Est-ce que ça vous dirait de connaître mes meilleures astuces pour obtenir un tricot aussi parfait que possible ?

Souvent, on craque pour un modèle et on tient à ce que le résultat final soit identique au modèle sur la photo.

Comment pouvons-nous mettre toutes les chances de notre côté pour obtenir un tricot impeccable ?

Je vous partage 8 astuces qui, accumulées les unes aux autres, finissent par faire toute la différence.

1) Bien choisir le numéro d’aiguilles

Pour chaque fil, un numéro d’aiguilles est préconisé. Cependant, il faut savoir que chaque tricoteur tricote avec une tension bien particulière. Certains tricotent « serré » et d’autres « lâche ». Le numéro d’aiguilles conseillé sur la pelote ne sera donc peut-être pas celui que vous devrez choisir pour que le fil ait un beau rendu.

taille des aiguilles

Mais alors, comment connaître le bon numéro d’aiguilles ?

Grâce aux échantillons, on pourra choisir le numéro d’aiguilles adapté. Votre échantillon vous permettra de voir ce que donne le tissus du tricot.

  • S’il est trop serré, le résultat final risque d’avoir un aspect cartonné, trop rigide et il n’aura pas un joli tombé.
  • S »il est trop ajouré, le tricot risque d’être irrégulier et manquer de tenue. Il a de grandes chances de se déformer rapidement.

Le tissus doit être souple et les mailles bien régulières. En général, vous savez choisir le bon car son aspect est bien plus agréable à l’oeil.

Alors, n’hésitez pas à tester 3 numéros d’aiguilles de 0.5 mm d’écart. Par exemple, pour un fil se tricotant normalement avec des aiguilles 4 mm, vous pourrez échantillonner avec des aiguilles 3.5 mm, 4 mm et 4,5 mm.

Plus vous fonctionnerez ainsi et plus rapidement vous saurez si ces aiguilles conviennent à ce fil ou pas.

2) Choisir le bon fil

Chaque modèle est conçu avec un fil bien particulier. Parfois on a très envie de se servir d’un autre fil que celui qui est conseillé. Cela n’est pas forcément une mauvaise idée par contre chaque fil a ses propriétés. Il faudra donc veiller à 2 choses avant de changer:

  • Prenez un fil qui a un échantillon identique ou très proche
  • Restez proche aussi de la composition du fil de base

Pour certains modèles, il vaut mieux sélectionner un fil très souple qui a un beau drapé. D’autres modèles réclament un fil qui a une meilleure tenue.

Les fils qui contiennent de la laine sont en général plus souples que ceux qui contiennent du coton par exemple.

Il y a des matières plutôt fluides comme la soie, la viscose. Les fils rustiques sont au contraire assez « rigides ».

Cela étant dit, vous pouvez prendre quelques risques, le résultat final ne sera peut-être pas exactement comme celui de la photo du modèle mais ce pourra être très joli quand même !

3) Privilégiez les fils réguliers

Certains fils permettent d’obtenir des mailles bien rondes et régulières. D’autres fils, surtout les fils rustiques ne permettent pas d’avoir cette régularité.

Même si vous tricotez habituellement avec beaucoup de régularité, si le fil est lui-même irrégulier, vous ne pourrez échapper à des mailles irrégulières.

Cela n’est pas toujours très gênant, cela peut même ajouter de l’authenticité et du charme à un tricot. Mais il est toujours préférable de savoir à quoi s’attendre.

Si par contre, votre tricot n’est pas encore très régulier, vous pourrez compenser cela en vous orientant vers des fils légèrement poilus. Les fils qui comportent de l’alpaga, de l’angora, du mohair permettent d’obtenir un joli halo autour de votre tricot. Les mailles irrégulières sont ainsi camouflées et l’ensemble reste très joli.

4) Eviter les grosses irrégularités

En plus de choisir un fil bien rond, régulier et peut-être un peu poilu, on améliorera le rendu de nos tricots en adoptant ces 3 bonnes habitudes:

a) Finissez vos rangs

« Je finis mon rang et j’arrive ! », si vous tricotez, cette petite phrase doit faire partie de votre répertoire.

Effectivement, ne laissez jamais votre tricot au beau milieu d’un rang. La maille sur laquelle vous vous êtes arrêtée a de grandes chances de se distendre. Cela risque au mieux de faire un point irrégulier qui se verra et au pire de donner l’impression qu’il y a un petit trou.

Ne laissez donc JAMAIS votre tricot en attente sans avoir fini votre rang si ce n’est en cas d’extrême urgence.

b) Changez de fil dans un endroit discret

Les changements de fils ne peuvent jamais être 100% invisibles. Même si certaines méthodes aident à avoir un changement très dicret (comme celle-ci par exemple), il est toujours préférable de prendre quelques précautions.

Vous ne changerez pas votre fil en plein milieu de votre tricot. Il vaut mieux revenir en arrière et changer de fil au début du rang si vous êtes déjà allés un peu trop loin et que vous vous rendez compte que vous allez manquer de fil pour finir le rang.

Dans les ouvrages tricotés en rond, on change le fil dans un endroit discret comme derrière l’épaule, sous une aisselle, à l’arrière d’un bonnet.

Pour les gilets, vous changerez le fil côté manche et non pas au niveau de la bande de boutonnage (sauf si celle-ci est ensuite relevée).

Cet article complémentaire vous aidera aussi à changer de fil: Comment changer de pelote ?

c) Ne piquez pas vos pelotes

On voit souvent des pelotes piquées de 2 aiguilles dans les illustrations propres au tricot.

Moi-même, j’aime beaucoup dessiner ça:

Mais ce qui est très mignon en dessin l’est beaucoup moins dans la réalité.

C’est ma grand-mère qui m’a appris à NE surtout PAS le faire. Et elle avait bien raison !

En procédant de la sorte, les aiguilles pointues viendraient traverser les fils, séparer les brins à l’intérieur de la pelote. Des brins séparés, cela signifie un fil déformé qui deviendra irrégulier une fois tricoté. C’est exactement ce que nous ne voulons pas !

Pauvre petite pelote ! Je suis sûre que vous éviterez de la maltraiter ainsi à l’avenir. Fini les aiguilles piquées dans les pelotes, on préfèrera les poser sagement les unes à côté des autres.

5) Ne pas avoir peur de détricoter

Pour un rendu final impeccable, il ne faut pas avoir peur de revenir en arrière sur quelques rangs. (Et j’écris ces lignes après avoir détricoté 2 fois consécutives quelques rangs sur mon pull en cours…).

Si vous vous rendez compte d’un problème: une augmentation oubliée, une maille distendue, un changement de point oublié ou quoi que ce soit d’autre, il est important de jauger de la pertinence ou non de détricoter.

Ici, il ne s’agit pas d’être perfectionniste. Si le petit problème se situe dans un endroit où il finira par être invisible, autant l’oublier. Par contre, s’il se trouve bien en évidence, même s’il est insignifiant, vous ne verrez plus que lui dans quelques temps !

Si vous ne détricotez pas uniquement parce que vous avez peur de détricoter, je vous conseille vivement d’apprendre à le faire. Vous pouvez vous entrainer sur un échantillon à l’aide de cette Vidéo.

Apprendre à détricoter fait entièrement partie de l’apprentissage du tricot à mon humble avis.

C’est toujours un peu douloureux de détricoter. Je vous conseille de détricoter les rangs problématiques puis de reprendre votre tricot tranquillement un peu plus tard. Vous oublierez vite ce moment pas très agréable et vous serez pleinement satisfaite de votre tricot.

6) Améliorer ses finitions

Les finitions, c’est selon moi, ce qui fait vraiment la différence quand on veut avoir un tricot le plus parfait possible.

-Vous veillerez à bien rentrer vos fils et à le faire si possible dans un endroit discret (à l’endroit d’une future couture; sur le côté d’un tricot…)

-Vous soignerez vos rangs de montage et de rabat. Tant que vous n’êtes pas satisfaite du rendu de ces deux rangs, c’est que vous n’avez peut-être pas encore trouvé la méthode qui vous correspond. Continuez à tester des méthodes différentes, il est possible qu’une méthode corresponde davantage à votre manière de tricoter.

-Enfin vous accorderez de l’attention aux mailles lisières qui n’ont pas pour but d’être cousues. Cette technique présentée en vidéo vous permet d’obtenir de jolies lisières quelque soit le point utilisé. C’est bien pratique car ça marche à tous les coups !

Pour les finitions, il y a encore un certain nombre de petits détails. Vous pouvez rejoindre le Challenge Gratuit « Mes Finitions Impeccables » qui vous permettra d’apprendre quelques astuces spéciales  » Finitions ».

Cliquez ici pour vous inscrire au Challenge Gratuit « Mes Finitions Parfaites »

7) Le blocage

Enfin pour améliorer encore grandement la régularité de votre tricot, vous n’oublierez pas de le bloquer.

J’explique ma méthode dans cet article.

Article: Comment bloquer un tricot ?

Il est aussi possible de le bloquer avec une patemouille et un fer à repasser. A vous de voir quelle technique vous préférez pour offrir un soin à vos petites mailles.

Grâce au blocage, elles vont gagner en gonflant, en brillance, en splendeur ! (Oui, rien que ça !) Je n’ai jamais été déçue par le résultat d’un blocage mais très souvent surprise par son efficacité. Comme j’aime à le dire: « le blocage, l’essayer, c’est l’adopter ! »

8) Lâcher le perfectionnisme

Cela peut sembler étonnant pour terminer un article sur des astuces pour rendre vos tricots impeccables mais oui, vous avez bien lu:

Arrêtez d’être perfectionniste !

Personnellement, je souffrais d’un perfectionnisme bloquant.

L’un des symptômes de ce type de perfectionnisme, c’est qu’on ne finit pas ce qu’on a commencé. Alors souvent, on le finit presque, vraiment presque mais avant la toute dernière étape, c’est le blocage !

J’en ai souffert durant des années avant d’apprendre qu’il s’agissait d’une forme de perfectionnisme.

J’avais tellement peur de rater cette dernière étape et donc de gâcher tout ce qui avait été plutôt réussi jusque là que je m’arrêtai subitement. J’avais aussi peur d’être déçue par le résultat. Bien sûr tout cela était inconscient.

Dans le domaine du tricot, cela ressemblait à :

  • des ouvrages entièrement tricotés mais jamais cousus.
  • un pull quasi fini dont il reste une manche à faire.
  • une brassière naissance à laquelle il manque les boutons pressions.

En gros, j’abandonnais avant de pouvoir vraiment profiter du résultat.

Heureusement, tout ça est loin derrière moi désormais !

tricot joyeux

« Il vaut mieux avoir un résultat moyen que pas de résultat du tout » est devenu ma nouvelle devise. Ou encore: « Fait vaut mieux que parfait »

Si vous vous reconnaissez dans ces lignes, sachez que je compatis. Mais maintenant que vous savez que vous souffrez de perfectionnisme bloquant, vous réussirez beaucoup mieux à vous battre contre lui.

Globalement, le perfectionnisme est intéressant s’il nous aide à progresser à toutes petites doses. Au delà de ça, il est juste là pour nous gâcher l’existence alors on peut le mettre au placard !

Conclusion

Voilà pour ces 8 astuces pour avoir des tricots aussi impeccables que possible.

J’espère qu’elles vous auront conforté dans vos bonnes pratiques du tricot. Peut-être qu’elles vous permettront d’avoir des tricots de plus en plus jolis.

Le principal étant toujours de prendre du plaisir avec vos tricots. Ce n’est jamais un concours. Le plus important, cela reste le bonheur que le tricot vous procure et la paix qu’il diffuse autour de lui.

Vous voulez poursuivre votre navigation sur le Blog Tricot ?

Voici le sommaire du Blog: Liste des articles du Blog

23 Comments on Un tricot aussi parfait que possible ? 8 astuces

  1. Bonjour Aline,
    Merci, merci pour tous ces bons conseils.
    Je tricote beaucoup et depuis longtemps mais à chacune de tes chroniques j’apprends quelque chose de nouveau.
    Merci.
    Tant qu’à l’étape du blocage, elle est pour moi primordiale, car c’est la seule journée où je peux admirer mon travail avant de l’emballer et de l’offrir à ceux que j’aime. J’appelle ça ma journée « fierté ».

    • J’aime beaucoup cette idée de journée « fierté », au moins cela donne envie de terminer ses ouvrages, hi hi.
      Merci pour ton gentil mot!
      Bises et joyeux tricot !

  2. Bonjour,
    Pour changer une pelote, je prends l’exemple d »un fll à 3 brins; Je le dédouble sur la fin du travail, Je fais pareil sur la nouvelle pelote, Et je reconstitue le fil normal à 3 brins en prenant deux brins d’une pelote et un brin de l’autre et je tricote pendant 3/4 mailles,,, Ni vu ni connu, Ensuite je finis comme d’habitude,
    C’est plus dur à expliquer qu’à faire!!! MDR
    Par contre ce n’est pas possible sur les laines qui sont indissociables!!!!

  3. Un grand merci pour tous ces conseils, je ne savais pas qu’il ne fallait pas laisser son ouvrage au milieu, car la maille se distendait.. Enfin on apprends à tout âge, pourtant je tricote depuis l’âge de 11 ans et j’en ai 71. Allez encore merci. Bisous

  4. Merci pour ce doux message.
    Ca confirme tout mes efforts que je pratique pour ma deuxième paire de chaussette assez bien réussi. Surtout merci pour le partage de chacune il me semble que ça nous lie pour un joyeux tricot

  5. Ma grand -mère disait toujours qu’elle ne voulait pas mourir car elle en apprenait tous les jours, MDR
    Nous avons donc de l’avenir!!!!!!
    Bon tricot à toutes, Bisous

  6. Merci Aline pour ces astuces, j’en connais certaines mais celle des mailles lisières va bien m’aider. L’expression  » je finis mon rang et j’arrive » me parle particulièrement. Encore merci pour toutes ces astuces.
    Je te souhaite une bonne journée.

  7. Bonjour Aline,
    Le tricot pour moi, c’est une passion. J’ai toujours un ouvrage ( et même plusieurs ) sur mes aiguilles.
    J’ai tricoté pour mon mari, mes filles (qui ont 40 et 36 ans maintenant) elles m’ont donné 7 petits-enfants qui apprécient également le fait main.
    Je participe tous les mardis à un club et nous tricotons et crochetons pour plusieurs causes : les bonnets Innocent, et aussi une association qui vient en aide aux démunis (de France et de Madagascar) et j’ai aussi tricoté de la layette pour les prématurés, et bébés nés sous X…
    J’achète la laine, à mes frais, sur le bon coin. J’en ai stocké un peu partout et mon plus grand plaisir c’est de commencer un nouveau tricot.
    Merci pour vos conseils qui nous rendent bien service. Bon tricot à vous et à toutes les personnes qui me liront !

    • Quelle enthousiasme ! Merci Claudine pour cette belle énergie créative communicatrice !
      Des bises et belle continuation avec tes joyeux tricots !

  8. Merci, pour les astuces. J’ai tendance à bloquer à la fin de mon tricot également. J’ai fait un gilet pour ma mère, mais le le trouve miche une fois presque fini, alors qu’il me plaisait au milieu du travail.
    Je vais essayer de me débloquer pour lui offrir quand même.

    • Oh Lenaick, comme je te comprends !
      Et oui, ce sera beaucoup mieux de le finir quand même ! D’autant plus qu’il y a des chances pour que tu le trouves pas si mal une fois fini. Et ta mère va sans doute beaucoup l’apprécier ! On est souvent très dure avec nous-mêmes. Alors je t’envoie plein d’ondes positives pour terminer joyeusement ce gilet !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *