Pour ma Mamie à moi

Mamie,

Je te dédicace mon Blog Tricot.

Tu as quitté ce monde le jour de la Journée Mondiale du Tricot.

Moi qui aime voir des signes dans la vie, je n’ai pu m’empêcher de penser que c’était un dernier clin d’œil de ta part. 😉

Le clin d’œil de LA tricoteuse qui a été la plus importante dans ma vie. 

Le clin d’œil d’une tricoteuse fière de sa petite fille qui a tant profité de sa transmission…

Un dernier petit coucou, un dernier sourire malicieux…

Tu es celle qui est à l’origine de ma passion,

Celle qui m’a appris à tricoter,

Celle qui m’a montré chaque geste,

Patiemment,

Tu as repris mes erreurs, tu as répondu à mes questions avec précisions, sans trop m’en dire…

Tu attendais que je teste, que je m’interroge et tu étais là pour rectifier un mauvais geste, avec un sourire.

Quelle merveilleuse professeur!

Je percevais ton plaisir à me transmettre cet art du fil.

J’étais aussi enthousiaste que toi et c’est à cette période que je me suis rapprochée de toi. 

J’avais 20 ans.

Tricoter côte à côte permet aussi de se livrer à des confidences…

C’était sans doute plus facile de nous livrer, concentrées sur nos ouvrages.

Notre pudeur était moins envahissante.

Grâce à ces moments uniques et magiques où une grand-mère transmet son savoir à sa petite fille, j’en ai appris beaucoup plus sur ton histoire, sur ta jeunesse, sur les combats que tu avais menés…

En même temps que l’art du tricot, ces histoires se sont imprégnées en moi.

J’ai souvent repensé à cette jeune fille qui avait tricoté des trousseaux de layette pour les vendre.

Un travail de longue haleine pour l’adolescente que tu étais.

Le jour de la livraison venu, la boutique où tu devais recevoir ton dû avait disparu…

détruite par un obus…

Alors tu étais repartie avec tes petits trousseaux sous le bras…

Un peu déçue tout de même: “Tant de travail pour rien!”

Et puis dans mon cœur, il y a cette jeune mère qui a eu le courage de fuir un mari violent. Partie, en cachette, à travers champs avec tes 6 enfants, tu avais su rejoindre la gare la plus proche pour t’échapper vers une vie meilleure.

Cette image de la Femme battante, forte, cette mère protectrice et puissante, je l’ai gardée en moi, elle fait partie de moi.

Quand je suis épuisée, quand la vie me bouscule, je pense à toi et à ton courage.

Ton histoire résonne en moi, je me sens moins seule…

Même si je me suis souvent sentie très faible en comparaison.

J’ai beaucoup envié ta force.

Tu travaillais à l’hôpital, tu élevais plus de 10 enfants, et à côté de cela tu les habillais avec tes tricots et prenais des vacances en les emmenant tous camper à la mer!

Quelle belle énergie!

Plus je “grandissais”, plus je passais par les âges par lesquels tu étais toi même passée et plus j’étais admirative.

Mon parcours n’est pas encore fini, j’aurai encore d’autres occasions de me comparer à la femme que tu as été au fil du temps et de m’étonner, mi admirative, mi envieuse…. 🙂

Lors de ma dernière visite chez toi, j’ai retrouvé ma mamie, fidèle à elle-même, avec son humour décapant, son autodérision et cette force de vie qui te caractérisait.

Bien sûr, ces dernières années, tu étais bien plus fatiguée, tu ne sortais plus, tu ne tricotais plus mais en toi brillait toujours cette flamme vive, énergique, dynamique.

Je sais que cette flamme bien vivante est aujourd’hui dans un bel endroit, je ne sais pas exactement où mais je la sais heureuse et en paix.

Je t’embrasse Mamie, je t’aime et je te remercie pour tout ce que tu m’as légué,

pour ces graines que tu as plantées et qui ont poussé en moi.

D’une petite graine, on fait un bel arbre.

Et d’un bel arbre naissent des milliers de petites graines.

Que ce blog vive grâce à toi et que des petites graines soient semées ici et là, au gré du vent, pour de belles forêts d’arbres majestueux.

Aline

 

10 Idées pour utiliser nos restes de laine

Quand on tricote régulièrement de jolis projets, on finit inévitablement par accumuler des restes de laine.

Ce n’est pas toujours facile de s’en servir sur un autre projet car si on a bien calculé la quantité de fil sur le premier tricot, on se retrouve généralement avec quelques grammes restants.

Alors voilà quelques idées qui vous seront utiles, si comme beaucoup de tricoteuses, vous n’aimez pas gâcher vos précieux fils.

1.Tricoter utile

On pense souvent au tricot pour des vêtements douillets et des accessoires tout doux mais le tricot peut aussi se mettre au service de notre quotidien. Et pour cela, vive nos restes de laine!

Vous pourrez avancer ces petits tricots rapides entre 2 projets plus conséquents: c’est toujours agréable de voir qu’on avance vite!

C’est aussi l’occasion de sortir un livre de points de tricot et de vous amuser à les tester. S’il y a des petites erreurs sur votre future éponge, personne ne vous en tiendra rigueur, hi hi 😀

Dans une logique écologique et économique, on pourra tricoter ces 4 projets particulièrement efficaces:

a) Des lavettes: ajoutez de la couleur dans votre cuisine!

En tricotant vos propres éponges ou lavettes, vous aurez le plaisir de retrouver vos créations dans des moments moins amusants que vos “Instants Tricot”, j’ai nommé: le ménage et la vaisselle… 😉

Le gros avantage de ces lavettes est le fait qu’elles soient lavables et réutilisables très longtemps. Elles sont particulièrement hygiéniques et efficaces comme en témoigne une lectrice, Brigitte:
“ça fait longtemps que j’utilise des lavettes maison. Et franchement c’est plus hygiénique que ces éponges qu’on achète au supermarché. Nos lavettes maison peuvent passer à la machine à laver.
J’en ai fait pour la maison et pour nos vacances.”

Pour ses lavettes, Carmen (une autre fidèle lectrice) utilise du gros fil coton et apprend à s’exercer sur des points qui lui plaisent.
Cela donne de très belles lavettes que l’on peut offrir ensuite.

b) Tricoter pour faire sa toilette 🙂

Dans la même optique, tricotez pour la salle de bain!
Retrouvez vos fils préférés dans des lingettes démaquillantes réutilisables (et tellement plus efficaces que les disques en coton!) ou dans des gants de toilette. Pour ces derniers, on privilégiera du fil coton.
Vous pouvez également utiliser de l’acrylique ou de la pure laine. La laine véritable feutrera au fil du temps avec l’association du savon et de l’eau chaude. Le résultat changera donc mais sera tout aussi efficace.

c) Un sol impeccable et sans poussière grâce à vos créations 😀

Plutôt que d’acheter encore et encore des lingettes dépoussiérantes jetables pour votre balai anti-poussières, vous pourrez en tricoter des réutilisables.
Elles seront encore plus efficaces et vous pourrez les laver après le passage du balai.
Une belle façon de faire un pied de nez à la société de consommation qui nous pousse à toujours acheter (et à polluer au passage!).
C’est une idée qui me vient de Monique qui n’achète plus de recharges pour son balai “swiffer” grâce à ses restes de fils réutilisés.

d) Pour ne pas se brûler…

Enfin, celles qui n’aiment pas jeter apprécieront cette dernière astuce utile que Claude vous partage:
Elle réalise des maniques. Puis elle les offre 😉
“Mon dernier ouvrage est une petite  invention que je te confie,  elle consiste à réunir 2 carrés par un point d’écrevisse (j’adore faire ce point) et entre les deux je glisse un carré découpé dans une vieille housse isolante de repassage (comme je n’aime pas jeter ) ce qui fait des maniques  a utiliser pour sortir les  plats du four…. tu peux donner l’idée à tes tricoteuses, à faire pour soit ou à offrir.”
Tous nos restes de laine sont effectivement l’occasion de tricoter des petits cadeaux utiles pour notre entourage!

2.S’amuser avec sa créativité

Pour ceux qui aiment retrouver la fraîcheur d’un acte créatif enfantin, sans aucune pression, ces 4 tous petits projets sont parfaits.

a) Une carte originale

J’ai adoré recevoir la magnifique carte de Véronique.
Tous ces détails si bien conçus m’ont fait l’élire la plus belle carte que je n’ai jamais reçue jusqu’à présent! 😀
(Merci Véronique!)
Comme vous pouvez le voir sur cette photographie : elle réalise de tout petits tricots et les place ensuite sur des cure-dents.
C’est adorable!

Et j’imagine que cela peut être repris à de multiples occasions: naissance, baptême, mariage… etc…
Laissez libre cours à votre imagination et surtout amusez-vous!

b) Les habits de poupée

Peut-être avez-vous appris à tricoter enfant. Vos poupées et doudous de l’époque ont sans doute pu profiter de vos talents fraîchement acquis.
N’hésitez pas à retrouver la joie de vêtir une poupée ou un ours en peluche.
Les enfants de votre entourage apprécieront énormément ces petits habits faits mains, à moins que vous les gardiez pour vos propres poupées (comme moi, hi hi).
Voici les tricots d’Odile pour les poupées de ses petits enfants.

Trop mimi 🙂

c) Des mini jouets

Avec quelques restes de laine, on peut facilement réaliser de petits jouets.
Des oursons ou lapins multicolores ou des petites poupées. Pouvoir piocher dans nos différents restes de fils pour réaliser une très belle chevelure, des petits vêtements, des chaussures mini mini, c’est à la fois ludique et rafraîchissant.
A la fin de votre projet, cette nouvelle amie ou ce nouveau compagnon aura pris vie et vous les trouverez tous plus attachants les uns que les autres.
Si je parle de jouets et poupées, c’est que j’ai moi même gardé mon âme d’enfant.
Pour preuve, vous pouvez retrouver mon patron des Minipilies en vente sur Makerist… 

Minipilie – Patron Aline Gaudrain

d) On customise!
Dernièrement, j’ai acheté des petits gadgets pour créer des pompons.
C’est tellement facile que toute ma petite famille s’est mise à “pomponer” 😀
Et attention, ça donne envie de mettre des pompons partout!
Bon, ça n’a rien à voir avec le tricot en lui-même mais cela permet de colorer la vie avec nos restes de laine.

Pour les petits nœuds, c’est pareil!
C’est un tricot qui se fait en quelques minutes et qui permet de customiser bien plus que nos tricots!
Chapeau, sac, T-shirt, barrette, serre-tête…
Ils viendront égayer vos tenues et souligneront votre goût pour le tricot.
Le patron des petits nœuds se trouve dans la tricothèque que vous pouvez rejoindre en cliquant sur l’image ci-dessous si ce n’est déjà fait 🙂

3.Mélanger les couleurs

a) Tricots multicolores

Si vous aimez les couleurs: prenez des risques!
Vous pouvez bien sûr vous amuser à tricoter des couvertures ou accessoires multicolores.
C’est très amusant et cela plaira en particulier aux enfants.
Voici ce que fait Manon avec ses échantillons qui lui permettent de tester de nouveaux points : “J’utilise de la laine douce de même grosseur et de n’importe quelle compagnie et je rassemble mes échantillons pour en faire une couverture.  Et je donne la couverture a une famille défavorisée. Moi j’apprends, je récupère mes restant de laine et je partage avec une personne dans le besoin.”
Malgré tout, les couvertures patchwork peuvent être assez difficile à réaliser. Si vous suivez le principe des couvertures en ligne, vous vous faciliterez la tâche.

Si vos fils ne sont pas tous de la même épaisseur, voici comment procéder:

  1. Choisissez toutes les pelotes que vous voulez utiliser pour votre projet.
  2. Basez-vous sur le fil le plus épais pour choisir quelles aiguilles utiliser.
  3. Pour les fils plus fins, associez les 2 par 2 voire 3 par 3.

Quand ils sont associés 2 par 2, on considère que 2 fils de la même épaisseur associés correspondent à:

l’épaisseur du fil le plus épais + la moitié de l’épaisseur du fil le moins épais

Exemple:

2 fils se tricotant avec des aiguilles 5 mm:

5 mm + 5 mm/2 = 7,5 mm

Autre exemple:

1 fil se tricotant avec des aiguilles 6 mm et 1 deuxième se tricotant avec des aiguilles 3 mm.

6 mm + 3 mm/ 2= 7,5 mm

b) Couleur et sobriété

Si les mélanges de couleur vous effraient, n’hésitez pas à utiliser vos restes de laine par petites touches sur de plus grands projets:

ajouter une bande de 3 ou 5 rangs en bas d’un pull d’une couleur contrastante pourra le rendre bien plus original.

Là aussi, il faut faire en sorte que le numéro d’aiguilles utilisées reste le même sinon cela se ressentira sur la forme globale du tricot. 

Snowdancer – Nadia Crétin Léchenne

Voilà, voilà!

J’espère que vos jolis restes laineux trouveront un petit projet qui les mettra en valeur.

N’oubliez pas qu’en vous inscrivant à la tricothèque, vous pourrez trouver bien d’autres petits projets à réaliser très très vite.

Et si aucun de ces projets ne vous tentent, je vous conseille de pratiquer une logique minimaliste

Faites régulièrement du tri dans vos pelotes!

Les écoles, centres de loisirs, maison de retraite et autres seront ravis de récupérer des fils de bonne qualité pour diverses activités manuelles.

“Rien ne se perd, tout se transforme”: la célèbre formule est valable aussi pour le tricot ;).

 

Comment bloquer un tricot?

On adore tricoter mais quitte à créer des œuvres d’art avec nos mains, autant apprendre à bien les entretenir ensuite 🙂

Le blocage fait partie de ces pratiques qui enjoliveront vos tricots alors ça vaut le coup de se pencher sur la question!

  • Comment bloquer un tricot?
  • Pourquoi le faire?
  • Qu’est-ce que ça veut dire “bloquer”?? 

Tous les mystères du blocage vous seront dévoilés dans un instant!

Une fois que vous avez tricoté votre bel ouvrage et une fois que vous l’avez lavé, il est parfois nécessaire de le “bloquer”.

“Bloquer” un tricot signifie simplement lui donner une forme.

Le blocage est parfois essentiel et parfois, on peut parfaitement s’en passer!

C’est pour cela que certaines tricoteuses ne le pratiquent jamais car tout dépend ce que l’on tricote!

D’autres pratiquent une forme de blocage différente en se servant d’un fer à repasser. Je n’ai jamais utilisé cette méthode car elle me fait très peur. Je ne suis pas très douée avec cet objet, ah ah 😀 Mais il s’agit bien d’une façon de bloquer les tricots.

Allez, voyons quand bloquer nos tricots, comment le faire et à l’aide de quel matériel?

  • 1) Pourquoi bloquer un ouvrage?

On décidera de bloquer un ouvrage selon deux critères:

  1. Le fil
  2. Le projet

  • Pour ce qui est du fil:

La composition du fil permettra le blocage ou pas. Si vous tricotez avec un fil 100% acrylique, le blocage n’aura pas grand intérêt car la mise en forme ne perdurera pas.

Il pourra cependant ajouter de la régularité au tricot. Il pourra aussi faciliter les coutures si chaque pièce est bloquée avant le montage.

Vous bloquerez les fils naturels, en particulier ceux à base de fibres animales. Cela permettra aux mailles de gagner en régularité et de paraître beaucoup plus belles et rondes.

Avec certains fils, notre tricot peut sembler assez irrégulier. Cela est souvent dû au fait que le fil lui même soit un peu irrégulier: le fil est plus ou moins épais et cela finit par se voir au niveau des mailles. 

Pour éviter un aspect trop irrégulier avec ce type de fil, le blocage est une bonne solution pour lui permettre de s’adoucir et de gagner en régularité.

  • Et les projets?

Certains projets ne nécessitent pas de blocage.

Quand je tricotais des ouvrages en suivant les modèles de Bergère de France ou de Phildar, je portais directement les pulls et je les lavais en machine en les faisant sécher comme tous les autres vêtements.

Les fils qui étaient composés d’un mélange de laine et de polyester vivaient très bien avec ce traitement. 😀

Mais, mais, mais d’autres ouvrages ont absolument besoin d’un blocage!

En particulier TOUS les ouvrages qui comportent de la dentelle!

La dentelle sera toute rabougrie si vous ne prenez pas le temps de bloquer votre tricot. La dentelle et le blocage vont ensemble.

L’une ne peut pas se passer de l’autre.

Vous pourrez également bloquer les ouvrages qui comportent des mélanges de points. Cela permettra de bien différencier les zones réalisées avec des points différents. Le tricot en sera vraiment enjolivé.

  • 2) Comment bloquer un tricot?

Avant de bloquer un tricot, il faut le laver ou du moins le tremper.

C’est le fait que les fibres soient mouillées qui leur permettra de garder la forme donnée une fois sèches.

Il s’agit donc de laver son tricot puis de le pré sécher. Pour cela, la méthode du Burito pourra être utile. Si vous ne connaissez pas cette méthode de la “crêpe roulée”, vous trouverez son explication dans le mémento de la tricothèque. (Cliquez ci dessous pour vous inscrire si ce n’est déjà fait).

Click here to subscribe

Ensuite, le tricot séchera à plat. Les épingles de couturières ou les peignes de blocage vous permettront de lui donner la forme que vous souhaitez.

Dans le cas d’un pull ou d’un gilet, il faut anticiper la manière dont vous souhaiterez le porter au niveau du col.

Il ne faut pas hésiter à tirer un peu sur le tricot si c’est nécessaire. Dans le cas de la dentelle ou même des torsades, le fait d’étirer le tricot lui donnera un aspect bien plus net.

Ensuite, il faut laisser sécher le tricot tranquillement.

Il vaut mieux éviter les endroits sombres et humides car le tricot étant posé à plat, il séchera plus lentement. L’humidité ne pourra pas s’échapper par en dessous. Vous pouvez le poser à un mètre d’une source de chaleur. Cela lui permettra d’en bénéficier sans en souffrir.

Et puis, il faudra patienter car le séchage pourra nécessiter quelques jours…

Mais quel bonheur ensuite quand on peut tenir son beau tricot!

Certaines se servent du blocage pour étirer un tricot dans un sens ou un autre car elles le jugent trop étroit ou trop court. Cela fonctionne un peu mais ne fera pas gagner une taille supplémentaire au tricot…

Trop étirer un tricot en jersey peut déformer son tombé et c’est donc déconseillé de trop exagérer.

  • 3) Quel matériel pour bloquer un tricot?

Maintenant que vous avez très envie de bloquer vos tricots, il serait bon de passer au concret!

Pour bloquer nos tricots, on peut se servir simplement de serviettes de bain empilées ou d’un petit matelas avec des serviettes par dessus et d’épingles de couturières.

C’est important de pouvoir piquer tout autour du tricot, c’est pour cela qu’il faut une certaine épaisseur.

Mais au fond, c’est la même technique que celle de l’échantillon. 

IMG_4118

Par contre, ce matériel de base sera remplacé avec grand plaisir par du vrai matériel de blocage pour toutes les amatrices de châles en dentelle ou pour toutes celles qui aiment réaliser de beaux ouvrages élaborés.

A ce niveau de tricot, vous gagnerez vraiment à mettre en valeur vos tricots en sélectionnant des fils nobles et en les bloquant.

Quitte à maîtriser un art à la perfection, autant aller jusqu’au bout 🙂

Cela vous simplifiera grandement la vie et vous donnera davantage envie d’en tricoter d’autres. Vos tricots seront d’autant plus beau!

Je vous conseille ce kit knit pro qui est complet:

Il comprend le tapis et des épingles en T. Celles-ci sont pratiques car elles permettent de maintenir avec douceur le tricot sans risquer de passer au travers des mailles.

Vous pouvez cependant remplacer ce kit par ce même type de tapis que l’on trouve dans les jeux pour enfants (sur les brocantes, il y a des chances que vous en trouviez!) et de simples épingles de couturière. Les tapis de yoga peuvent aussi remplacer le tapis.

Bref, les tricoteuses sont souvent très astucieuses, vous trouverez bien ce qui vous convient le mieux 😀

A la place des épingles en T, vous pouvez utiliser des peignes de blocage. Ils sont eux aussi très pratiques.

Pour la dentelle des tiges pourront être nécessaires, il existe un kit avec des tiges des épingles et un tapis, il est ici, chez Rascol:

Pour les chaussettes, certaines se servent de bloqueurs à chaussettes.

Personnellement, je n’en ai pas, je trouve que la chaussette prend bien sa forme sur le pied, même dans le cas de la dentelle.

Voici des bloqueurs à chaussettes:

Voilà pour le blocage en quelques mots 🙂

Je reviendrai sur ce sujet avec un cas concret en vidéo mais avant cela, je vais aller tricoter 🙂

Pour aller plus loin, vous pourrez lire en complément cet article déjà paru, vous saurez parfaitement éviter 3 pièges pour préserver vos beaux tricots: 

Mites, bouloches, feutrages, comment lutter contre nos 3 ennemis

Si vous cherchez en plus de cela des conseils pour laver vos tricots. Vous trouverez dans la tricothèque un guide complet sur le lavage du tricot à la main ou en machine.

Si vous n’êtes pas encore membre de la tricothèque, vous pouvez rejoindre la tricothèque en cliquant sur l’image ci-dessous.
Click here to subscribe

N’hésitez pas à commenter cet article et à le partager car le blocage gagne à être connu!

Apprendre les bases du tricot :)

Je suis une grande fan de tricot comme on peut s’en douter en parcourant ce blog.

Pour moi, le tricot est une telle source de bonheur et d’apaisement au quotidien que j’ai vraiment envie d’encourager ceux et celles qui veulent apprendre. 

Je sais bien que les débuts ne sont pas toujours faciles mais la passion finit vite par prendre le dessus.

Le principal, c’est de persévérer sur les premiers rangs et les premières mailles.

Nous avons toutes commencé un jour et nos débuts n’ont pas toujours été à la hauteur des résultats espérés… Mais c’est normaaal!

J’ai tourné cette vidéo pour soutenir tous ceux et celles qui ont très très envie de se lancer dans les joies du tricot.

Ce sont 5 conseils que j’avais envie de partager avec les débutants.

 

J’ai créé un Challenge Tricot, parfaitement gratuit pour les motivés qui sentent que c’est le bon moment pour eux de découvrir comment on monte les mailles, comment on tricote des rangs (point mousse, point jersey, côtes) et comment on obtient de belles finitions.

C’est donc un Challenge Grands Débutants.

Pour le rejoindre, il suffit de cliquer ici: Je veux rejoindre le Challenge! 

Ces derniers jours, j’ai eu plaisir à partager mes débuts parfois chaotiques avec ma communauté de tricoteuses.

J’ai reçu de nombreux témoignages en retour que j’ai adoré lire.

Je les partage ici car j’imagine que je ne suis pas la seule à apprécier ce type de témoignages.

J’aime me dire que le tricot est un art millénaire avec cette si belle transmission qui s’est faite génération après génération.

J’aime lire ces messages qui nous permettent de retrouver ce lien avec les générations précédentes, ces femmes qui ont eu la patience d’enseigner aux petites filles ou jeunes filles que nous étions, ces moments bénis où la magie opérait… 

Une maille par ci, un rang par là…

De la douceur, un sourire, un petit coup de pouce…

et nous voilà entrer dans la ronde, dans la grande famille des tricoteuses de ce monde. 🙂

mamie et tricot

Le témoignage de Céline

J’ai commencé à tricoter vers 5 ou 6 ans. Notre voisine avait une fille de mon âge. Nous avions 3 jours de différence… Elle lui a acheté de la laine et des aiguilles pour lui apprendre à tricoter. Il m’en a fallu à moi aussi. Maman m’en a donc acheté et nous avons appris à tricoter ensemble Huguette et moi. A l’école, on avait des cours de tricot et de couture dès la première année. Je me rappelle qu’en 1ère année nous avions un carton avec un animal qui avait des trous autour de l’animal. Moi, j’avais un petit canard. Avec un fil et un petit bout pointu, on faisait le tour du canard. J’ai trouvé cela amusant et j’ai toujours continué à coudre et à tricoter. J’aurai 80 ans dans quelques semaines et je continue encore…

Le témoignage de Marité

J’ ai 80 ans demain et je tricote et coud encore.Je suis en  train de faire un pull avec un modèle pris sur Internet. Moi aussi j’ai beaucoup appris de ma “mamé”.Je m’asseyais à ses pieds sur un petit tabouret. Elle me recommandait de bien finir mon travail pour que l’envers soit aussi joli que l’endroit. Elle m’a appris beaucoup de détails.Bravo à vous, de transmettre ainsi ce que vous savez. Je ne sais pas si ce petit mot vous parviendra. je ne suis pas très calée en informatique. Quand mon pull sera terminé j’essaierai de vous le transmettre en photo. Ma fille m’aidera.. Bravo et courage à celles qui se lancent..On est heureuse de voir sortir quelque chose de nos mains.

Le témoignage de Françoise

Bonjour à toutes les tricoteuses

j’ai été très heureuse de lire le message de Céline car ça m’a rappelé mon enfance .Moi aussi j’a appris à tricoter à 6 ans et en gardant les moutons ….mes parents avaient un hôtel dans les gorges du Tarn et n’avaient pas le temps de s’occuper de moi, j’allais donc garder les moutons avec ma voisine. Elle se prénommait marie rose, elle avait 10 ans de plus que moi et cousait des gants tout en surveillant le troupeau, grâce à elle je sais coudre les gants et tricoter

j’ai 81 ans, j’aime toujours le tricot et me souviens avec émotion de ces bon moments passés avec mon amie aujourd’hui disparue. 

Le témoignage d’Anne-Marie

 J ai eu 80 ans en 2018, mes grands parents maternels étaient agriculteurs, je passais en étant enfant ,toutes mes vacances scolaires a la ferme. Ma grand mère gardait les chèvres et tricotait pendant ce temps des culottes en coton et aussi des gants de toilette. Ce fut mon premier chef d œuvre (lol) j avais 6 ans, après quelques rangs de point mousse, c’était du jersey jusqu’à un certain nombre de cm où il fallait faire un autre rang mousse pour marquer le milieu. Je voulais faire le gant pour moi parce que mes mains étaient plus petites que celles des adultes, ma grand mère n’a jamais cédé, et il a fallu plusieurs vacances avant que j’arrive à terminer ce gant. 

Ensuite, à mon entrée en 6ème, nous avions des cours de tricot, et là j’ai fait une brassière ( en rangs raccourcis) et une paire de chaussons, j’ai eu le premier prix.

Depuis je tricote toujours, je fais aussi du crochet et de la couture, ma maman tricotait aussi beaucoup. Peut on dire que les travaux d’aiguilles sont héréditaires ?

Le témoignage de Rachelle

Ha! ha! j’ai souri en lisant ton apprentissage en tricot. Laisse-moi te raconter le mien, tu souriras à ton tour.

Nous avions au Québec de l’enseignement ménager à l’école, en 2ème année, nous avions des fruits et légumes à coudre avec des trous ……tout allait bien. La 3ème le tricot commence, pas facile pour moi, même si ma mère me conseillait.

4ème un bonnet de bébé, je continue mes efforts, 5ème c’est là que tout m’embête, mitaines & bas, alors non pas pour moi. J’ai perdu mon tricot (je l’avais caché) j’ai dis à ma mère qu’il était perdu……j’ai donc cessé le tricot. Je voyais cependant ma grande sœur  tricoté de la jolie layette pour bébé et j’aimais beaucoup être près d’elle et la regarder. Les années passent et le tricot n’est toujours pas dans mes idées. Ma passion c’est la couture, courtepointe, vêtements pour mes fils, déguisements pour les fêtes etc……puis un jour je vois de très beaux tricots sur internet, je veux tricoter ces beaux châle, ces belles couvertures afghanes ….c’est alors que tout commence et de pas à pas (j’ai 45 ans à ce moment) de facile à encore plus compliqué  …. je persévère, je continue, j’ai ma fameuse paire de bas….. Et un jour j’y suis enfin, et je continue pour  arriver enfin au fameux châle que je désirais tant tricoter  pour ma mère. Mon aide, ce sont des livres expliquant les mailles ….et cela devient ma nouvelle passion, je continue la couture pour mes petits enfants, (60 ans et des poussières)… ils sont aussi enveloppés de tricots que mamie leur tricote selon leur demande, chandail de hockey, des tuques de super héros….je ne leur refuse rien c’est mon plaisir…ma passion, et j’ai tant plaisir à offrir. 

Voilà ma petite histoire 

 

 

Le témoignage d’Hélène du haut de ses 88 ans

Oui je me souviens très bien de mes débuts de tricoteuse ! j’avais 7/8 ans et dès que j’ai su faire maille endroit / maille envers, j’ai vite tricoté pour mes poupées, puis à l’école (le jeudi matin, on allait à l’école pour le “travail manuel”, je me suis fait une écharpe en fausse côtes anglaise elle était bleu roi avec des franges oranges!! j’ai encore mes premières aiguilles, du 4, et la petite valisette longue en carton (qui imite le cuir marron) !

Puis la guerre venue on a tricoté pour les soldats, les prisonniers; les plus jeunes tricotaient des écharpes simples dont on nous avait donné les explications = côtes 1/1 ou point mousse, les plus “expérimentées, faisaient les côtes pour les chaussettes et les moufles ou gants et le reste par les “grandes et les “très douées” !! Pour les pulls je ne sais qui les faisaient, mais je me souviens qu’on parlait parfois de pulls dans des colis! S’il y avait parfois de la laine neuve, il y avait aussi de la laine détricotée, comme pour nous même ..Mes souvenirs de laines neuves achetées, ça remonte à “l’après guerre” dans les années peut être fin 48/50. Quand je me suis mariée en 52, je me suis encore détricotée un pull pour le “faire neuf”..! loin du gaspillage de maintenant ..!!

Le témoignage de Nadine

Cela me fait penser également à ma grand-mère qui m’a appris le point de croix et un peu le tricot, mais j’avais des difficultés avec le tricot c’était un peu compliqué pour moi et je perdais vite patience ! Mais quelques années plus tard, cette envie de tricoter est apparue comme une évidence. Ce qui prouve que le peu que j’ai appris étant petite a fait son effet et chaque fois que je tricote, je ne peux m’empêcher de penser à ma grand-mère qui pensait à l’époque que c’était peine perdue! Si seulement elle pouvait me voir de là -haut, je pense qu’elle aurait beaucoup de plaisir de voir que j’ai une vraie passion ! Peut-être est-t-elle à côté de moi pour m’encourager ! Il me plaît en tout cas à le penser!

Voilà, voilà, j’ai reçu bien d’autres témoignages mais j’en garde certains rien que pour moi, hi hi.

Je remercie toutes celles qui ont su nous partager leurs débuts tricotesques!

Et un grand merci à toutes ces mamans et grands-mamans qui ont été présentes à nos côtés pour nous transmettre ce savoir faire si précieux!

N’hésitez pas à partager vos premiers pas dans le tricot

dans les commentaires!

Les mitaines d’Eugénie

Dès qu’on maîtrise les bases du tricot, nous avons immédiatement envie d’offrir de nombreux cadeaux laineux à notre entourage.

Et cette envie ne fait que s’accroître au fil des années 😀

Entre les demandes express de nos ami(e)s, puis l’envie de gâter notre bien aimé et les enfants pour qui on aura envie de tricoter quoi qu’il arrive…

J’ai créé ce modèle de mitaines, exactement pour répondre à cette envie!

Tricoter un petit cadeau tout doux et utile, un présent unique et personnalisé. 

Les tricots pour les mains ont cet avantage d’accompagner tout au long de la journée l’heureux possesseur. Un bonnet, c’est chouette mais quand on le porte sur notre tête, on ne le voit pas autant que de jolies mitaines… 

Vous trouverez deux patrons pour un même modèle:

Certaines préfèrent tricoter avec des aiguilles droites et elles choisiront donc le tricot à plat.

D’autres sont adeptes du tricot circulaire, sans couture, elles préféreront le modèle “tricot en rond”.

Si vous faites déjà partie de la tricothèque, vous y retrouverez les deux patrons.

Si ce n’est pas le cas, il vous suffit de cliquer ci-dessous pour bénéficier de la tricothèque et rejoindre la communauté du Blog Tricot.

Click here to subscribe

Ces mitaines ont d’abord été créées pour Eugénie.

Eugénie est la douce maîtresse de mon petit garçon qui est pour la première fois scolarisé à l’âge de 7 ans. C’est un petit gars très chouette mais qui a un profil un peu particulier alors il lui fallait une maîtresse exceptionnelle…

Eugénie est la maîtresse dont je rêvais pour lui.

Alors bien entendu, j’avais envie de lui tricoter un petit cadeau tout chaud, un présent fait de laine et de tendresse.

Le tricot est une merveilleuse manière de se connecter avec les personnes qui nous sont chères ou avec celles qui nous touchent et rendent nos combats un peu plus supportables. 

Et vous, à qui offrirez-vous de jolies mitaines?

Qui rend votre vie plus joyeuse et aurait bien besoin de réchauffer ses douces mains?

N’oubliez pas que vous pouvez les offrir à une tricoteuse exceptionnelle et talentueuse:

VOUS!

Vous devez prendre soin de vos mains créatives avant tout 🙂

Click here to subscribe

Jolies finitions pour le point mousse

Le point mousse est LE point idéal pour les débutantes.

Il suffit de connaître la maille endroit pour faire des kilomètres de point mousse.

Le point mousse vous permet de réaliser de beaux modèles intemporels.

Dans la tricothèque, vous retrouverez de nombreux modèles au point mousse pour vous aider à vous lancer.

Voici une petite sélection des modèles que vous retrouverez en cliquant ci-dessous

Click here to subscribe

Un bonnet, un snood, des mitaines

tricot débutants accessoires hiver

 Des guêtres

Un pull à mug

tricot-gratuit

Un coussin

coussin-tricot-facile

Une pochette murale

pochette-tricot-facile

Tous ces beaux modèles sont facilement accessibles et vous attendent dans la tricothèque.

Pour compléter ces patrons, voilà une vidéo qui vous permettra de faire des coutures impeccables.

Pour réussir cette couture invisible, je vous conseille de tricoter TOUTES les mailles, y compris la première maille du rang, toujours au point endroit.

3 accessoires pour l’automne

L’automne est bientôt là, hip hip hip houra!

J’aime l’automne, c’est ma saison préférée… Je dis souvent que s’il existait un pays où l’automne était permanent, j’irais y vivre…

Quand on est tricoteuse et qu’on voit les degrés baissés jour après jour, on a de quoi se réjouir!

Plein de projets nous viennent en tête, on ressort les laines avec délectation et on se tricote en quelques heures des accessoires mignons avant de nous lancer dans un gros projet pour l’hiver.

Des accessoires, il y en a plusieurs dans la tricothèque, je vous invite à vous y inscrire en cliquant sur le bouton ci-dessous (si ce n’est déjà fait).
Click here to subscribe

Et voici une petite sélection d’accessoires rapides à réaliser, utiles avec un tuto en vidéo.

Avec ce headband, vous apprendrez à faire un montage provisoire et des torsades.

Pour les torsades, si c’est votre première fois, faites un tour du côté de cet article 🙂 Comment tricoter des Torsades

Avec les guêtres, vous pourrez vous initier au tricot avec des aiguilles circulaires (mais vous pouvez également les tricoter avec des aiguilles droites).

Enfin, vos pieds vous remercieront bientôt si vous prenez le temps de leur tricoter une paire de chaussons.

Ces chaussons vous permettront d’apprendre à relever des mailles et il y en a pour toutes les tailles: du nourrisson à la taille adulte.

Voilà de quoi profitez des températures un peu plus fraîches dans la bonne humeur 🙂

Toutes les explications écrites se trouvent dans la tricothèque. Il suffit de cliquer ci-dessous.
Click here to subscribe

Je vous souhaite un bel automne, plein de mille couleurs flamboyantes!

Changer de pelote: pour un résultat parfait!

Changer de pelote est parfois le début de déconvenues…

On remarque que le changement de fil se voit une fois qu’on porte notre tricot…

On a des fils à rentrer et parfois, c’est difficile de le faire de manière vraiment discrète.

Le résultat final dépendra toujours de la laine utilisée.

J’avais déjà présenté 2 manières de changer de pelote dans cet article mais je vais vous présenter une nouvelle technique qu’une de mes élèves de la Classe Tricot m’a fait découvrir.

Merci Judith!

Peut-être que vous la connaissez déjà 🙂

Si non, je suis sûre que vous allez l’adorer!

J’aime cette méthode car grâce à elle, vous aurez:

  • un résultat impeccable
  • une continuité dans le tricot
  • aucun fil à rentrer une fois votre tricot achevé

Pour réaliser ce changement de pelote, vous aurez besoin d’une aiguille à laine… et c’est tout!

J’aime obtenir des finitions impeccables pour mes tricots alors je suis toujours à l’affût de ce genre d’astuces et c’est un plaisir de les partager 🙂

Des lisières nettes sur tous les points

La beauté d’un tricot tient avant tout à la qualité de ses finitions

J’ai envie de partager sur ce blog mes astuces et découvertes pour vous aider à être toujours 100% satisfait(e) quand “Tadam!”, votre tricot est enfin terminé.

Les mailles qui se trouvent sur les côtés d’une écharpe ou d’un headband pourraient gâcher l’ensemble du projet si elles étaient irrégulières.

J’avais déjà réalisé une vidéo sur les mailles lisières au début du blog car cette question revenait souvent pour mes élèves du Challenge Tricot.

Je présentais donc dans cet article ma façon de ne pas tricoter la première maille du rang pour le point mousse et le point jersey.

Mais bien entendu, on aime aussi tricoter des châles, des écharpes ou des bandeaux dans des points plus variés. 

Alors se pose la question des lisières pour le point de riz, le point de blé, le point d’astrakan ou tout autre point texturé ou fantaisie.

Bien sûr, vous pouvez ajouter, selon le projet, 2 ou 3 mailles sur les 2 côtés de votre tricot que vous tricoterez au point mousse ou au point jersey.

Mais vous pouvez aussi utiliser l’astuce ci dessous: les lisières allemandes.

Leur grand avantage, c’est qu’elles sont valables pour absolument TOUS les points de tricot.

Voici comment les réaliser:

1- Vous tricotez la 1ère maille selon la manière dont se présente le fil: 

  • le fil est à l’avant: vous tricotez la 1ère maille au point envers.
  • le fil est à l’arrière: vous tricotez la 1ère maille au point endroit.

2- Vous ne tricotez jamais la dernière maille du rang: vous la passez sur l’aiguille de droite en la piquant comme si vous vouliez la tricoter au point envers.

Ceci est valable pour absolument TOUS les points de tricot
Click here to subscribe

Une fois que vous aurez compris comment réaliser ces lisières sur le point qui vous intéresse, vous saurez les réaliser sur tous les points que vous tricoterez par la suite.

La logique reste en effet toujours la même.

En image, c’est souvent plus facile de bien comprendre la méthode à suivre.

Je vous montre dans cette vidéo comment les réaliser sur du point de riz, des côtes 2/2 et du point mousse.

Mais si vous devez tricoter un point de dentelle ou quoi que ce soit d’autre la technique reste la même.

 

 

4 conseils pour des coutures parfaites

Aaah, les coutures…

Certaines les détestent, d’autres les réalisent avec autant de plaisir que le reste du tricot.

Les coutures en tricot ne sont pas méchantes, elles demandent juste à être apprivoisées

Promis.

Click here to subscribe

La technique n’est pas très compliquée en soi. Et en étant patient(e)s, on finit par obtenir des coutures nettes et impeccables.

En suivant ces quelques conseils, vous parviendrez à obtenir des coutures discrètes et régulières sans vous arracher les cheveux.

1er Conseil: Sélection du fil

Quand on n’a jamais cousu de tricot, il est préférable de débuter avec du fil simple.

Les fils qui empêchent de bien voir les mailles compliquent fortement les coutures finales.

Un fil qui offre une bonne définition de mailles est à la fois plus facile à tricoter dans vos débuts et plus facile à coudre.

Voici la différence en image:

Le tricot bleu clair permet de bien voir les différentes mailles. Avec le tricot bleu marine, on distingue difficilement les mailles les unes des autres.

Les fils foncés (bleu marine; noir; vert sapin) et les fils poilus, duveteux ou fantaisies sont donc un peu plus difficile à coudre.

Rien d’impossible bien sûr (et heureusement car j’adore le bleu marine, hi hi) mais peut-être à éviter pour un premier ouvrage à coudre.

2ème Conseil: investissez dans de bons outils.

J’insiste sur la qualité des aiguilles régulièrement comme dans cet article sur les aiguilles circulaires.

Pour les coutures, j’insisterai également sur le devoir absolu d’avoir une aiguille à laine (= aiguille de tapissier) de très bonne qualité.

Pourquoi?

Parce qu’une aiguille qui accroche chaque brin de laine; qui ne glisse pas bien; qui ne permet pas de coudre avec un fil épais, c’est juste l’enfer!

Voici différentes références d’aiguilles à laine que j’ai testées et appréciées:

Aiguilles à laine Bohin sur Bergère de France

Aiguilles à laine Hiya Hiya

3ème Conseil: De jolies lisières

Une belle couture, invisible et discrète sera bien plus facile à obtenir si vos lisières sont régulières et impeccables.

Pour ce qui est des mailles lisières, il est communément admis que vous devez ajouter 1 maille par couture au nombre de mailles à monter.

Par exemple, si vous voulez tricoter un gilet, le dos comportera 2 coutures (= 1 de chaque côté). Vous pourrez donc ajouter 2 mailles.

Je vous montre dans la première partie de la vidéo ci-dessous comment tricoter des lisières à la française.

Elles sont parfaites pour coudre ensuite 2 morceaux tricotés en jersey.

4ème Conseil: Stop à la procrastination!

Quoi? Votre pull est tricoté depuis 2 mois et il est encore en kit? 

Une manche par ci, un devant par là…

Ah, ah, je vous rassure, c’est un mal assez commun chez les tricoteuses!

D’abord il y a le fait de coudre qui n’est tout de même pas toujours une partie de plaisir…

On préfère généralement tricoter des rangs endroits et envers encore et encore…

Et puis il y a notre perfectionnisme:

“Ce pull est si bien tricoté, est-ce que je ne vais pas tout gâcher en le cousant ?!?”

Oui… peut-être que les coutures ne seront pas aussi parfaites que ce que vous auriez souhaité mais en tout cas..

Bonne Nouvelle!

Vous pourrez le porter pour vous réchauffer!

Alors lancez-vous!

On peut toujours s’améliorer en tricot et il n’y a qu’en faisant qu’on apprend et qu’on perfectionne son geste…

Et si toutefois, vous êtes vraiment allergique aux coutures, lancez-vous dans le tricot en rond à l’aide d’aiguilles circulaires ou double- pointes.

Oui, oui, on peut tricoter un pull du début à la fin SANS aucune couture…

Aucune.

Click here to subscribe