, je me lasse très vite. Il est donc très vraisemblable que l’événement évolue… Sur un thème imposé par exemple… ou co-animé avec une autre créatrice… J’y réfléchis.

Où peut-on trouver ces patrons gratuits?

Mes patrons gratuits sont disponibles dans ma boutique Ravelry. J’ai aussi créé une page spéciale sur mon site internet www.tricotetstitch.com où vous trouverez plein de belles photos, l’histoire de chaque patron et le lien vers Ravelry.

Cet automne, tu as eu l’idée d’organiser un Knittich. Il s’agit d’un tournoi de tricot organisé en référence au Quiddich de Harry Potter. D’où t’es venue cette fabuleuse idée? Combien y a-t-il de participants? Comment se déroule le Knittich?

L’idée est venue d’une conjonction de plusieurs choses:

  • L’envie d’organiser un événement dans l’univers de Harry Potter depuis longtemps;
  • La découverte du concept de “Battle Tricot” grâce à Ingrid, @koreminaldi, une amie très chère et partner in crime de quasiment tous les événements que j’organise;
  • La commande de badges “Hogwarts Knitting Club” cet été dans la boutique Etsy AuberginenArt

Ces trois choses se sont mélangées dans ma tête, et pour citer Ghostbusters, “ça a fait chboum là-d’dans”.

Une fois l’idée apparue, tu penses bien qu’elle était du genre à ne pas me lâcher la grappe. Ce n’était pas une idée qui se contenterait d’être notée dans un coin. Elle avait la folie des grandeurs cette idée-là, et elle était URGENTE. Donc en une après-midi, elle était mise noir sur blanc, illustrée par un visuel et postée sur instagram.

La suite “is history” puisque cette idée avait raison d’être aussi pressante. Elle a beaucoup plu et je suis, comme pour la Sock Design Party, surprise de l’engouement qui s’est créé autour. Je pensais que nous serions entre 5 et 10 par maisons, et que ce ne serait que des tricopines qui se seraient inscrites pour me soutenir (elles sont comme ça). Mais non. Il a fallu limiter à 100 participants par maison! Le truc de fou.

Quant à expliquer comment se déroule le Knittich… les règles ont été collaborativement élaborées et l’idéal serait de consulter la page Knittich du site  pour tout savoir!

Si on veut te suivre et pouvoir embarquer dans une de ces aventures tricot que tu proposes régulièrement, où peut-on te trouver?

C’est sur instagram que je suis le plus présente. Si j’organise quelque chose, c’est le premier réseau social sur lequel je poste. Je relaye les posts sur facebook aussi, sur la page Tricot et Sitch, mais je suis moins à l’aise sur FB que sur IG… Toutes les informations utiles sont ensuite disponibles sur www.tricotetstitch.com. Sur ce site, il y a aussi une section blog, que je prévois d’alimenter avec des sujets connexes au tricot, mais pas que. ^-^

As-tu de futurs projets en tête pour les mois à venir?

Je suis en constante ébullition. En plus des éditions 2018 de la Sock Design Party et du Tournoi de Knittich, qui, je le suppose, seront attendus, j’ai d’autres projets. Un collaboratif et mystérieux, et un plus personnel et de longue haleine. Les deux ont été initiés et ne verront pas le jour avant l’automne 2018 je pense.

Si une personne veut tenter de vivre de sa passion du tricot, que lui conseillerais-tu?

Je ne saurais pas quoi lui conseiller! C’est comme le rythme de croisière, je cherche encore…

^-^

Si, quand même, un conseil, celui donné par Françoise Danoy de Aroha Knits, en réponse à la même question: ne quittez pas votre boulot! Je pense sincèrement qu’il faut grandir de façon organique et y aller petit à petit pour limiter la prise de risque. Trop d’aléa, trop d’effets de mode, l’effet de saturation du marché… Il faut y aller doucement mais sûrement.

Merci beaucoup Christelle pour ces réponses passionnantes!

Merci pour cet interview!

Si cet interview vous a plu, vous serez sans doute contente de savoir qu’il en existe deux autres: des créatrices tricot passionnées qui parviennent désormais à vivre de leurs créations:

Interview Tricot: Petit Bout de Laine

Interview Tricot: Lune de Nacre

Dites-nous dans les commentaires si cet interview vous a inspiré(e). Et n’hésitez pas à suivre Christelle et sa communauté dans ses prochaines aventures!

Ces petits gadgets qui nous changent la vie (de tricoteuse)

Quand on débute le tricot, on a essentiellement besoin d’aiguilles et de fil. Si vous êtes dans ce cas, vous serez heureux de pouvoir lire des conseils sur le choix des aiguilles et d’autres sur le choix du fil.

Ensuite, quand le tricot devient un véritable loisir, on peut s’équiper de petits outils très pratiques qui nous faciliteront notre vie de tricoteuse 🙂

Tous ces outils vous permettront de faciliter les différentes étapes du tricot: l’échantillon; le tricot; les finitions…

C’est parti pour un petit tour des gadgets utiles!

  1. Se repérer dans le tricot
  2. Mettre en attente des mailles
  3. Tricoter avec régularité
  4. Faire de jolies finitions
  5. Ranger vos précieux
  6. Prendre des notes

1) Se repérer dans le tricot

  • Les anneaux marqueurs

Vous en trouverez de deux sortes:

  • Des anneaux qui suivent le tricot rang après rang. Vous les trouverez toujours sur votre aiguille à l’endroit où vous les avez laissés. C’est idéal pour se rappeler les diminutions et les augmentations et les changements de points à réaliser.

Pour le tricot en rond, ils sont indispensables, si vous voulez un résultat bien régulier. Ils vous permettront également de marquer le début du rang.

  • Des anneaux marqueurs amovibles: Vous pouvez les fixer sur une maille et venir les enlever par la suite. Ce sont des repères intéressants en ce qui concerne les rangs. Si vous devez faire des diminutions tous les 10 rangs par exemple, le fait de placer des anneaux marqueurs amovibles tous les 10 rangs vous permettra de vous repérer plus facilement dans votre tricot et facilitera le comptage des rangs;

Il existe des anneaux marqueurs tout simples qui remplissant parfaitement ces fonctions. Et il en existe des très sympas, originaux et jolis, réalisés par des créatrices tricoteuses.

 

Anneaux marqueurs Tisserin Coquet

Anneau marqueur amovible

Tricot et Stitch

  • Le compte rang

Pour mieux vous repérer dans l’avancée de votre tricot, vous serez peut-être soulagée par un compte-rang. C’est un petit gadget qui vous évitera de compter et recompter vos rangs. Il peut se garder autour du cou et chaque fin de rang, vous cliquez dessus, et hop un nouveau rang au compteur!

  • Le mètre de couturière

Mesurer son ouvrage est essentiel lorsqu’on tricote un vêtement.  Un mètre de couturière est donc indispensable. Une règle est bien utile aussi! C’est le genre de petits accessoires à toujours avoir sous la main.

2) Mettre en attente des mailles

  • Les arrêts de mailles

Sur plusieurs modèles, vous devrez mettre des mailles en attente: lorsqu’on tricote des chaussons par exemple ou lorsqu’on veut tricoter plus tard une manche.

Ces “épingles à nourrice” géantes sont très bien faites et remplissent bien leur job: elles peuvent sécuriser un grand nombre de mailles comme un tout petit nombre.

Cela vous évitera d’avoir des mailles qui se sauvent et qui se détricotent.

Pour mettre en attente les mailles d’une manche, je préfère la technique suivante:

je passe mes mailles sur un câble de 40 ou 60 cm auquel j’ai déjà accroché un stoppeur d’un côté puis je remplace l’aiguille qui m’a permis de passer les aiguilles sur le câble par un autre stoppeur. Le tour est joué et au moment voulu, je n’ai plus qu’à remettre les aiguilles en place et tricoter 🙂

Pour mettre des mailles en attente, il est aussi possible d’utiliser un simple fil mais le fait que vos mailles soient déjà installées et prêtes à tricoter pourra être très intéressant.

  • Les protège-pointes

Si vous êtes adeptes du tricot nomade, vous apprécierez ces petits ustensiles! Grâce au protège-pointes, vos mailles ne s’échapperont pas quand vous mettrez votre tricot en pause. Et si jamais votre bambin ou votre chat passait par là, vous serez ravie d’avoir pensé à placer un protège-pointes.

Je ne sais pas s’il en existe de plus mignons que ce modèle de chez Hiya Hiya

3) Tricoter avec régularité

  • Les aiguilles circulaires

Je ne pense pas qu’on puisse mettre les aiguilles circulaires dans la catégorie “gadgets” mais j’aime tellement ces aiguilles, que je voulais les ajouter à ma liste, je trouve qu’elles sont un achat qui en vaut vraiment la peine. J’ai écrit un article qui leur est entièrement consacré ici si vous voulez en apprendre plus avant de faire un choix.

aiguilles-circulaires

  • Le calculateur de tricotage

Pour un tricot parfaitement adapté à votre taille ou à la taille de la personne à qui il est destiné, je conseille de réaliser un échantillon. Vous en saurez plus en lisant cet article. Et le petit gadget qui aide à mesurer son échantillon, c’est celui-ci: le calculateur de tricotage.

Il vous permettra d’être sûre de votre échantillon. De quoi démarrer votre ouvrage dans de bonnes conditions!

calculateur de mailles

  • Les aiguilles à torsades

Si vous aussi, vous avez un faible pour les tricots irlandais, les aiguilles à torsade pourront vous être utiles. On peut aussi les remplacer par des aiguilles double-pointes mais si vous adorez les torsades, vous pourrez les ajouter à votre matériel car vous les apprécierez.

4) Faire de jolies finitions

  • L’aiguille de couture de tricot

Elles sont indispensables! Quoique vous tricotiez, vous aurez forcément besoin d’une aiguille à laine pour rentrer les fils. Elle est donc utile dès votre premier tricot!

aiguille à laine débuter tricot

Je vous conseille d’en choisir de bonnes qualités: en métal si possible et avec des chats de différentes tailles. Des aiguilles à laine de mauvaise qualité risque de mal glisser entre les mailles et d’accrocher…Dans ce cas, vous risqueriez de détester à jamais les coutures au tricot!

Voici mes aiguilles à laine préférées après en avoir testées une bonne quantité (c’est le genre de petits trucs que je perds désespérément et régulièrement depuis des années): clic clic sur le lien.

 

  • La paire de ciseaux

Dans votre kit de survie de tricoteuse, vous aurez également besoin d’une paire de ciseaux. Pour le tricot, c’est un peu différent de la couture ou de la broderie, une paire de ciseaux qui sait couper un fil de manière nette et précise suffira parfaitement. Une bonne paire d’écolier remplira cette mission sans souci.

  • Un kit de blocage

Pour bien terminer un bel ouvrage en laine naturelle, rien de mieux qu’un bon bain avec un savon spécial laine. (J’utilise personnellement le savon de la marque Eucalan) Ensuite, on pratique un séchage à plat avec des épingles pour bloquer le tricot et lui donner la forme qui lui convient et qui le mettra le plus en valeur. Cette étape est indispensable pour embellir la dentelle d’un tricot.

5) Ranger vos précieux

  • Ranger vos travaux en cours

Pour ranger vos tricots en cours, les tote bags et les sacs à projets sont idéaux. Si vous aimez avoir plusieurs encours en même temps, ces sacs vous permettront de les ranger séparément. Il y en a de très jolis créés par des créatrices comme ceux de By Night Creations.

tote-bag-tricot

  • Stocker votre laine

J’aime mettre mes pelotes dans de jolies boites en carton. J’ajoute de quoi éviter les mites: des petits sacs de lavande provenant de la Provence voisine. Vous pouvez aussi opter pour de grandes boîtes hermétiques en plastique. Cela vous permettra de garder vos précieux bien ordonnés et à l’abri de leurs ennemis: l’humidité, la poussière, le soleil et les mites.

 

6) Prendre des notes

  • Cahier et classeur

Je vous invite à prendre des notes sur vos tricots. Dédiez un cahier à vos notes Tricot afin de pouvoir vous y replonger facilement. On peut aussi tenir un journal informatique mais finalement, je trouve que le bon vieux cahier en papier est ce qu’il y a de plus pratique…

carnet-de-notes-tricot

Pour les échantillons, comme je le préconise ici, je vous conseille de tenir un classeur. Vous garderez ainsi tous vos précieux échantillons dans des pochettes plastifiées. Cette habitude finira par s’avérer très utile quand vous rechercherez la laine idéale pour un projet.

Bien sûr un simple cahier et un classeur d’écolier feront l’affaire mais vous pouvez aussi vous faire plaisir avec un carnet tricot aussi chouette que celui-ci 🙂

  • La calculatrice

Un autre petit outil très pratique que j’essaie toujours d’avoir sous la main, c’est une calculatrice. On en a souvent besoin pour vérifier que nos diminutions ont été réalisées bien régulièrement ou pour modifier quelques détails. Et oui! Les mathématiques font partie de la vie des tricoteuses! 😀

changer le patron de tricot

Voilà le tour de mes petits outils pratiques qui égaient mon univers de tricoteuse et qui viennent prêter main forte quand j’en ai besoin. Je ne suis pas pour la consommation à outrance mais j’aime que ma passion puisse être facilitée pour encore plus de plaisir!

Un dernier récapitulatif de cette longue liste que vous pourrez ainsi voir d’un coup d’œil:

 

Que tricoter pour un bébé à venir?

Aaaaah les bébés! Je craque pour leurs toutes petites mains, leurs gazouillis et leurs mini pieds…

Oui, je suis gaga devant les nourrissons!

Alors en toute logique, je suis fan de layette.

Quoi de plus tricotesquement choupi qu’une paire de chaussons taille naissance?

Mes premiers ouvrages un peu complexes étaient d’ailleurs des gilets pour bébé. Je n’avais pas encore de bébé dans mon entourage à cette époque mais je trouvais tous ces mini vêtements tellement craquants que je les confectionnais avec beaucoup de patience et d’application.

Alors si vous avez un petit bébé à venir dans votre entourage, je serai la première à vous encourager à lui tricoter un petit ouvrage douillet et mignon.

Que vous soyez débutante ou confirmée en tricot, vous trouverez de quoi vous faire plaisir et de quoi chouchouter le futur petit propriétaire.

  • 1) De quoi le bébé aura-t-il besoin?

Les grands classiques sont les petits chaussons, le bonnet, la couverture et la brassière.

Vous pouvez tricoter des chaussons et un bonnet en taille naissance car cela sera très utile dès les premières heures du bébé.

Choisissez un fil bien adapté aux bébés. Les grandes marques de laine ont toutes une gamme destinée aux bébés. Vous pouvez vous y fier pour être sûre que votre ouvrage ne provoquera aucune allergie et sera bien lavable en machine.

Pour la couverture, à vous de voir quelle taille vous semble la plus adaptée. Personnellement, je préfère choisir un fil épais et tricoter une grande couverture. Une couverture tricotée pourra envelopper de douceur et d’amour votre trésor durant des années, alors vous pouvez voir grand.

Là aussi, veillez à ce que le fil soit adapté aux bébés et qu’il puisse bien passer en machine.

Enfin pour la brassière, je pense qu’il est plus judicieux d’éviter la taille naissance pour cet ouvrage. Selon la saison à laquelle le bébé pointera le bout de son nez, vous pourrez choisir de tricoter du 3 mois ou du 6 mois afin qu’il puisse la porter pour se protéger du froid.

  • 2) De l’inspiration pour toutes les tricoteuses

  • a) Pour les grandes débutantes

Si vous êtes enceinte et que vous avez envie de vous lancer dans le tricot, n’hésitez pas une seule seconde! La grossesse est le moment idéal pour apprendre à tricoter.

Je vous propose de vous inscrire à un  challenge tricot pour maîtriser les bases du tricot en 3 jours. Tout commencera par un petit nœud.

lapin3

Pour y participer, il suffit de remplir le formulaire ci-dessous 🙂

 

Inscris-toi pour le challenge tricot!

 

 

 

Et si vous n’êtes pas enceinte mais que l’arrivée de votre petit neveu ou arrière petite fille vous donne envie de vous lancer dans les joies du tricot, c’est aussi une occasion en or pour débuter! Vous aurez en effet quelques mois devant vous pour réussir à tricoter de jolis ouvrages. t le point mousse. Voici donc quelques idées d’ouvrages très faciles à réaliser en point mousse.

Le point mousse est d’ailleurs un point parfaitement adapté aux bébés puisqu’il est moelleux et chaud à souhait. (Et tellement craquant sur un bébé.)

 

Paletot Bleu de Phildar

Bavoir au point mousse, Drops design

Un gilet au point mousse de “Lili joue maman bricole”

Couverture “Bienvenue Clara” de Secrets de Polichinelle

 

b) Pour les tricoteuses de niveau intermédiaire

Grâce à la layette, vous allez pouvoir réaliser des pièces complexes en un temps record. Peut-être que vous hésitez encore à vous lancer dans le tricot d’un pull pour vous car vous craignez que ça ne soit interminable. En tricotant des brassières et des gilets en 3 ou 6 mois, vous apprendrez les bases nécessaires au tricot d’un gilet grande taille. C’est un excellent exercice!

Choisissez des modèles très clairs qui présentent en détails comment réaliser l’ouvrage pour vous éviter d’être bloquée en cours de tricot.

Vous aurez énormément de choix à votre portée, lisez donc bien les explications avant de vous lancer pour être sûre que tout sera bien clair.

Voilà quelques modèles que vous pouvez vous amuser à réaliser:

Une combinaison pour bébé de La Malle aux Mille Mailles

En attendant Roméo de Bergamote et Citron

Veste au point de riz, Phildar

 

N’hésitez pas à acheter les magazines Layette des grandes marques de fil qui sont souvent très bien faits.

c) Pour les expertes

Si le tricot fait déjà partie de votre quotidien, apprendre que la venue d’un bébé approche à grands pas vous mettra le baume au cœur.

J’imagine que vous avez déjà 1000 idées en tête mais je voulais lister quelques propositions pour les tricoteuses expérimentées afin de faire de la layette votre nouveau dada.

  • Lancez-vous dans le jacquard! Si tricoter une petite brassière n’a rien de sorcier pour vous, pourquoi ne pas ajouter votre propre motif en jacquard pour égayer et personnaliser un modèle que vous maîtrisez déjà? Selon vos goûts ou ceux de la maman et du papa, vous aurez de quoi vous amusez 🙂
  • Tricotez plusieurs ensembles si vous tricotez déjà plus vite que l’éclair. Vous pourrez ainsi offrir à ce nouveau petit être des tenues adaptées pour toute sa première année par exemple. Vous ferez en fonction des saisons et le bébé portera ainsi régulièrement les jolies petites merveilles que vous lui aurez confectionnées.

Dans ce bel ouvrage, vous trouverez des tenues selon les saisons pour les tout petits, de quoi leur tricoter un formidable trousseau!

Tricot bébé des 4 saisons par 22 rue

 

  • Si vous tricotez depuis de nombreuses années mais que vous n’avez pas encore osé créer votre propre modèle. Vous pourriez très bien vous lancer. Prenez la base d’un patron que vous appréciez et ajoutez quelques modifications inspirées de votre expérience passée.
  • Enfin, n’hésitez pas à offrir une belle pièce qui demande beaucoup de patience. Si je déconseillerais à une tricoteuse débutante de se lancer dans un projet trop complexe ou trop long, j’encourage les tricoteuses expertes à offrir une couverture qui aura demandé des heures de travail et de concentration ou une barboteuse qui accompagnera le bébé dans tous ses déplacements.

Baby Cache-cœur de Thali

Baby blanket de Clara, All made here

Alouette Cardigan, Frogginette

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

7 bonnes raisons d’emmener son tricot au travail

C’est la reprise! Votre travail vous attend et les vacances sont déjà derrière vous…
Vous regrettez déjà tout ce temps libre qui vous permettait de vous consacrer à ces activités que vous aimez tant mais que vous délaissez une fois que la semaine de travail débute…

Et si cette année, vous vous lanciez un petit défi? Et si vous emmeniez votre tricot chéri d’amour au bureau?
Il serait un compagnon idéal pour vos pauses café, non?

Vous hésitez? Vous n’osez pas? Alors voici 7 bonnes raisons d’emmener son tricot au travail. Si, si, c’est LE loisir idéal à emmener partout même au boulot!

  • Raison n°1: Le tricot votre antistress chouchou

Le travail, c’est souvent synonyme de stress qu’on aime son métier ou pas. Il y a beaucoup d’impératifs, de contraintes et ce n’est pas toujours facile de rester ZEN du matin au soir.
Mais alors le tricot, ce super héros anti-stress devrait être encouragé!
Imaginez vos pauses café, si vos collègues et vous-même étiez confortablement installés dans des fauteuils confortables pour discuter tout en tricotant…
Bon,ce serait peut-être difficile de se remettre au boulot, j’en conviens, mais quel moment de calme et de détente ce pourrait être! (Bien plus sympa qu’une pause cigarette à l’extérieur du bâtiment, cela dit en passant…)
tricot zen
En attendant que des pauses tricot soient institutionnalisées dans les grandes entreprises, vous pouvez toujours accompagner votre café d’un petit tricot. Vous resterez disponible pour les bavardages entre collègues et votre zénitude à toute épreuve deviendra une vraie force.

  • Raison n°2: Transmettez le virus!

J’imagine bien que tricoter devant ses collègues vous demandera un certain aplomb. (Vous pouvez lire à ce sujet “Faire son coming-out tricotesque“, un article qui vous donnera envie de montrer à tout le monde vos savoirs-faire)
Or si vous y parvenez, soyez particulièrement fière de vous!
Et oui, peut-être que grâce à vous, une collègue timide se mettra au tricot tout doucement chez elle, sans même vous en parler et se découvrira une véritable passion. Ou peut-être qu’un jeune stagiaire de passage, subjugué par vos talents commencera à se tricoter des mitaines pour l’hiver. Ils vous seront toujours reconnaissants de leur avoir transmis le virus du tricot.
Voir des passionnés qui assument pleinement leur potentiel, c’est exactement ce dont de très nombreuses personnes ont besoin pour se reconnecter à ce qu’elles sont vraiment.
Peut-être que vos collègues finiront par apporter leurs carnets de croquis, leur crochet, leur point de croix ou leurs mots croisés.
Les pauses café seraient sympa comme ça aussi, non?

  • Raison n°3: Plus de temps pour tricoter

Quand on est véritablement addict au tricot, on regrette souvent de ne pas avoir son petit tricot sur soi lors d’une pause, d’un moment de détente, d’un temps calme.
On aime commencer un projet et le finir aussi vite que possible. Alors c’est évident que si votre tricot vous accompagne au travail, en tricotant 5 minutes par ci par là, vous trouverez que vos ouvrages avancent bien plus vite.
Et qui dit plus d’ouvrages terminés, dit plus d’ouvrages tricotés, ça fait envie, non?

  • Raison n°4: Cassez les préjugés

N’ayez pas peur du ridicule. Attendez-vous bien sûr à ce que vos collègues soient surpris les premiers jours si vous apportez votre tricot après 15 ans dans la même entreprise. Mais au final, ce sera comme lorsqu’on change de coupe de cheveux, ou qu’on adopte un autre style vestimentaire: au début, tout le monde vous en parle et ensuite plus personne n’y fait attention.
Tenez bon les premiers jours et vous ne le regretterez pas.
Vous pourrez alors casser les préjugés. Vous êtes une femme qui travaille, une femme active dont les compétences sont reconnues et vous tricotez!
Merci! Grâce à vous le cliché de la mémé à chats qui tricote devant sa cheminée en aura encore pris un coup!

bd 6

  • Raison n°5: L’équilibre parfait

Quand on travaille, que l’on soit infirmière, professeur, juriste ou comptable, on a besoin de notre énergie masculine. Elle nous aide à prendre des décisions, à nous mettre en route et à agir.
Le tricot, quant à lui, fait appel à notre énergie féminine créatrice.
C’est pour cela que ce loisir comme les loisirs créatifs en général sont autant plébiscités aujourd’hui.
Il permet à tout le monde de rééquilibrer leurs énergies.
Alors un peu plus de féminin, dans votre quotidien au travail, même s’il ne s’agit que d’une dizaine de minutes après la pause déjeuner vous ressourcera profondément.
Vous le remarquerez sans aucun doute: l’équilibre sera plus juste et vos journées vous éprouveront moins.

  • Raison n°6: Lâcher le mental

Si vous faites un travail qui demande beaucoup de concentration ou un important investissement intellectuel, le tricot est votre ami car il vous donne la sensation de reposer vos neurones.
Le tricot s’apparente effectivement à une méditation. Seriez-vous partante pour une petite séance de méditation supplémentaire au travail?
D’ailleurs, vos collègues, si leur mental est très sollicité pourraient bien s’apaiser rien qu’en vous voyant tricoter… 🙂

  • Raison n°7: Faire ce qui nous tient à cœur

Si les burn-out se répandent comme une traînée de poudre, c’est qu’on a oublié de nous dire que dans la vie, il faut en priorité faire ce que l’on aime.
Si pour vous, le tricot est une passion à part entière, tricotez!
Tricotez autant que vous le pouvez! Plus vous saupoudrerez de ce qui vous fait vraiment vibrer dans votre vie quotidienne et plus vous serez heureuse.
Alors bien sûr, je ne vous dis pas de lâcher votre travail pour passer vos journées à tricoter mais si vous ajoutez un peu d’insouciance, de tricot et de laine moelleuse dans votre quotidien, vous serez sur le bon chemin de l’épanouissement au travail.

tricoter-a-lexterieur

Avec ces 7 raisons, j’espère que l’idée fera son chemin et que pourquoi pas? Un jour, vous oserez sortir vos aiguilles et votre futur bonnet devant la machine à café…

Et toi oserais-tu tricoter au travail? Tricotes-tu déjà au travail? Dans les transports pour t’y rendre? N’hésite pas à nous partager ton expérience!

 

Enregistrer

Comment adapter un patron à son échantillon?

Faire un échantillon, ce n’est pas toujours très plaisant, mais en suivant ces quelques conseils (lire l’article), vous vous rendrez compte qu’il n’y a rien de bien compliqué.

Par contre, il faut le dire, adapter un patron à un échantillon n’est pas ce qu’il y a de plus simple. Ce sont souvent les tricoteuses averties qui souhaitent acquérir cette compétence. C’est en effet parfois très frustrant de ne pas pouvoir tricoter un modèle parce que notre échantillon ne correspond pas.

Cet article a donc pour but d’éclairer le chemin de celles qui voudraient comprendre comment elles doivent faire pour adapter le patron à leur échantillon.

1) Quelques bonnes raisons d’apprendre à adapter un patron

Si vous n’avez pas peur des mathématiques, vous pouvez vous lancer! Voici en plus, quelques bonnes raisons d’apprendre cette technique afin que vous trouviez la motivation nécessaire.

  • Cette compétence vous permettra de gagner en liberté en ce qui concerne le fil. Vous pourrez plus facilement choisir un autre fil que celui qui est préconisé: vous utiliserez ainsi la laine que vous avez en stock ou un fil moins cher que celui du modèle. Vous pourrez aussi opter pour une autre matière mais dans ce cas, vous veillerez à ce que la tenue du rendu soit à peu près équivalente. (par exemple remplacer de la laine par du lin n’est pas toujours judicieux car le lin est bien plus fluide en général.
  • Quand vous saurez adapter un patron à votre échantillon, tous les échantillons que vous aurez faits jusque là (et stockés) se révèleront vraiment utiles. Vous pourrez choisir un modèle en fonction du fil qui vous plait et non le contraire.
  • Avec ce nouveau savoir dans votre trousseau, vous pourrez tricoter le vêtement que vous avez imaginé. Vous saurez créer le vêtement qui vous ressemble vraiment. Et en prenant de plus en plus d’assurance, il est fort possible que vous en veniez à modifier les patrons puis à créer vos propres patrons
  • Si vous êtes tricoteuse, c’est que vous aimez les casse-têtes chinois (la preuve: vous lisez des explications bizarres qui sont incompréhensibles pour 95% de la population) Cet article vous présentera juste un niveau un peu plus complexe de casse-tête, rien d’insurmontable, c’est promis!

2) Est-ce abordable?

OUI!!!

Si ça ne l’était pas, je ne maîtriserais pas cette technique moi-même car je suis une simple tricoteuse du dimanche 😉 . Je n’ai pas appris le tricot à l’école, je n’ai pas fait d’études de tricot (j’aurais adoré ça!), j’ai juste quelques années d’expérience derrière moi.

Du coup, je dis “Oui!”, on peut apprendre sans trop de difficultés à adapter le patron de son choix à un échantillon. Ce sont des mathématiques simples et une fois que vous avez compris la logique du processus, ce sont toujours les mêmes opérations qu’on répète.

Malgré tout, cela va vous demander un peu de temps et une certaine disponibilité mentale. Mais grâce à la motivation, on peut tout accomplir!

Et imaginez comme vous serez fière de vous, une fois votre ouvrage terminé!! Vous serez même doublement fière!

Ajoutons cependant que ce processus sera facilité si votre échantillon est relativement proche de celui du patron. Un écart maximum de 5 mailles ou 5 rangs me parait idéal. Si vous choisissez un numéro d’aiguilles très différent ou si votre échantillon est trèèèès loin de celui du créateur du patron, vous risquez d’obtenir un rendu final très différent.

Les projets conçus pour des aiguilles 6mm sont généralement construits autrement que ceux qui sont imaginés pour des aiguilles 3mm. La laine n’a en effet pas le même poids et le même tombé selon son épaisseur.

3) La règle de 3

Maintenant que vous êtes ultra motivée pour affronter les périples mathématiques qui vous attendent, nous allons entrer dans le vif du sujet.

 

Le grand théorème mathématique qui saura sauver vos tricots, c’est… (roulement de tambour)

La règle de 3

TADAM!

La règle de 3, aussi appelée “le produit en croix” va vous permettre de transformer n’importe quel patron de votre choix en un patron parfait pour le fil que vous avez choisi.

Qu’est-ce que la règle de 3?

Petit rappel mathématiques au cas où… (Si cette règle n’a aucun secret pour vous, vous pouvez passer directement au paragraphe suivant.)

Dans un produit en croix, on connait 3 chiffres et grâce à 2 opérations, on va pouvoir découvrir le 4ème chiffre mystère.

Pour cela, on place en ligne les chiffres qui fonctionnent ensemble et sous cette ligne le chiffre qui attend son associé mystère.

Alors, en tricot, les deux chiffres de la ligne du dessus ( = ceux qu’on connait)  correspondent soit à ceux de l’échantillon soit à ceux du patron.

Sur la ligne du bas, il y aura un chiffre en mailles, centimètres ou rangs, que vous connaissez et un chiffre mystère.

Vous devrez placer vos chiffres en colonne en fonction de ce qu’ils représentent: des centimètres, des mailles ou des rangs.

Il s’agit ensuite de multiplier le chiffre du bas connu avec le chiffre de la ligne au dessus en diagonale (d’où le nom de produit en croix) puis de diviser le résultat par l’autre chiffre de la ligne supérieure. On obtient alors le chiffre mystère.

4) Comment faire avec le patron?

Maintenant que vous maîtrisez la règle de 3 (=le produit en croix), vous vous demandez peut-être comment faire concrètement avec votre échantillon et le patron.

Voilà, quelques informations supplémentaires pour rester parfaitement zen au cours de ce casse-tête chinois.

Si votre échantillon diffère uniquement sur le nombre de mailles ou uniquement sur le nombre de rangs. Vous reprendrez le patron en veillant à modifier le nombre de mailles ou le nombre de rangs. Mais généralement, il vous faudra modifier les deux.

Voici un exemple concret pour deux échantillons:

Prenons une phrase du patron d’origine:

“Monter 32 mailles. Tricoter 10 rangs en jersey endroit”

Ici vous allez devoir modifier les deux chiffres: le nombre de mailles et le nombre de rangs. La technique restera la même.

Pour calculez ces nombres, la première étape est de trouver à combien de centimètres correspondent les chiffres qui vous sont donnés.

Mais comment convertir les chiffres du patron en centimètres??!

Grâce à l’échantillon du patron!

Ici, le patron d’origine indique qu’il faut tricoter 16 mailles pour obtenir 10 cm. Si vous montez 32 mailles, le tricot sera donc large de 20 cm. Bien sûr ici, on peut le calculer de tête mais avec la règle de 3, voici ce que ça donnerait:

 

Ensuite, on se sert de cette donnée en cm pour calculer le nombre de mailles qu’il faudra monter avec notre échantillon, dans cet exemple, on aurait:

Et pour le nombre de rangs, on procède exactement de la même manière 🙂

5) Les augmentations et les diminutions

Pour les augmentations et les diminutions, le principe reste le même. Il faut que vous calculiez combien de centimètres sont ajoutés à la fin des augmentations ou combien de centimètres sont enlevés à la fin des diminutions. Pour cela, vous prenez le nombre de mailles totales qui sont enlevées ou ajoutées et vous les convertissez en centimètres grâce à la règle de 3.

Une fois que vous obtenez ce nombre en centimètres, vous le convertissez en mailles selon votre échantillon grâce à la règle de 3. Vous saurez donc combien de mailles vous devrez ajouter ou supprimer.

Il faut ensuite que vous sachiez sur combien de rangs vous allez pratiquez les diminutions ou les augmentations. Pour cela, c’est le même principe, vous regardez le nombre de rangs qui sont utilisés dans le patron pour faire ces diminutions ou ces augmentations et vous le convertissez en cm. Vous saurez alors calculer le nombre de rangs nécessaires avec votre échantillon pour obtenir la même hauteur en cm.

Attention, souvent, les diminutions et augmentations se font à droite et à gauche de l’ouvrage. Vous pourrez donc calculer à quelle fréquence vous devrez faire ces diminutions ou augmentations en divisant le nombre de mailles à ajouter ou à supprimer par 2.

6) Réécrire le patron

Maintenant que vous avez compris comment procéder mathématiquement. Vous allez pouvoir relire votre patron et faire les changements nécessaires. Il vous faut réécrire les nombres de mailles et de rangs mais garder la mise en forme et les étapes de construction.

Cela demande effectivement du temps et on n’est jamais à l’abri d’une petite erreur mais plus vous ferez ces ajustements et plus cela vous semblera simple. Comme pour tout le reste, je vous conseille de commencer par un petit ouvrage, pas trop complexe afin de prendre confiance en vous dans un premier temps.

Il existe une version abrégée de cet article. Cela vous permettra d’aller à l’essentiel! Cette version “Mémento” se trouve dans la tricothèque avec pleins d’autres astuces et de nombreux patrons gratuits.

Retrouvez le mémento de cet article dans la tricothèque. Si vous ne faites pas encore partie de la communauté du blog tricot, inscrivez-vous ci-dessous. Il vous suffit d’indiquer votre prénom et votre adresse e-mail 🙂

 

 

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Vous voulez pouvoir faire partie des membres de la tricothèque? Indiquez moi simplement à quelle adresse je dois vous envoyer le mot de passe.

 

Tricoter le jacquard intersia

Je termine ma petite série vidéo sur le jacquard. J’ai auparavant présenté le jacquard de petits motifs et le jacquard de larges motifs.

Aujourd’hui, je vous présente une technique différente qui est idéale pour les très grands motifs. Elle a de grands avantages car elle permet au tricot de garder toute sa souplesse et (ce qui n’est pas négligeable) elle est vraiment très très simple à réaliser!

Cette manière de réaliser le jacquard oblige à prévoir plusieurs pelotes, c’est son seul petit inconvénient.

C’est aussi pour cela que nous l’utilisons essentiellement pour les grands motifs uniques car les motifs répétitifs seront plus faciles à réaliser avec la technique du jacquard classique.

Comme c’est toujours plus clair en images, voilà les explications en vidéo 😉

Quelle technique utiliser quand on veut tricoter un motif?

Vous vous demandez peut-être comment faire pour choisir l’une ou l’autre technique selon vos projets. Le jacquard simple est celui que j’ai présenté dans les épisodes #1 et #2, le jacquard intersia est celui que je présente dans cet article.

Grâce à ce petit récapitulatif, vous saurez quelle technique utiliser:

Je tricote en rond: jacquard simple. 

Je tricote un unique motif: jacquard intersia

Le tricot doit rester très souple: jacquard intersia

Le tricot gagnera à être bien chaud et doublé: jacquard simple

Voilà une petite série tricot terminée, j’espère que ces explications vous auront donné envie d’ajouter des motifs sur vos tricots! N’hésitez pas à vous inscrire pour rester tricotesquement inspirés!

 

 

 

 

 

Vous voulez pouvoir faire partie des membres de la tricothèque? Indiquez moi simplement à quelle adresse je dois vous envoyer le mot de passe.

 

Comment réaliser un échantillon?

Quand vous vous lancez dans le tricot, vous lisez et entendez ici et là, i-né-vi-ta-ble-ment, qu’il ne faut pas oublier de faire un échantillon. On vous dit et on vous répète que c’est l’échantillon qui vous permettra d’obtenir le pull de vos rêves ou un bonnet qui conviendra parfaitement à votre tour de tête…

D’accord, il faut faire un échantillon mais alors comment le réalise-t-on ??

  • 1) Comment faire un échantillon?

Pour tricoter un échantillon, il faut d’abord avoir une indication à suivre. Vous trouverez celle-ci soit sur la pelote, soit sur le patron que vous suivez. Ces indications vous donnent le nombre de mailles, le nombre de rangs et le diamètre des aiguilles.

Une fois ces informations en votre possession, vous allez pouvoir commencer à tricoter. Mais attention! ne montez pas uniquement le nombre de mailles indiquées sur l’échantillon, ajoutez 4 mailles afin d’avoir une meilleure visibilité. Vous ajouterez en plus de ces 4 mailles, 4 ou 6 autres mailles qui vous permettront de faire deux bordures au point mousse sur les côtés.

Ce qui donne donc pour le montage des mailles:

nombre de mailles indiquées sur l’échantillon + 4 mailles + 4 mailles

Pour l’exemple ci-dessus, on monterait sur des aiguilles 7 mm: 11 mailles + 4 mailles + 4 mailles = 19 mailles.

L’échantillon se tricote normalement en jersey mais un patron peut indiquer un autre point à utiliser.

Pour les échantillons en jersey, border l’échantillon de point mousse permet d’éviter qu’il roulotte ( 4 rangs en bas et en haut de l’échantillon et 2 ou 3 mailles de point mousse sur les côtés).

  • 2) Une fois l’échantillon tricoté

Ça y est, vous avez vaillamment tricoté votre échantillon. Maintenant, il vous reste à rabattre souplement les mailles (par exemple avec cette méthode très simple).

Puis vous allez pouvoir le laver. Lavez-le exactement comme vous aimeriez pouvoir laver votre projet une fois terminé. Si vous avez acheté cette laine pour pouvoir la laver en machine à 30°C, c’est le moment de le faire. Vous verrez ainsi comment le fil se comporte. J’aime aussi frotter mes échantillons pour vérifier si la laine bouloche. Même si ce n’est pas toujours facile à voir à ce moment du tricot, je préfère m’en rendre compte le plus tôt possible! N’hésitez pas d’ailleurs à le laver plusieurs fois si vous souhaitez vous lancer dans un long ouvrage et que vous voulez être sûre de la pérennité de votre tricot une fois terminé.

Rien de plus rageant que de passer des semaines (ou des mois) sur une grosse veste pour s’apercevoir après que le fil a feutré ou bouloché au bout de deux lavages.

Vous pourrez faire sécher votre échantillon en le bloquant. Si vous êtes équipée d’un kit de blocage, c’est parfait, sinon une serviette et des épingles de couture conviendront parfaitement.

  • 3) Comment calculer les mailles et les rangs sur un échantillon?

Une fois votre échantillon sec, vous allez pouvoir passer à l’épreuve des mathématiques. Youpi!

L’idéal, c’est d’avoir un petit ustensile comme celui-ci. Sachez qu’il porte le magnifique nom de “calculateur de tricotage” 😉

Mais une bonne vieille règle fera très bien l’affaire aussi. Calculez le nombre de mailles qu’il vous a été nécessaire de tricoter pour obtenir 10 cm. Posez simplement la règle ou le “calculateur” sur le tricot. N’exercez pas de pression dessus car vous déformeriez le tricot et risqueriez de fausser les calculs;

Calculez également le nombre de rangs sur 10 cm. Cela vous permet d’obtenir votre échantillon.

  • 4) Comment adapter mon tricot à mon échantillon?

Si vous aimez le rendu de votre échantillon mais que malheureusement, ses mesures ne correspondent pas à celui du patron que vous avez choisi, il sera toujours possible de trouver une solution.

  • a) Si l’écart est léger

Si l’écart n’est que d’1 ou 2 rangs ou d’1 ou 2 mailles, il sera judicieux de tricoter de nouveau l’échantillon en changeant le diamètre des aiguilles.

Vous enlèverez ou ajouterez 0,25 mm au numéro d’aiguilles que vous aviez précédemment choisies.

Vous prendrez des aiguilles plus fines s’il vous manque des mailles ou des rangs.

Vous prendrez des aiguilles plus épaisses si vous avec plus de mailles ou de rangs que l’échantillon préconisé.

Cette différence de quelques millimètres vous permettra sans doute d’obtenir le bon échantillon, tout en gardant un rendu proche de celui que vous avez apprécié sur votre premier échantillon. Un écart de plus de 0,25 mm risque par contre de changer le rendu du point: il pourrait devenir trop serré et donc manquer de souplesse ou bien devenir trop lâche et donc manquer de tenu.

  • b) Si l’écart est important

Si votre échantillon fait plus de 2 ou 3 mailles ou plus de 2 rangs d’écart par rapport à l’échantillon préconisé, il vous reste 3 options:

  • Option 1: Reprendre le patron pour l’adapter à votre échantillon (explications à retrouver dans cet article). C’est tout à fait possible et pas si insurmontable que ça puisse en avoir l’air de recalculer les indications et un patron selon son échantillon. Il faut malgré tout avoir l’envie de passer un petit moment à faire des mathématiques
  • Option 2: Changer de patron pour que l’échantillon convienne parfaitement. Maintenant que vous connaissez exactement les mesures de votre échantillon, vous pouvez chercher un modèle adapté à ces mesures.
  • Option 3: Changer de fil et reprendre toutes les étapes de l’échantillon pour tenter d’obtenir un résultat plus proche. Oui, c’est rageant mais sachez que ce premier échantillon n’est pas perdu, il pourra vous être utile dans un autre projet qui lui conviendra parfaitement.

  • 5) Que faire de ses échantillons?

Si vous aimez tricoter des vêtements, les échantillons vous seront toujours indispensables. Vous pouvez vous créer une bibliothèque d’échantillons pour revenir vers tel ou tel fil selon vos projets.

Plus vous ferez d’échantillons et plus vite, vous saurez vers quel fil vous tourner. Les données recueillies sur vos précédents échantillons sont précieuses.

Vous pouvez vous servir d’un classeur pour les ranger dans des porte-documents plastifiés. Vous noterez:

  • le nom du fil
  • le numéro des aiguilles
  • l’échantillon obtenu
  • les réflexions que vous vous êtes faites par rapport à ce fil ou ce coloris…

Vous verrez que votre classeur d’échantillons vous sera très utile!

Voilà, je pense avoir tout dit en ce qui concerne notre ami l’échantillon, mais ouiiii, c’est notre ami! N’hésitez pas à poser des questions dans les commentaires ou à partager vos petites astuces personnelles….

Enregistrer

Enregistrer