Pour ce dernier défi de rentrée, je vous propose de vous préparer pour une année pleine de souvenirs de tricoteuse.

Cet article fait suite aux deux premières parties du défi à retrouver ci-dessous:

#1 : Chouchouter son espace créatif

#2 : Planifier ses futurs projets

Lors de notre premier défi, je vous ai proposé de faire du tri dans votre espace créatif. Volontairement, je n’ai pas précisé ce que vous pouviez faire de vos anciens tricots. Je vous avoue que j’ai tendance à vouloir garder tous les tricots que j’ai réalisés patiemment!

Mais les années passant, le cumul de tous ces tricots (avec certains très abîmés) n’avait pas vraiment de sens.

J’ai donc appris à garder des souvenirs de mes tricots d’une autre manière qu’en les stockant dans des placards.

Bien sûr, je conserve encore certains tricots comme de précieux trésors (les premiers tricots de mes fistons par exemple…) mais pour les autres, j’ai appris à m’en séparer une fois qu’ils étaient vraiment fatigués.

tricoteuse-tendance
Après un bon désencombrement, on se sent plus légère!

Voici ce que j’ai mis en place au fil des années pour garder de beaux souvenirs tricotesques sans encombrer mes armoires.

1- Prendre des photos

Votre tricot fraîchement tombé de vos aiguilles a son heure de gloire dans ses premiers jours de vie. Le fil est impeccable, il tombe bien, les mailles sont régulières… Essayez de le prendre en photo au plus tôt après son premier blocage.

Un article sur le blocage si cette technique vous est inconnue 😉

Vous pouvez le prendre une première fois en photo posé sur un fond le plus uni possible (sur un drap ou sur une table par exemple) ou suspendu à un cintre.

Puis vous pouvez faire une deuxième photo porté. Si c’est pour vous, ce sera assez rapide de la faire. Vous pouvez vous photographier dans votre miroir ou demander à une personne de vous photographier avec votre plus beau sourire et votre magnifique tricot 😀

On se prend vite au jeu des photos-tricot

Et si le tricot est un cadeau, n’hésitez pas à demander de prendre la personne que vous venez de gâter en photo. Cela vous fera un double souvenir: celui du tricot mais aussi celui de la personne chère à votre coeur. (Car on tricote pour ceux que nous aimons, n’est-ce pas?)

S’il s’agit d’un tricot pour un enfant de votre famille, n’hésitez pas à demander aux parents de vous envoyer une photo. (Bon… Les parents très occupés n’y pensent pas toujours et ce ne sera pas si grave puisque vous aurez pris une photo du tricot seul avant de l’offrir…)

Faire des photos de nos tricots portés permet de
garder des souvenirs de ceux que l’on aime…

2- Partager et conserver vos photos

Si vous prenez plaisir à faire des photos de vos tricots, vous pourrez ensuite les partager sur internet. Ce n’est pas si compliqué et cela vous permet de communiquer avec d’autres tricoteurs.

Vous avez l’embarras du choix et je vous conseille de choisir un réseau social avec lequel vous êtes déjà à l’aise:

  • Facebook
  • Instagram
  • Ravelry
  • Un blog…

Veillez tout de même à respecter le droit à l’image des personnes qui sont sur vos photos. Certains ne souhaitent pas se retrouver sur internet (Oui! même avec un de vos magnifiques tricots parfaits sur le dos!) Vous pourrez toujours cacher leur visage ou poster la photo du tricot seul.

L’idéal est de poster régulièrement les photos de vos tricots. Mais pour être honnête, je n’y arrive pas moi-même! Généralement, je m’y mets quelques jours puis j’arrête et je reprends 6 mois plus tard… Mais au final, même en étant irrégulière et dans l’imperfection la plus totale, je garde tout de même de plus en plus de souvenirs photos de mes tricots.

Mon compte Instagram @leblogtricot

3- Un classeur d’échantillons

Petit à petit, j’ai mis en place un classeur d’échantillons en complément.

Si vous n’êtes pas familière avec ce qu’est un échantillon, cet article vous éclairera.

C’est une tricoteuse professionnelle, Lune de Nacre, qui m’en avait parlé. Après l’avoir mis en place, je le conseille à tous les passionnés du tricot!

IMG_4117

En cette rentrée de tricoteuses, vous allez pouvoir vous acheter un joli classeur grand format et des pochettes plastifiées. Il vous faudra aussi des feuilles A4 et de quoi écrire.

L’idée est de placer une feuille avec vos notes + un échantillon dans chaque pochette plastifiée.

Voici les informations précieuses qui pourront compléter votre échantillon:

  • le nom du fil
  • le bain de la pelote
  • le coloris
  • le poids et le métrage

(Ces 4 premières informations se trouvent sur le bandeau de la pelote, pour aller plus vite, glissez-le dans la pochette)

  • Résultats de l’échantillon avant et après le lavage
  • Le numéro des aiguilles utilisées pour tricoter l’échantilllon

J’aime beaucoup ce classeur d’échantillons car en plus d’être utile pour de futurs projets, il me permet de garder un souvenir tout doux de mes tricots.

C’est un excellent complément aux photos!

Si vous préférez éviter les fournitures “scolaires”, vous pouvez bien sûr garder vos échantillons dans une jolie boîte. Vous fixerez par un fil le bandeau de la pelote à chaque échantillon. Sur celui-ci, vous noterez le résultat de votre échantillon, tout simplement.

4- Prendre des notes

Personnellement, j’adore écrire. (Si vous me suivez depuis quelques temps, je pense que vous vous en êtes rendu compte!)

Je suis une grande fan de petits carnets en tous genres. C’est donc assez naturellement que je me suis tournée vers le “Bullet Journal”. C’est tout simplement un carnet que l’on personnalise et qui nous suit tout au long de l’année. Cela permet de mieux s’organiser et de conserver des traces de tout ce qui a constitué notre année.

Mon Bullet Journal est très sobre et plutôt simple. Sur une double page se trouvent tous les jours du mois et sur une autre double page, je note:

  • les tricots et projets tricots réalisés pendant le mois
  • tout ce qui m’a rendu fière de moi
  • mes meilleurs souvenirs du mois
Mon Bullet Journal prêt pour le mois d’Octobre

Je garde ainsi une trace de tous les tricots accomplis durant l’année. Je sais quand je les ai commencés et terminés. Je note aussi l’échantillon et les modifications que j’ai pu faire.

Si créer un “Bullet Journal” ne vous tente pas plus que ça, vous pouvez profiter de l’ouvrage de Mélise Carrara: “Bullet Journal d’une tricopathe” aux éditions Eyrolle. Cela vous permettra de garder une trace écrite de vos tricots.

Bullet Journal pour Tricopathe, Mélise Carrara

Personnellement, je trouve cela très plaisant de prendre le temps d’écrire sur ma passion (Mais ça, vous le savez déjà!).

Conclusion:

Ici se termine notre défi de rentrée tricotesque.

J’espère que ces 3 articles vous auront inspiré:

#1 Chouchouter son Espace Créatif

#2 Planifier ses Futurs Projets

#3 Souvenirs d’une année de tricoteuse

Si cela vous permet de vivre encore plus intensément votre passion créative, j’en serai ravie. Et si cela vous a simplement donné envie de reprendre vos aiguilles, c’est chouette aussi!

Continuez à vous amuser avec le tricot, c’est le principal!

2 Comments on Défi tricotesque de rentrée #3 Souvenirs d’une année de tricoteuse

  1. Bonjour, Aline,

    Merci pour tous ces conseils et tout ce que vous faites

    Me séparer des pelotes de laine, impossible, c’est la caverne d’Alibaba, j’ai des pelotons qui doivent dater de 1970, voir plus et des pelotes entières, d’une grande marque, qui n’ont pas pris une ride (lol) avec le confinement j’utilise un peu mon stock. Bonne journée et continuez vos messages, j’adore. Une mamie

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *