Comment faire une diminution facilement?

Après avoir rédigé un article complet sur la manière de réaliser une augmentation le plus discrètement possible. J’ai pensé qu’il serait bon de partager des explications également sur les diminutions.

La grande majorité des projets tricot comporteront soit des augmentations soit des diminutions, soit les deux. Alors autant trouver les techniques qui nous conviennent le mieux afin de les réaliser facilement en temps voulu.

Pour les diminutions, je vous présente dans cet article 3 manières différentes de les réaliser.

Deux de ces diminutions sont tournées vers la gauche, il s’agit du surjet simple et du GGT. Ces deux méthodes se réalisent différemment mais le résultat est exactement le même. A vous de voir quelle diminution vous préférez.

Une autre diminution est, quant à elle, tournée vers la droite, il s’agit de tricoter deux mailles ensemble.

Ces petites vidéos vous permettront de visualiser très rapidement la technique.

Elles sont très courtes pour aller de suite à l’essentiel.

1) Le surjet simple

Vous retrouverez souvent cette indication du surjet simple dans les patrons en français. Voici donc à quoi cela correspond en vidéo. Sachez que vous pouvez substituer la technique du GGT à la technique du surjet simple sans souci. Choisissez simplement la technique que vous préférez et lorsque vous verrez l’indication “surjet simple”, réalisez soit un surjet simple soit un GGT selon votre préférence.

2) Le GGT

On le rencontre davantage dans les patrons anglais. En anglais, il s’écrit SSK, c’est à dire “slip, slip, knit”. GGT en est donc la traduction littérale puisque cela signifie “glisse, glisse, tricote”. 

Le GGT comme le surjet simple est une diminution tournée vers la gauche. Vous verrez un petit trait qui part vers la gauche. 

Voici la vidéo présentant le GGT, il est très facile à réaliser aussi. Je préfère personnellement le GGT au surjet simple, c’est donc cette diminution que je réalise même si le patron indique “surjet simple”.

3) Deux mailles tricotées ensemble

Quand on réalise cette diminution, elle sera cette fois-ci tournée vers la droite. Pour les ouvrages qui réclament une symétrie vous aurez souvent une diminution tournée vers la droite d’un côté et une diminution tournée vers la gauche d’un autre coté.

Là aussi, rien de bien compliqué, on s’en souvient vite et on finit par faire cette diminution sans réfléchir.

 

Comment modifier les augmentations et les diminutions d’un modèle?

Aujourd’hui, je prends le temps d’aborder avec vous une question très pointue.

Les allergiques aux mathématiques devraient s’abstenir… Car oui, de nouveau, il va y avoir des maths sur le blog tricot!!

changer le patron de tricot

J’ai déjà réalisé un article et un mémento explicitant Comment modifier la taille d’un modèle de tricot?

Avec cet article, je vais approfondir ce sujet. J’ai eu beaucoup de questions concernant les diminutions et les augmentations.

Globalement, les tricoteuses comprennent bien comment se servir de la règle de 3 (ou produit en croix) pour modifier la taille d’un modèle. Malgré tout, pour les augmentations et les diminutions, il subsiste des questions.

Effectivement, il ne faut pas penser chaque augmentation ou diminution à part mais comprendre qu’il s’agit de ZONE de diminutions ou de ZONE d’augmentations.

Il faut aborder les séries d’augmentations et de diminutions aussi bien au niveau de la hauteur que de la largeur.

Les Diminutions

Pour pouvoir modifier les diminutions d’un modèle, il faut suivre ces 4 étapes:

  • Compter le nombre de mailles qui sont diminuées au total.
  • Compter le nombre de rangs nécessaires pour que toutes ces diminutions aient lieu.
  • Convertir ces nombres de mailles et de rangs avec notre propre échantillon.
  • Réécrire le patron en répartissant les diminutions avec régularité.

Avec un exemple concret, ce sera plus simple à comprendre, alors allons-y!

bd 7

Le patron indique pour les manches:

“Faire un rang de diminutions ainsi : Faire un surjet simple avant le marqueur et tricoter 2
mailles ensemble après le marqueur.
Faire 8 rangs de diminutions de la même manière tous les 12 rangs.”

Ici, il s’agit donc de faire 2 diminutions par rang. Il y a en tout 9 rangs de diminutions et ces rangs sont espacés de 12 rangs.

Je peux donc suivre les 4 étapes présentées plus haut:

  • je compte le total des mailles diminuées:

9 x 2 = 18 diminutions

  • je compte le nombre total des rangs nécessaires pour ces diminutions:

9 x 12 = 108 rangs

  • je convertis ces nombres avec mon échantillon.

Pour cela, je me sers de la règle de 3:

Je convertis d’abord les mailles en centimètres avec l’échantillon d’origine puis en mailles avec mon propre échantillon.

  • je réécris les instructions en répartissant les diminutions avec régularité.

Admettons que j’obtienne avec mon échantillon, un équivalent de 12 mailles à diminuer sur 80 rangs.

Je peux diviser d’abord le nombre de mailles à diminuer par 2 (car il y a 2 diminutions par rang) pour savoir combien de rangs de diminutions je devrais faire. Ici, il y aura donc 12 / 2 = 6 rangs de diminutions.

Ensuite, je divise le nombre total de rangs par ces rangs de diminutions pour savoir à quelle régularité, je devrais les faire:

80 / 6 = 13, 33

Je sais donc que je pourrai faire les diminutions tous les 13 rangs.

Je réécris les instructions et cela donnerait quelque chose comme:

“Faire un rang de diminutions ainsi : Faire un surjet simple avant le marqueur et tricoter 2
mailles ensemble après le marqueur.
Faire 5 rangs de diminutions de la même manière tous les 13 rangs.”

aide des tricoteuses

Les Augmentations

Pour les augmentations, le principe reste le même:

Il faut suivre les 4 étapes suivantes pour pouvoir modifier les augmentations d’un patron:

  • compter le total des mailles augmentées
  • compter le nombre total des rangs nécessaires pour ces augmentations.
  • convertir ces nombres avec mon échantillon.
  • réécrire le patron en répartissant les augmentations avec régularité.

J’espère que cet article ne vous aura pas effrayé, il faut se lancer, suivre les étapes tranquillement et on y arrive!

Bien sûr, on n’a pas besoin de maîtriser toute cette logique mathématiques pour apprendre le tricot, et heureusement!

Mais c’est vrai que dès que vous vous sentirez prête à modifier un patron et à le réécrire pour l’adapter à un autre échantillon. Vous aurez besoin de ce genre de ressources pour vous y retrouvez.

 

Comment faire des augmentations sans trou?

Suite au Challenge Tricot que j’organise régulièrement, une de mes lectrices m’a demandé comment réaliser une augmentation sans faire de trou.

Il existe de multiples manières de faire une augmentation dans un tricot. La méthode la plus simple est de rajouter soi-même une maille à la main. C’est d’ailleurs celle que je préconise pour les grands débutants.

Seulement, cette manière simple de réaliser une augmentation crée un petit trou sous l’augmentation dans le tricot. Cela peut être très joli et même apporter un détail visuel intéressant. Mais parfois, on veut juste une augmentation la plus discrète possible.

Click here to subscribe

J’ai donc réalisé une série de trois vidéos pour vous présenter comment faire une augmentation sans trou.

1) L’augmentation barrée

C’est mon augmentation préférée. Elle ajoute une petite barre horizontale sur le tricot d’où son nom. Je l’aime beaucoup car je la trouve très facile à réaliser et j’aime son rendu final sur une série complète d’augmentations, comme un raglan par exemple.

La technique consiste à tricoter le brin avant et le brin arrière avant de laisser tomber l’ancienne maille. On tricote donc deux mailles dans une maille.

C’est toujours plus simple en image:

2) L’augmentation tournée vers la droite ou la gauche

C’est une manière d’augmenter qui s’associe bien avec les ouvrages contenant une symétrie. Le gros avantage de ces augmentations, c’est qu’elles sont extrêmement discrètes!

Je les trouve un peu plus difficile à réaliser car elles nécessitent de tordre le brin de laine. Celles qui tricotent serrées auront plus de difficultés à appliquer ces deux méthodes. Mais c’est toujours intéressant de découvrir différentes manières de faire pour ensuite trouver sa méthode préférée.

Voici une explication en vidéo des augmentations vers la droite.

Et la vidéo complémentaire avec les augmentations tournées vers la gauche.

Si cet article sur les différentes techniques d’augmentations vous a plu, vous serez sans doute intéressée par cet article qui présente différentes manières de rabattre les mailles.

Mes 3 manières préférées de rabattre les mailles

Faire un échantillon pour le tricot en rond

J’adore le tricot avec des aiguilles circulaires et j’aime encore plus le tricot en rond avec des aiguilles circulaires.
Pourquoi?

  • parce que ça permet d‘éviter un maximum de couture
  • parce qu’on obtient plus facilement des finitions impeccables (et j’aime les finitions soignées!)

Quand on tricote du jersey en rond, on ne fait que des rangs endroits (tiens, un autre point positif!)

On aime généralement les rangs endroits quand on tricote, non?

Sauf que lorsqu’on fait un jersey à plat, comme vous le savez parfaitement: on alterne un rang endroit / un rang envers / un rang endroit…etc…

Et certaines tricoteuses ont une variation de tension entre leurs rangs endroits et leurs rangs envers. (Et oui, ce sont des choses qui arrivent dans la vie ^^)

Si vous voulez faire un échantillon pour tricoter un vêtement en rond, votre échantillon sera plus précis si vous le faites lui aussi en rond.
Click here to subscribe

Tricoter un échantillon en rond?? 

Mais comment fait-on??

La technique n’est pas difficile et elle permet d’obtenir un petit tapis de poupée (si, si!)  😀

Par contre, je vous avoue que ce type d’échantillon demande un peu plus de temps qu’un échantillon à plat. Mais ensuite vous gagnerez du temps sur les coutures de votre projet final 😉

C’est obligé??

Il n’est pas nécessaire de faire des échantillons en rond à chaque fois que vous projetez de tricoter avec des aiguilles circulaires.

Le mieux, c’est de faire une fois un échantillon à plat et un autre en rond: cela vous permettra de vérifier que votre tension est identique avec les deux techniques.

Et si ce n’est pas le cas, vous saurez que vous avez tout intérêt à faire vos échantillons en rond ou à plat selon la technique du projet que vous voulez faire. 

Si vous voulez d’autres lire d’autres articles à propos du tricot avec des aiguilles circulaires, je vous invite à aller faire un tour du côté de ces deux articles:

Et voilà la technique en vidéo: c’est toujours plus simple en image 😉

Tricoter un échantillon en rond

Relever les mailles d’une manche

Je voulais vous partager ma technique pour relever les mailles d’une manche.

Ce passage peut paraître un peu délicat lors du tricot d’un pull du haut vers le bas. Alors je suis sûre que ce tuto en vidéo vous permettra de vous lancer sans tracas.

Il ne faut pas avoir peur de relever les mailles d’un tricot car cette opération amène généralement un résultat très discret et impeccable. C’est un excellent moyen pour faire de très belles finitions!

Et si c’est votre première fois et que vous souhaitez le reprendre, c’est très facile aussi de le détricoter et de recommencer. Bien plus facile que de défaire une couture, croyez-moi!

Avec cette technique, il n’y aura aucunement besoin de faire une couture pour rattacher la manche au corps du pull. Celles qui n’aiment pas les coutures apprécieront!
Click here to subscribe

On relève quelques mailles puis on passe rapidement au tricot de la manche…

Et tricoter, c’est ce qu’on adore faire non?

C’est donc une méthode parfaite quand on n’a pas spécialement envie de se casser la tête avec les finitions mais qu’on veut porter un gilet ou un pull impeccable au final.

Allez, assez parlé, voilà la méthode en vidéo:

Comment changer de pelote

Avec cette article, je m’adresse essentiellement aux débutantes, quoique… j’ai découvert la dernière technique que je présente, il n’y a pas si longtemps… C’est vrai que peu importe notre niveau en tricot, il y a toujours des petites astuces à découvrir 🙂

Je vous présente en vidéo une erreur à éviter puis mes 3 manières préférées pour changer de fil en cours d’ouvrage.

L’erreur à éviter:

On évite toujours de changer notre fil sur la bordure de la bande de boutonnage d’un gilet. Cela serait disgracieux car il y a toujours un petit décalage.

Mes 3 manières préférées de changer le fil en cours d’ouvrage:

  • Changer le fil sur la couture: pour changer de pelote, l’idéal, c’est de le faire au niveau de la future couture de votre ouvrage. Il suffit de prendre le nouveau fil en début de rang et de poursuivre son tricot. Il n’est pas nécessaire de faire un nœud. (2:07 min)
  • Tricot en rond: (Privilégiez l’endroit qui se trouve sous l’aisselle ou sous la manche.)
  1. La technique du petit nœud: nouer le nouveau fil à l’ancien sur la maille que vous venez de tricoter. Rapprochez le petit nœud le plus possible de l’aiguille. Après avoir tricoté quelques rangs, serrer de nouveau le nœud. (4:32 min)
  2. La technique du fil dans le fil: avec une aiguille à laine fine, passer l’ancien fil à l’intérieur du nouveau fil: tirer ensuite délicatement et vous obtenez un double fil! Cela permet de joindre les deux fils sans nœud. (5:57 min)

En vidéo, c’est toujours plus clair, alors je vous ai filmé ces différentes possibilités. 

Voici la vidéo: Comment changer le fil d’une pelote.

Click here to subscribe

5 bonnes raisons de tricoter pour nos mains

Nous sommes au coeur de l’hiver et c’est le moment idéal pour équiper toute la petite famille de mitaines. Généralement, à cette saison, c’est un cadeau très apprécié et porté!

Je liste ici 5 bonnes raisons qui vous donneront à coup sûr envie de vous lancer dans quelques paires de mitaines!

Bonne raison n°1: Vous allez pouvoir gâter votre entourage.

Les mitaines peuvent être très rapides à tricoter, il y a des modèles très travaillés et des modèles express. Selon le temps que vous voudrez y consacrer, vous trouverez forcément votre bonheur. Vous pourrez ensuite faire des heureux et heureuses autour de vous sans prendre trop de risque.

Bonne raison n°2: On a tous besoin d’une bonne paire de mitaines.

Les mitaines ou les moufles, c’est l’accessoire doudou par excellence. Elles deviennent vite indispensables et on ne parvient plus à s’en passer dès qu’on les a essayées à l’extérieur.

Elles apportent un confort sûr et certain par temps glacial. Peu importe leur forme, leur couleur, elles vont avec tout et deviennent nos meilleures alliées au cœur de l’hiver pour garder des mains douces.

Mitaines Heaven – Lili comme tout

Bonne raison n°3: C’est l’occasion de tester une nouvelle technique.

En tant que tricoteuse, je trouve que les accessoires pour nos mains sont très intéressants à faire sur le plan technique.

Comme ce sont de petits objets, on n’a pas le temps de s’ennuyer et c’est l’occasion d’apprendre de nouvelles techniques.

Si la technique vous paraît difficile ou fastidieuse, sur des mitaines, vous en verrez vite le bout et ne paniquerez pas devant l’ampleur de la tâche à accomplir. Les gants sont très particuliers à réaliser aussi. Si vous aimez la minutie, vous adorerez! 

Bonne raison n°4: On profite pleinement de notre “dur labeur”.

Ce qu’il y a de chouette avec les accessoires pour les mains, c’est que vous les voyez! Vous pouvez avoir de magnifiques chaussettes tricotées dans vos chaussures ou un sublime bonnet sur la tête mais au fil de la journée, vous les oublierez et ne pourrez pas contempler indéfiniment votre ouvrage.

Pour les mitaines ou les moufles, c’est différent, vos mains sont toujours sous vos yeux et vous aurez l’occasion d’apercevoir votre tricot à de nombreuses reprises au cours de la journée. 

Ce sera alors une petite “piqûre de rappel” qui vous murmurera que vous êtes particulièrement talentueuse et douée de vos mains. 🙂 ça fait toujours plaisir!

Et dites-vous que tous ceux qui portent vos mitaines pensent à vous quand ils regardent leurs mains. Il y a de quoi rapprocher les cœurs!

Mitaines “Noisette étoilée” de All Made Here

Bonne raison n°5: Un peu de fantaisie.

Le monde des accessoires pour les mains est vaste et varié. Vous allez pouvoir vous amuser!

Vous craquez pour de la laine à paillettes? Faites-vous une belle paire de mitaines avec!

Vous avez toujours adoré les arc-en-ciels? Des moufles arc-en-ciels sont faites pour vous!

Si vous aimez le dessin, il y a des jacquard adaptés aux moufles qui sont de vraies œuvres d’art. 

Les mitaines sont l’occasion de mettre en avant sa fantaisie et ses envies les plus improbables. 

Moufles Titbirds – Mėlynosios Zylutės

Alors faites-vous plaisir!

Dites-moi dans les commentaires si vous avez déjà eu le plaisir de tricoter des mitaines, des moufles ou des gants et si oui, en quoi avez-vous aimé cette expérience? 

Joyeux tricot!

Click here to subscribe

Mites, bouloches et feutrage: comment lutter contre nos 3 ennemis?

Si comme moi, vous adorez tricoter, vous vous êtes sans doute demandé comment bien entretenir vos tricots.

Quand on tricote, on adore ce moment où on va enfin pouvoir porter ou offrir le beau tricot dont on rêvait. Mais on sait aussi que ce tricot tout beau tout neuf, il va falloir veiller sur lui et l’entretenir avec amour.

Et oui! On aimerait pouvoir en profiter des années!

Or, la pauvre petite tricoteuse doit affronter de terribles ennemis!

Mites, bouloches et feutrage… Aaaaargh!

Oui, en tant que tricoteuse, j’ai les mêmes cauchemars que vous!

Je vous livre ici mes petites astuces pour tenter de lutter efficacement contre ces affreux monstres:

Ennemi n°1: Gare aux mites dans les pelotes!

Ces affreuses petites bêbêtes viendront dévorer vos pelotes et vos plus beaux tricots. Grrr on les déteste!

Voilà mes 4 petites astuces pour tenter de ne jamais les rencontrer 😉

  • Vérifier les pelotes

Si on vous a donné des pelotes ou si vous en avez achetées dans une brocante par exemple, je vous conseille de regarder l’état des pelotes avant de les ranger ou avant l’achat: tirer sur les fils. Si elles sont mitées, ça ne se voit pas toujours à l’œil nu, par contre les fils auront tendance à ne pas résister à la tension s’ils sont mités. Ils se découperont tout seuls alors que vous aurez à peine tiré dessus.

Ces fils sont à jeter au plus vite: ils risqueraient de contaminer vos autres pelotes!

Click here to subscribe

  • Le congélateur

Si vous vous apercevez que certaines de vos propres pelotes sont mitées, vous pouvez encore sauver les autres en les plaçant quelques jours au congélateur.

Oui, oui au congélateur! (c’est très sérieux)

Cela tuera les éventuels œufs, larves et mites qui auraient eu le temps de s’y glisser.


  • Comment stocker ses pelotes?

Pour éviter la venue de ces méchantes créatures de l’ombre, il faut tout d’abord veiller à stocker ses pelotes dans un endroit sec, à l’abris de l’humidité.

Une astuce de grand-mère consiste à placer des petits sachets de lavande avec les pelotes.

J’avoue que j’en place systématiquement avec ma laine. Je ne sais absolument pas si ça fonctionne contre les mites mais ça sent bon et c’est mignon, alors j’adopte!

Il semblerait qu’une odeur forte empêche les mites de repérer la laine, donc tout ce qui est susceptible de modifier l’odeur de nos tricots laineux serait susceptible de les éloigner. 

Voici une recette qu’ Aline nous a gentiment proposée dans les commentaires et qu’elle a testé: La recette antimite d’Aline.

  • Ranger ses vêtements

Pour ce qui est des vêtements, la règle, c’est comme pour les pelotes: les ranger dans un endroit sec, aéré et sans humidité. Il faut aussi éviter de stocker un grand nombre de vêtements qu’on ne porte plus.

Les mites s’installeront plus difficilement si les vêtements sont régulièrement sortis, ,portés et lavés.

Et vous comment luttez-vous contre les mites?

Edit: Aline (pas moi cette fois-ci mais une lectrice) nous partage sa superbe recette ici sur son blog. ça doit sentir très bon (pour nous les humains)!

Ennemi n°2: A bas les bouloches!

Autre petit monstre vicieux dont les tricoteuses regrettent l’existence, ce sont: les bouloches!

Alors quelles astuces pour éviter ces petits monstres qui viennent envahir nos pulls?

  • 1) La sélection de la laine et du fil

Alors malheureusement, les producteurs de laine ne précisent pas si leur fil va horriblement boulocher après le premier essayage. (Tiens, on se demande pourquoi..)

Existe-t-il des astuces pour savoir si un fil peluchera ou non?

Je ne sais pas si je manque d’expérience mais je ne sais pas encore bien sélectionner mes fils moi-même pour éviter les futures bouloches.

Voici malgré tout ce que j’ai constaté

  • Les fils à “poipoils”, en particulier avec de l’alpaga ont tendance à boulocher.
  • Les matières végétales ne boulochent pas (pour celles qui ont vraiment horreur des bouloches, c’est LA solution!): viscose, lin, bambou et chanvre: vous avez le choix!
  • Si un fil contient de l’acrylique, ça ne garantit pas un résultat sans bouloche, loin de là.
  • Plus le fil est fin, plus les bouloches sont discrètes. Même si elles sont bien là, on les voit moins.
  • 2) Découvrir un fil et jauger son capital bouloche

Petit à petit, vous découvrirez vos propres fils chouchoux et vous saurez que vous pouvez leur faire confiance pour vos prochains pulls et gilets.

Si vous voulez tester un nouveau fil avant d’en faire tout un pull, tricotez d’abord un accessoire: un bonnet ou un col par exemple: vous verrez ainsi si cette laine correspond à vos attentes.

On ne se rend pas bien compte du “capital bouloche” d’un fil avant de l’avoir porté et lavé.

Click here to subscribe

  • 3) Et quand les bouloches sont là?

Votre beau pull se couvre petit à petit de multiples bouloches?

Vous pouvez lancer l’attaque!

Munissez-vous d’une arme redoutable: le rasoir à bouloches.

Il n’est pas très cher et il peut sauver vos pulls et vestes préférées et leur permettre d’être de nouveau portés avec fierté.

Ennemi n°3: Monsieur Feutrage ne passera pas!

Monsieur Feutrage, cet affreux monstre, on le rencontre rarement…

Par contre, quand il passe, les ravages sont généralement irréparables… 🙁

  • Son allié: la machine à laver

Le premier “truc” à savoir pour lutter contre cet ennemi féroce:

L’allié fondamental de Monsieur Feutrage, c’est votre machine à laver.

Votre magnifique pull en laine tricoté avec amour se retrouve malheureusement (on ne sait trop comment) au milieu de la panière à linge.

Votre mari bien attentionné et volontaire (et peut-être un peu complice de ce monstre velu) lance une machine…

Et là, c’est le DRAME!

Vous sortez le linge de la machine et découvrez votre pull 4 fois plus petit que le modèle original.

Aaaaaargh, désespoir absolu!!

Et là, votre rage n’a plus de limite: vous en voulez à tout le monde:

  • à votre affreux mari
  • à la modernité
  • à l’inventeur de la machine à laver
  • à l’inventeur de l’eau chaude
  • à votre ennemi juré: Monsieur Feutrage…. etc…

Vous vous jurez alors que vous ne vous ferez plus jamais avoir! (Comment ça, ça sent le vécu?)

  • Mes astuces pour éviter ce cauchemar

Maintenant, je sais que plus un tricot s’approche de la machine à laver et plus le risque de se faire avoir augmente.

Pull près de la machine à laver = Danger!

Donc, désormais, si j’ai un pull, un gilet ou des chaussettes à laver. Je ne les laisse pas attendre avec les autres vêtements: ils attendent leur lavage bien sagement dans mon coin atelier.

Je ne me sers jamais de la machine à laver pour mes tricots. ça ne me gêne pas de les laver à la main, j’ai l’impression de laver mes bébés. ^^

Par contre pour les pulls de mes fils et de mon mari, je sélectionne des fils supportant bien la machine et je lance une machine avec le cycle laine.

Quand un nouveau tricot est né, je le présente à son futur propriétaire et je lui précise bien s’il peut ou non se retrouver dans la panière à linge.
Click here to subscribe

  • Laine qui feutre?

Pour ce qui est de la laine qui feutre facilement, en étant simplement porté, c’est un peu comme les bouloches: on ne sait jamais trop comment va se comporter un fil avant de le tester.

Par contre, pour ce problème, la présence de nylon ou d’acrylique permet d’éviter le feutrage.

Scientifiquement, le 100% pur laine a la propriété de feutrer. En particulier si le fil est très épais et n’a pas subi de traitement.

Malgré tout pour que le feutrage se produise: il faut soit des frottements, soit de la chaleur (ou les deux!).

Du coup, j’ai de belles couvertures en laine naturelle qui n’ont jamais feutré simplement car leur usage au quotidien ne les amène pas à feutrer.

Pour les vêtements, je me méfie des frottements après le lavage. Je ne les essore pas comme on ferait avec du linge en coton en les tordant dans tous les sens. Cela créerait trop de frottements au niveau des fibres. Il vaut mieux les enrouler dans une serviette de bain et les presser à travers elle.

Et vous, quelles ont vos astuces pour bien entretenir vos tricots? Je suis avide de connaissances à ce sujet alors n’hésitez pas à compléter cet article dans les commentaires en partageant vos expériences!

Mes 3 manières préférées de rabattre les mailles

Il existe de très nombreuses manières de rabattre les mailles d’un tricot. J’aime essayer de temps en temps une nouvelle technique.

Malgré tout, je voulais vous présenter rapidement mes 3 méthodes favorites. Ce sont 3 méthodes faciles à réaliser qui ne demandent aucune réflexion

Méthode 1: le rabattage de ma grand-mère

C’est une technique non conventionnelle à mon avis mais c’est ma préférée! Je ne sais pas si c’est parce que je la tiens de ma grand-mère ou si c’est parce que je trouve son rendu très régulier… Une chose est sûre, c’est un rabattage vraiment simple à faire!
mamie et tricot

Méthode 2: le rabattage classique

Quand on apprend les bases du tricot dans un livre, c’est cette méthode qui nous est enseignée. Elle est efficace et facile à réaliser. Celles qui tricotent serrées auront plus de facilités avec cette méthode qu’avec la méthode de ma grand-mère.

Méthode 3: le rabattage élastique

C’est mon rabattage élastique préféré car il est extrêmement simple à réaliser. Il existe des rabattages plus élastiques (comme le rabattage tubulaire) mais cette élasticité me convient parfaitement.

Une fois qu’on connaît ces 3 méthodes, on peut les utiliser selon nos tricots.

Le rabattage de ma grand-mère

Click here to subscribe
J’utilise généralement la méthode de ma grand-mère car j’aime son résultat discret et très régulier. Pour la technique, c’est simple: il suffit de tricoter 2 mailles ensemble puis de repasser la maille obtenue sur l’aiguille de gauche. On tricotera de nouveau cette maille avec la deuxième maille de l’aiguille et ainsi de suite. 

En vidéo, c’est toujours plus simple à visualiser, alors la voici:

Le rabattage classique

Je trouve que c’est une bonne méthode à connaître. Le résultat est sensiblement le même que pour le rabattage de ma grand-mère. Si vous avez des difficultés à tricoter deux mailles ensemble, vous préfèrerez cette technique.

Voici la vidéo explicative correspondante:

 

Le rabattage élastique

Si j’ai besoin d’élasticité, j’utilise le rabattage élastique.

Quand on tricote des chaussettes de la pointe vers le haut, on a besoin d’un rabattage élastique pour maintenir le pied mais aussi pour laisser facilement passer le talon à l’enfilage. Même chose pour des guêtres.

Pour les pulls que je tricote en rond de haut en bas, je rabats les poignets et le bas du pull avec ce rabattage élastique également.

Voici cette méthode facile présentée pas-à-pas en vidéo:

Click here to subscribe

Comment modifier la taille d’un modèle de tricot?

Cette question, je la dois à Sandra (Coucou Sandra!) et je l’en remercie car je l’ai trouvée très pertinente! J’ai décidé de lui consacrer un article car je pense que ça pourra être utile à beaucoup de tricoteuses.

tricot anglais facile

Comment tricoter un modèle de tricot dans une autre taille que celle qui nous est présentée?

Grâce à Youtube, on peut découvrir des modèles entièrement tricotés de A à Z. C’est vraiment chouette de pouvoir tricoter un ouvrage en suivant les explications en image.

Le problème, c’est que ces modèles sont souvent présentés en une seule taille.

Alors que faire si vous voyez une vidéo explicative d’une brassière en taille naissance et que vous voulez la réaliser pour un enfant de 9 mois? 

Ou que faire si vous voyez un adorable paletot tricoté pour un petit garçon de 4 ans et que vous voudriez le faire pour un bambin de 2 ans?

suivre un patron de tricot1) J’ai accès aux explications

L’idéal, c’est d’avoir accès aux explications du patron. Si vous trouvez les explications écrites du modèle avec en prime celles pour la taille que vous recherchez, ce sera facile de suivre la vidéo et de faire les quelques changements nécessaires selon la taille.

Pensez à imprimer les explications et à surligner la taille que vous voulez tricoter, vous saurez ainsi plus facilement comment modifier le modèle qui vous est présenté. 

2) Je n’ai pas accès aux explications

Malgré tout, on n’a pas toujours accès à ces explications.

Sachez alors qu’en modifiant le numéro d’aiguilles utilisées et l’épaisseur du fil, vous pourrez tricoter exactement le même modèle et obtenir une taille différente. 

Comment procéder pour être sûre du résultat que vous obtiendrez par ces modifications?

Etape 1:

Faire un échantillon.

Oui, il sera bien plus prudent de faire un échantillon si vous voulez être certaine que la taille finale conviendra bien

Cet article sur l’échantillon vous donnera toutes les astuces nécessaires pour le réaliser.

Veillez à bien adapter la taille des aiguilles à ce qui est recommandé pour votre fil. 

Notez ensuite le résultat de votre échantillon: combien de mailles et de rangs obtenez-vous pour un carré de 10 cm?

Click here to subscribe

Etape 2:

Lorsque vous connaissez le nombre de mailles qu’il vous faudra tricoter pour obtenir 10 cm grâce à votre échantillon, vous allez retourner vers le modèle présenté et vérifier combien de mailles doivent être tricotées

  • au niveau du corps du vêtement si c’est un gilet, pull, manteau… (le buste ou le tour de poitrine si c’est pour une femme)
  • au niveau du tour de tête si c’est un bonnet (les premières mailles montées)
  • au niveau de la taille si c’est un pantalon
  • pour les châles, col, écharpes… Vérifier le nombre de mailles qu’il faut à l’endroit le plus large

Par exemple, on vous demande de monter 40 mailles pour le devant d’un pull.

Si votre échantillon vous indique que vous devez tricoter 13 mailles pour obtenir 10 cm. Vous saurez qu’en tricotant 39 mailles, vous obtiendrez 30 cm. Donc en tricotant 40 mailles, vous aurez 30 cm et quelques millimètres. 

Etape 3

Il vous faut ensuite vérifier les mensurations nécessaires pour la taille que vous convoitez. 

Soit vous avez déjà un vêtement du commerce à la bonne taille sous la main, et à ce moment-là vous pourrez en prendre les mesures pour comparer.

Soit, vous n’en avez pas et vous pourrez alors vous reporter à des tableaux de mensurations.

Vous en trouverez sur ce site pour les enfants et adultes

Et sur ce blog pour les bébés.

Vous pouvez également vous référez à vos magazines tricot qui comportent généralement ces tableaux de mensurations.

Ensuite, prenez la taille en cm qu’il vous faudrait pour la partie dont vous avez repéré le nombre de mailles du modèle (voire étape 2). Vous pouvez passer à l’étape 4 pour comparer les résultats.

Click here to subscribe

Etape 4

Le résultat:

  • Si en tricotant autant de mailles que préconisées dans le modèle, vous obtenez la bonne taille à un ou deux centimètres près: lancez vous! 😀
  • Si le résultat ne correspond pas: lisez la suite!

Si le premier échantillon ne convient pas tout à fait, gardez-le tout de même précieusement en notant les informations que vous connaissez désormais. 

Il pourra vous servir pour un autre projet.

Ce premier échantillon n’a pas été réalisé pour rien, il reste une piste précieuse. Vous saurez vers quel fil et quelle taille d’aiguilles vous orientez: 

  • Si le résultat de toutes ces étapes, vous a montré que le vêtement serait trop grand. Par exemple vous obtiendriez un tour de tête de 50 cm au lien de 35 cm. Il vous faudra choisir:

Un fil plus fin et des aiguilles plus fines.

  • Si au contraire le résultat final en centimètres vous indique que l’ouvrage serait trop petit, vous choisirez:

Un fil plus épais et des aiguilles plus grosses.

Alors c’est vrai que ça peut être un peu (beaucoup!) le parcours du combattant, je conseille tout de même d’apprendre le plus vite possible à lire des patrons de tricot. 

Pour cela, rien de mieux que la pratique. Commencez par des modèles simples, expliqués taille par taille (comme les modèles qui se trouvent dans la tricothèque) puis allez petit à petit vers des modèles plus complexes.

Pour vous aider à comprendre les patrons de tricot, vous pouvez aussi lire cet article: Comment savoir lire un patron de tricot?