J’adore tricoter toute l’année !

Mais pour les beaux jours, je tricote essentiellement à l’extérieur. J’emmène mon tricot partout en vadrouille avec moi. Je pratique le Tricot Nomade et j’adore ça.

Ici, je vais te présenter mes petites astuces pour rendre le tricot nomade plus agréable et plus facile. Puis je finirai sur la question du regard des autres.

Si toi aussi, tu aimerais voir plus de tricoteurs à l’extérieur, n’hésite pas à partager cet article : « Tricoter partout: mes 3 astuces préférées » .

Tricot au bord du Rhône

1) Tricoter en dehors de chez soi

J’aime emporter mon tricot avec moi lorsque je sors de la maison. J’ai remarqué qu’il me suivait à 3 « occasions » particulières. La première, c’est dans la voiture, la deuxième, ce sera dans les salles d’attente, et la troisième, c’est quand il fait beau.

a) La voiture

Pour ce qui est de la voiture, vous pouvez très bien avoir un projet uniquement pour la voiture si vous êtes une personne qui fait de nombreux trajets. Vous pourrez le laisser dans la boîte à gants, comme cela, vous êtes assurée d’avoir un tricot sous la main s’il y a un temps d’attente. Cela arrive assez souvent qu’on doive attendre dans notre voiture et je vous avoue que j’ai déjà tricoté dans les embouteillages (même si je ne suis pas sûre que ce soit autorisé, ça permet de vivre les embouteillages avec patience, mais restons avant tout prudentes !)

Témoignage de Christiane, une de mes élèves de la Classe « Mes Chaussettes Parfaites »

Si vous avez l’occasion d’être véhiculée, par exemple si c’est votre mari, votre femme ou votre chauffeur qui conduit, vous pouvez tricoter en tant que passager. Et ça, c’est vraiment le rêve ! Votre conducteur risque même d’apprécier que vous soyez concentrée sur autre chose que sur sa conduite. Moi qui réclamais à conduire auparavant car je trouvais que le trajet passait plus vite ainsi, désormais, je préfère être confortablement assise à tricoter. Avec votre tricot, la route pour aller chez Belle-Maman vous semblera désormais bien plus courte ! (trop courte peut-être même !)

b) Les salles d’attente


La deuxième occasion que j’ai pour tricoter à l’extérieur de chez moi, c’est dans les salles d’attente. En tant que maman, je dois accompagner mon fils sur des suivis réguliers. Pendant que je l’attends dans la salle d’attente, ou pendant que le praticien s’occupe de lui, je tricote tout simplement. Ce qui est amusant, c’est que comme ce sont des rendez vous réguliers, petit à petit, les gens me reconnaissent comme « la dame qui tricote ». Il y a eu beaucoup de conversations autour de mes tricots. Comme on croise souvent les mêmes personnes qui ont des rendez-vous réguliers sur les mêmes créneaux, elles me voient tricoter des petites mailles puis me voient porter les ouvrages qu’elles ont vu à l’état de projet. Cela crée un sujet de conversation original.

tricot-a-lexterieur-attente

Les enfants demandent souvent « Mais qu’est ce qu’elle fait la dame ? » C’est très mignon de les voir nous observer. lls essaient de comprendre de quoi il s’agit… Et oui, désormais, les enfants sont peu amenés à voir des gens tricoter. Je suis souvent la première personne qu’ils rencontrent avec un tricot dans les mains ! Effectivement, ça change du portable sur lequel se penchent désormais tous les adultes en salle d’attente.
Et moi, j’avoue que j’aime bien ça. Ça me crée un moment de détente rien qu’à moi, ça me met dans ma bulle et en plus, je vois mes projets avancer grâce à ça. Les suivis de mon fils me semblent moins lourds ainsi. C’est bien plus facile de les vivre avec le sourire grâce au tricot.

tricot-enfant

c) Tricoter aux beaux jours

Et la troisième pratique, c’est le tricot nomade aux beaux jours. Dès qu’il fait beau, j’emmène mes enfants en pleine nature. J’ai la chance d’habiter dans une région, la Drôme, qui est très jolie, donc que ce soit en forêt, au bord de l’eau, au bord d’un lac, j’ai toujours un moment tricot. Cela me permet de profiter de l’instant présent. Mes enfants sont également occupés à bricoler, faire des cabanes, creuser des trous, faire des châteaux de sable… Ils vivent de belles aventures et moi, je vois mes projets progresser.

Il faut être un peu plus adaptable en pleine nature. A la différence de la salle d’attente où tout semble prêt à accueillir la pratique du tricot, la Nature est un peu moins faite pour ça… J’ai pour habitude, d’emmener avec moi un plaid pour me créer un espace « sécurisé ». J’aime appuyer mon dos contre un arbre ou un rocher. Et c’est parti pour des centaines de petites mailles !

J’ai aussi un petit sac dans lequel est mis mon tricot et ma pelote. Quand je tricote, je ne sors donc pas ma pelote. J’ai seulement mon tricot dans mes mains et le fil est à l’intérieur du sac. Comme ça, il reste bien à l’abri.

Tricot au bord du Lac

Pour ce genre de projets en pleine nature, je choisis des modèles très simples, des ouvrages pour lesquels je ne vais pas avoir besoin particulièrement de patron. En fait, en extérieur, il y a beaucoup de stimulations, en particulier parce que je suis avec deux enfants alors je sais que je ne vais pas avoir l’attention nécessaire pour suivre un patron un petit peu compliqué. Personnellement, j’adore tricoter des chaussettes et des bonnets ou accessoires. Ils sont petits et ce sont des projets pour lesquels je n’ai quasi pas besoin de mesures et je maîtrise les explications sans avoir besoin de les regarder. (Ce sont les méthodes que je présente dans mes Classes « Mes Chaussettes Parfaites » et « Mes Bonnets Parfaits ».) Et comme ça, quand le froid est de retour, nous sommes bien équipés !

Si je veux tricoter un ouvrage un peu plus grand, comme un vêtement, je choisis un projet avec un fil qui se prête bien à la chaleur. Au printemps, en été, je choisis un fil qui est agréable à tricoter avec la chaleur. Par exemple le coton, le lin, le viscose, le bambou, se prêtent bien au tricot printanier et estival. Tout ce qui est fil à poils, j’évite absolument parce que ce n’est pas du tout agréable à tricoter quand il fait chaud. Désormais toutes les grandes marques de fils ont une collection pour les beaux jours. C’est un bonheur de découvrir ces fils compatibles avec la chaleur.

Tricot avec le coucher de soleil au bord du Rhône

2) Oser tricoter à l’extérieur

Beaucoup de personnes n’osent pas tricoter à l’extérieur par peur du regard des autres. Je souhaite donc ajouter quelques mots pour vous motiver encore un petit peu plus si ce n’est déjà fait.
C’est vrai que moi aussi, au début, j’avais un peu peur de tricoter à l’extérieur parce qu’effectivement aujourd’hui c’est assez hors du commun. En fait, il y a très peu de personnes qui tricotent à l’extérieur. D’ailleurs, c’est très rare que je croise une autre tricoteuse et encore moins un autre tricoteur.

Je ne sais pas si c’est parce que les personnes n’osent pas ou si c’est parce qu’elles ne pensent même pas à la possibilité de tricoter partout. Pourtant le tricot a toujours été un art du fil nomade. Pensons aux bergers et bergères qui tricotaient ou aux marins qui ont fait voyager les différentes pratiques du tricot en les transmettant. Ce que j’aime beaucoup dans le tricot, c’est justement le fait que je puisse le pratiquer partout et tout le temps. Mon antistress naturel m’accompagne dans toutes mes aventures, c’est formidable.

Tricot dans le Site antique d’Alba La Romaine

Pour ce qui est du regard des gens, en fait, j’ai toujours eu de bons retours.

Le plus souvent, les personnes s’en fichent royalement. Ou alors les gens sourient simplement. Ou encore cela permet d’engager la conversation. Globalement, je peux affirmer que ça fait plaisir aux personnes qui passent par là de nous voir tricoter. Je pense que le tricot est vu plutôt positivement. Ce qui est assez logique, hi hi.
J’aime bien l’idée que les enfants voient quelqu’un tricoter. Je trouve ça chouette que dans notre société, les enfants puissent voir autre chose que des adultes sur leur portable. J’aime bien aussi l’idée que pour certaines personnes, ça leur donne des idées à elles aussi. Je trouve que dans la société actuelle, c’est aussi un beau geste à faire. Un geste tout simple mais qui peut faire beaucoup de bien.

Les valeurs du tricot sont si belles que c’est un plaisir de les vivre à l’extérieur également. Simplicité, douceur, patience, tranquillité, précision… Ce sont des valeurs à répandre joyeusement, non ?

Tricot à la Bastille de Grenoble

Si cet article vous a plu et que vous souhaitez en lire d’autres, rendez-vous sur le Sommaire du Blog.

Si vous débutez le tricot et voulez apprendre de bonnes bases, voici mon Challenge Gratuit spécial Grands Débutants.

Si vous voulez améliorer vos finitions, voici le Challenge Finitions Parfaites, Gratuit également.

Joyeux tricot, et à bientôt !

Cet article a été réalisé à partir de cette vidéo:



1 Comment on Tricoter partout: mes 3 astuces préférées

  1. Très joli article,
    Personnellement je tricote souvent dans le train et il n’est pas rare qu’on m’adresse la parole pour quelques échanges sympathiques !
    Marie-Madeleine

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *