Il y a quelques jours, je publiais l’Interview Tricot de Thali que vous pouvez lire ici.

Thali a eu la gentillesse de me mettre en lien avec une autre bloggeuse très active au sein du Tricot Solidaire. Il s’agit de Stella du blog Mes Petites Récréations.

Si vous faites un tour sur son blog, vous pourrez admirer ses talents de tricoteuse et les amatrices de crochet auront de quoi s’inspirer! N’hésitez pas à vous abonner à son blog pour suivre ses créations et vous tenir au courant de tout ce qu’elle organise 🙂

Stella s’est prêtée au jeu de l’Interview pour mon plus grand plaisir. J’adooore lire d’autres tricoteuses et tricoteurs parler de leur passion!

Stella est particulièrement créative comme vous pourrez le constater sur son joli blog. En plus de cela, elle consacre beaucoup de temps à rendre le monde meilleur en s’engageant dans des causes solidaires.

Petit ensemble réalisé par Stella pour le Challenge “Petits Lutins” organisé par Thali

Je suis sûre que son témoignage vous donnera envie de participer à l’une de ces belles chaînes de solidarité tricotesque.

J’aime l’idée qu’une passion puisse faire du bien à celui ou celle qui y consacre du temps…

J’aime aussi l’idée qu’on puisse adoucir le quotidien d’autres personnes grâce à notre passion. 🙂

1. Aline: Quand et comment as-tu appris à tricoter?

Stella: J’ai appris à tricoter vers l’âge de 9 ans 1/2 . C’est mon papa qui m’a appris à réaliser des chaussons pour bébé (montage de mailles, point mousse). J’ai continué en apprenant seule à l’aide de catalogues.

A 14 ans, j’ai appris le crochet grâce  une copine qui m’a montré les points de base. comme pour le tricot, j’ai poursuivi l’apprentissage grâce à des livres et catalogues.

Mon P’tit bébé et son trousseau – Modèle au crochet de Stella

 

2. Tu partages tes jolies créations sur ton blog. Parle-nous de ton aventure de bloggeuse. En quoi le blogging te permet d’enrichir ta passion?

J’ai longtemps visité des blogs tricot et crochet pour le plaisir des yeux et les partages. Au départ je me disais que ce que je réalisais n’était pas digne d’être montré, que je n’étais pas à la hauteur des bloggeuses. Et puis j’avais peur de ne pas avoir l’inspiration et de ne pas être lu. Finalement j’ai lancé mon propre blog sur Marie Claire idées en 2014, car j’avais vraiment envie de partager avec les autres. Ce blog a été tenu jusqu’en 2015, mais la plateforme ne me convenant plus, j’ai basculé depuis sur wordpress. Le blog est vraiment un espace de rendez-vous avec les copines, une vraie communauté de personnes qui aiment le tricot et le crochet, et qui aiment s’y retrouver et papoter, échanger , partager, découvrir.
Des liens se sont formés en dehors du blog avec certaines, ce sont des amies certes virtuelles, mais bien réelles. Je trouve que c’est une aventure humaine extraordinaire et riche.J’y présente mes réalisations bien entendu, mais je crée également des rendez-vous réguliers pour les fidèles et les nouvelles : Les défis du fil (défi créatif mensuel autour de 2 thèmes optionnels), le swap de Noël, mais également ponctuellement des challenges solidaires, et même des KAL/CAL.

Doudou Baleine tricoté pour un petit préma 🙂

Je me rends compte que beaucoup de bloggeuses ont tendance à délaisser leur blog au profit des réseaux sociaux tels instagram ou Facebook… car elles y trouvent une économie d’information, une rapidité de contenu. C’est à mon sens dommage. S’occuper d’un blog prend effectivement du temps car il faut réfléchir à ce que l’on va dire, hiérarchiser, planifier, avoir de la consistance, mais c’est également un endroit que je trouve plus convivial que les réseaux sociaux, que j’utilise en complément. Je préfère largement partager via mon blog car c’est un espace plus créatif et intimiste, un vrai lieu d’échange où l’on peut prendre le temps de développer des idées et du contenu.

3. Comment as-tu découvert le Tricot Solidaire?

Mon engagement dans le tricot solidaire a commencé envers les bébés prématurés. Mon neveu est née prématurément en 2009, j’ai donc été sensibilisée à ce problème et ai eu envie de faire modestement quelque chose. Ma 1ère participation a été pour l’opération “Fée-moi un doudou” organisée par les Petites fées préma 44 en 2014.

4. A quelles opérations de Tricot Solidaire as-tu participé?

Je participe à des opérations layette pour les prémas, un peu partout en France, en répondant à des appels notamment sur facebook. Je participe également dès que je le peux aux challenges de Thali. (Pour en savoir plus, vous pourrez lire cet article: Interview Tricot: Thali)
Je participe également pour les bébés et enfants de familles démunies (maison de l’enfance, secours populaire, Restos du coeur, etc.) en réalisant de la layette, des vêtements, des doudous pour Noël. J’ai tricoté et crocheté pour les SDF.

Je tricote et crochète également ponctuellement pour les anges.

Doudoux lutins crochetés pour des petits prémas

5. Pourquoi aimes-tu tricoter pour ceux qui en ont besoin?

Je trouve que lorsque l’on a une compétence, il faut de temps en temps savoir en faire profiter les autres, ne pas être égoïste en ne pensant qu’à soi et ses proches. Il y a partout des gens qui souffrent ou qui ont des difficultés ponctuelles, les aider, leur apporter une forme de réconfort, est, me semble t-il normal. Et j’aime à penser que si un jour j’étais dans une de ces situations, quelqu’un aurait un geste solidaire envers moi…
Le tricot solidaire est également un moment de partage incroyable et enrichissant avec d’autres tricoteuses qui œuvrent dans le même sens. On connait l’adage “L’union fait la force”, c’est tout à fait vrai dans ce cas. Cela crée du lien bien au delà de la cause pour laquelle on tricote, c’est simulant, émouvant.

Et puis penser aux autres procure une forme de bien être, on se dit que l’on est utile, juste avec un peu de fil. On oublie ponctuellement ses soucis personnels, parfois on les relativise aux vues des causes pour lesquelles on tricote.

6. Quelles sont les opérations que tu organises toi-même à travers ton blog?

J’organise des challenges solidaires :

– layettes pour les prémas [Angers, Petites Fées Préma (pour les néonat de St Didier, Aix en Provence, Dax, Tulle, Grenoble, Jossigny et Meaux.)]

– layette pour les anges de Bordeaux (pour des bébés décédés de cardiopathie congénitale.)

– layette pour des bébés hospitalisés malades du cœur.

Je mets également à disposition quelques tutoriels gratuits que j’ai créés pour les prémas.

Joli lot de couvertures recolté par Stella pour les prématurés


7. Quels sont les tricots solidaires qui ont ta préférence?

La layette pour les bébés dans le besoin et les prémas.

Les prémas, car c’est une vraie souffrance de ne pouvoir habiller son bébé plume ; et les bébés démunis, car je ne supporte pas d’imaginer que certains enfants naissent sans avoir une brassière et une couverture, ce qui est pourtant la réalité

8. Comment t’organises-tu entre ces tricots solidaires et tes tricots personnels?

Lorsque j’organise des challenges, je les prépare des mois à l’avance, si bien que l’articulation entre tricots personnels et tricots solidaires se fait naturellement. Par contre, lorsque je participe à des collectes ou challenges organisés par d’autres, je suis en général davantage dans l’urgence, et obligée de délaisser les tricots personnels pour un temps… L’appel du tricot solidaire est en général plus fort. Mais je ne peux pas être partout à la fois, sinon je sature, j’apprends donc à me canaliser et à dire parfois NON, ce qui est très difficile et frustrant...

Passe Couloir réalisé par Stella. Modèle gratuit sur Mes Petites Récréations

9. Si une personne voulait se lancer dans le tricot solidaire, que lui conseillerais-tu?

Je lui conseillerais de bien se documenter préalablement car il y a quelques contraintes en fonction des causes (mensurations, couleurs, types de fil autorisées, modèles parfois imposés, etc.) Ces contraintes et préconisations varient d’une structure à l’autre, d’une cause à l’autre, d’où l’importance de prendre suffisamment de renseignements en amont.

Il faut également budgétiser (mensuellement, trimestriellement ou annuellement) en fonction de ses moyens, car le tricot solidaire est une magnifique cause, mais chronophage et onéreuse (achat de fournitures, frais de port pour envoyer les colis, ou essence pour livrer). Le point positif est que l’on peut participer même très modestement et ponctuellement à des opérations solidaires. Il suffit de bien choisir sa formule.Enfin, ne pas se mettre trop de pression, trop d’objectifs car cela nuit à l’envie et au résultat.

10. Tu es coordinatrice pour les Restos du Coeur 21:

  • en quoi consiste cette responsabilité?

J’ai pris contact avec les Restos du cœur de mon département en juillet 2017, et ils m’ont fait part de leurs gros besoins en layette pour les bébés démunis (leurs parents dépendent des restos). Ils offrent pour chaque naissance un kit de bienvenue (composé d’un trousseau layette, de lait, de couches, etc.) afin de venir en aide aux parents dans le besoin.

Ce n’est pas vraiment une responsabilité, c’est plutôt une aide. Je fais le lien entre les restos du coeur 21 et les tricoteuses/crocheteuses/couturières. Le but est de collecter un maximum de trousseaux naissance pour répondre aux besoins. Je livre 2 à 3 fois par an, en fonction de l’ampleur de mon stock.

Couverture Flamant Rose réalisée par Stella dans un très bel élan de solidarité… Son histoire ICI
  • Quelle implication demande ce rôle?

Je suis seule sur ce projet, seule référente et seule « livreuse ».

Je tricote et collecte de la layette. Je centralise donc les tricots et vêtements, et les prépare.

* 1ère étape, les tricots 
Tricoter, crocheterpour les bébés

* 2ème étape, collecter, trier, organiser :
Heureusement que je peux compter sur l’aide de bénévoles qui m’aident bien à remplir les stock. Il me faut également trier les ouvrages, constituer des ensembles pour les pièces isolées.
* 3ème étape, coudre les boutons manquants, recoudre les coutures mal finies :
Je reçois parfois des tricots non finis ( sans boutons, les coutures non faîtes ou mal faîtes), il faut donc terminer ce qui ne l’est pas.
* 4ème étape, laver :
Il faut laver tout ce qui ne l’a pas été, faire sécher.
* 5ème étape, étiqueter:
Prises de mesures indispensables, puis chaque tricot ou ensemble est étiqueté au niveau de la taille ou de l’âge. Informations importantes pour que les Restos puissent ensuite les ranger dans les bons dressing.
* 6ème étape, préparer les petits sachets naissance :
Chaque trousseau naissance, composé majoritairement d’une brassière, d’une paire de chaussons et d’un bonnet, est emballé individuellement dans un sachet transparent. De cette manière, il est prêt à l’emploi.
* 7ème étape, préparer les cartons et sacs pour les autres pièces :
Les autres pièces sont rangées en fonction de leur usage, dans des cartons et des sacs (étiquetés bien entendus).
* 8ème étape :
Livraison auprès des Restos du coeur 21.
Brassière pour prématurés – Modèle gratuit de Stella
  • Qu’apprécies-tu en tant que coordinatrice?

M’organiser comme bon me semble. Tricoter, crocheter… collecter des layettes et petits vêtements,  trier, organiser selon les tailles, composer des trousseaux, compter les quantités qu’il manque, compléter…  faire des appels aux dons… Cela prend énormément de temps et de place, mais c’est aussi très positif, grâce la générosité des donatrices. C’est très plaisant de voir une collecte prendre vie au fur et à mesure, découvrir de jolis petits tricots reçus par la poste, imaginer que cela sera utile à un bébé et que sa famille en sera sûrement émue elle aussi. C’est un peu à chaque fois Noël lorsque j’ouvre un paquet. Et pour les Restos du coeur c’est également Noël, ils m’accueillent les larmes aux yeux.

  • Qu’est-ce qui te semble difficile?

La collecte en elle-même. Les offres de tricot solidaire se multiplient sur le net, les bénévoles ne peuvent donc pas être partout à la fois. On se les partage, ce qui est normal. Cela se ressent au niveau des quantités, je n’ai pas pu faire de livraison cet été, faute de suffisamment de stock à livrer, elle est reportée à l’automne…

Créations d’une bénévole, Rachel, pour l’opération Restos du Coeur organisée par Stella
  • Quels sont les besoins des Restos du Coeur?

Layette 0-3 mois (brassière, chaussons, bonnet) ;

Couvertures 90 x 60 cm ;

Turbulette

Paletots à capuche jusqu’à 2 ans ;

Doudous et anneaux de dentition normes CEE

Bavoirs

Vêtements d’occasion jusqu’à 2 ans

Pour les enfants jusqu’à 5 ans :

– pulls, cardigans ;

– pour l’hiver : bonnets, moufles ou gants, snoods.

Un grand merci à toi, Stella, pour cette participation à mon Interview Tricot! Je trouve ton implication et ta générosité exemplaires et je suis ravie d’avoir un peu participé à les mettre en lumière. C’est tellement inspirant!

Vous voulez découvrir davantage Stella? Allez visiter son joli blog et sa page Makerist pour découvrir ses beaux modèles. 😉

Si le Tricot Solidaire vous interpelle, vous pouvez lire cet article: Tricots Solidaires et cet Interview Tricot: Thali 

Si vous aimez les Interviews Tricot, vous pourrez en lire d’autres en suivant ces liens:

Si ce n’est déjà fait, n’hésitez pas à vous inscrire à la tricothèque pour profiter de son contenu. Vous serez ainsi au courant des nouveautés sur le blog, pour cela il suffit de cliquer sur l’image ci-dessous:

Click here to subscribe

 

18 Comments on Interview Tricot: Stella

  1. Bravo Stella ! je suis très admirative de personnes comme toi ! Malheureusement, il n’y en a pas assez ! C’est bien ce que tu fais pour les prématurés et aussi les sans abris, ils ont en tellement besoin ! Je te souhaite bon courage. Je t’embrasse

    • Merci beaucoup Claudine. Et pourtant j’ai toujours l’impression de ne pas en faire assez… il y a tellement de besoins partout ! En même temps je fais le maximum, compte tenu que je travaille à l’extérieur et que comme tout le monde j’ai eu une vie personnelle et familiale riche. C’est vrai qu’il n’y a pas assez de bénévoles pour couvrir les besoins de toutes les structures en France et au-delà, néanmoins je suis toujours étonnée positivement et très émue de voir que le tricot solidaire fédère du monde, et permet de jolies chaînes de solidarité ; on arrive tout de même à rassembler autour de nous pas mal de personnes, pour peu qu’on sache communiquer autour du projet, et que l’on soit disponible pour encadrer les bénévoles et générer une ambiance conviviale. C’est stimulant et émouvant pour tout le monde 🙂
      Grosses bises.

  2. Merci Aline pour l’interview de Stella.
    Depuis 2017 je participe à ses challenges , aux DDf et à la collecte pour les Restos du Coeur.
    Le blog et ses Rv sont devenus incontournables pour moi et je suis heureuse d’être devenue une de ces amies virtuelles dont parle Stella!

  3. Un énorme merci Aline pour cette interview joliment illustrée, à laquelle j’ai été ravie de participer. Merci également d’avoir mis en lumière mes actions, mon blog, et mon Makerist.
    Tes questions étaient bien ciblées et m’ont permis de développer sur ce sujet qui me tient à cœur.
    J’espère que ces interviews de Thali et moi inspireront d’autres tricoteuses/crocheteuses à se lancer dans le solidaire, et pourquoi pas à participer aux challenges proposés. Thali et moi essayons d’organiser des actions dans la plus grande convivialité et avec un encadrement assez pointu afin que chacune se sente accompagnée au mieux et prenne un maximum de plaisir.

    • Je suis heureuse de découvrir l’interview qu’Aline t’a accordé, j’ai pris plaisir à la lire même si je connais tout ce que tu fais … je suis toujours autant dans l’admiration face à toutes les causes pour lesquelles tu t’investis.
      Comme toi j’espère que les lectrices d’Aline auront envi de se joindre à nous pour découvrir tous les biens faits du tricot solidaire dans un cadre chaleureux. Bon tricot à toutes,

      • Merci à toi Thali de nous avoir mis en relation et j’espère effectivement que ces quelques articles donneront envie à plusieurs de participer, ne serait-ce qu’avec une petite paire de chaussons 🙂

      • Merci Thali 🙂 C’est très gentil 😉
        On ne parle pas très souvent du tricot solidaire sur la blogosphère, et cette série de billets me semble bien nécessaire et très à propos. Merci encore Aline.

    • C’était un vrai plaisir de te lire et je sais déjà que ton interview en a inspiré beaucoup 🙂 Belle continuation à toi et au plaisir de te retrouver tout bientôt!

  4. Bonjour
    Je viens de lire votre bel article , je découvre la solidarité, je tricote depuis…. ou la la !!
    Avec des aiguilles droites , je m’essaye aux aiguilles circulaires
    Je voudrais faire quelque chose à offrir

  5. Merci Aline d’avoir mis Stella à l’honneur c’est amplement mérité au vue de tout ce qu’elle fait, son dévouement pour les autres et sans failles.
    J’espère que les lectrices auront envies de nous rejoindre dans un projet solidaire, même si c’est pour un tout petit geste … les petits ruisseaux forment les grandes rivières.
    Au plaisir de te lire,
    Thali

1Pingbacks & Trackbacks on Interview Tricot: Stella

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *