Je suis une grande fan de tricot comme on peut s’en douter en parcourant ce blog.

Pour moi, le tricot est une telle source de bonheur et d’apaisement au quotidien que j’ai vraiment envie d’encourager ceux et celles qui veulent apprendre. 

Je sais bien que les débuts ne sont pas toujours faciles mais la passion finit vite par prendre le dessus.

Le principal, c’est de persévérer sur les premiers rangs et les premières mailles.

Nous avons toutes commencé un jour et nos débuts n’ont pas toujours été à la hauteur des résultats espérés… Mais c’est normaaal!

J’ai tourné cette vidéo pour soutenir tous ceux et celles qui ont très très envie de se lancer dans les joies du tricot.

Ce sont 5 conseils que j’avais envie de partager avec les débutants.

 

J’ai créé un Challenge Tricot, parfaitement gratuit pour les motivés qui sentent que c’est le bon moment pour eux de découvrir comment on monte les mailles, comment on tricote des rangs (point mousse, point jersey, côtes) et comment on obtient de belles finitions.

C’est donc un Challenge Grands Débutants.

Pour le rejoindre, il suffit de cliquer ici: Je veux rejoindre le Challenge! 

Ces derniers jours, j’ai eu plaisir à partager mes débuts parfois chaotiques avec ma communauté de tricoteuses.

J’ai reçu de nombreux témoignages en retour que j’ai adoré lire.

Je les partage ici car j’imagine que je ne suis pas la seule à apprécier ce type de témoignages.

J’aime me dire que le tricot est un art millénaire avec cette si belle transmission qui s’est faite génération après génération.

J’aime lire ces messages qui nous permettent de retrouver ce lien avec les générations précédentes, ces femmes qui ont eu la patience d’enseigner aux petites filles ou jeunes filles que nous étions, ces moments bénis où la magie opérait… 

Une maille par ci, un rang par là…

De la douceur, un sourire, un petit coup de pouce…

et nous voilà entrer dans la ronde, dans la grande famille des tricoteuses de ce monde. 🙂

mamie et tricot

Le témoignage de Céline

J’ai commencé à tricoter vers 5 ou 6 ans. Notre voisine avait une fille de mon âge. Nous avions 3 jours de différence… Elle lui a acheté de la laine et des aiguilles pour lui apprendre à tricoter. Il m’en a fallu à moi aussi. Maman m’en a donc acheté et nous avons appris à tricoter ensemble Huguette et moi. A l’école, on avait des cours de tricot et de couture dès la première année. Je me rappelle qu’en 1ère année nous avions un carton avec un animal qui avait des trous autour de l’animal. Moi, j’avais un petit canard. Avec un fil et un petit bout pointu, on faisait le tour du canard. J’ai trouvé cela amusant et j’ai toujours continué à coudre et à tricoter. J’aurai 80 ans dans quelques semaines et je continue encore…

Le témoignage de Marité

J’ ai 80 ans demain et je tricote et coud encore.Je suis en  train de faire un pull avec un modèle pris sur Internet. Moi aussi j’ai beaucoup appris de ma “mamé”.Je m’asseyais à ses pieds sur un petit tabouret. Elle me recommandait de bien finir mon travail pour que l’envers soit aussi joli que l’endroit. Elle m’a appris beaucoup de détails.Bravo à vous, de transmettre ainsi ce que vous savez. Je ne sais pas si ce petit mot vous parviendra. je ne suis pas très calée en informatique. Quand mon pull sera terminé j’essaierai de vous le transmettre en photo. Ma fille m’aidera.. Bravo et courage à celles qui se lancent..On est heureuse de voir sortir quelque chose de nos mains.

Le témoignage de Françoise

Bonjour à toutes les tricoteuses

j’ai été très heureuse de lire le message de Céline car ça m’a rappelé mon enfance .Moi aussi j’a appris à tricoter à 6 ans et en gardant les moutons ….mes parents avaient un hôtel dans les gorges du Tarn et n’avaient pas le temps de s’occuper de moi, j’allais donc garder les moutons avec ma voisine. Elle se prénommait marie rose, elle avait 10 ans de plus que moi et cousait des gants tout en surveillant le troupeau, grâce à elle je sais coudre les gants et tricoter

j’ai 81 ans, j’aime toujours le tricot et me souviens avec émotion de ces bon moments passés avec mon amie aujourd’hui disparue. 

Le témoignage d’Anne-Marie

 J ai eu 80 ans en 2018, mes grands parents maternels étaient agriculteurs, je passais en étant enfant ,toutes mes vacances scolaires a la ferme. Ma grand mère gardait les chèvres et tricotait pendant ce temps des culottes en coton et aussi des gants de toilette. Ce fut mon premier chef d œuvre (lol) j avais 6 ans, après quelques rangs de point mousse, c’était du jersey jusqu’à un certain nombre de cm où il fallait faire un autre rang mousse pour marquer le milieu. Je voulais faire le gant pour moi parce que mes mains étaient plus petites que celles des adultes, ma grand mère n’a jamais cédé, et il a fallu plusieurs vacances avant que j’arrive à terminer ce gant. 

Ensuite, à mon entrée en 6ème, nous avions des cours de tricot, et là j’ai fait une brassière ( en rangs raccourcis) et une paire de chaussons, j’ai eu le premier prix.

Depuis je tricote toujours, je fais aussi du crochet et de la couture, ma maman tricotait aussi beaucoup. Peut on dire que les travaux d’aiguilles sont héréditaires ?

Le témoignage de Rachelle

Ha! ha! j’ai souri en lisant ton apprentissage en tricot. Laisse-moi te raconter le mien, tu souriras à ton tour.

Nous avions au Québec de l’enseignement ménager à l’école, en 2ème année, nous avions des fruits et légumes à coudre avec des trous ……tout allait bien. La 3ème le tricot commence, pas facile pour moi, même si ma mère me conseillait.

4ème un bonnet de bébé, je continue mes efforts, 5ème c’est là que tout m’embête, mitaines & bas, alors non pas pour moi. J’ai perdu mon tricot (je l’avais caché) j’ai dis à ma mère qu’il était perdu……j’ai donc cessé le tricot. Je voyais cependant ma grande sœur  tricoté de la jolie layette pour bébé et j’aimais beaucoup être près d’elle et la regarder. Les années passent et le tricot n’est toujours pas dans mes idées. Ma passion c’est la couture, courtepointe, vêtements pour mes fils, déguisements pour les fêtes etc……puis un jour je vois de très beaux tricots sur internet, je veux tricoter ces beaux châle, ces belles couvertures afghanes ….c’est alors que tout commence et de pas à pas (j’ai 45 ans à ce moment) de facile à encore plus compliqué  …. je persévère, je continue, j’ai ma fameuse paire de bas….. Et un jour j’y suis enfin, et je continue pour  arriver enfin au fameux châle que je désirais tant tricoter  pour ma mère. Mon aide, ce sont des livres expliquant les mailles ….et cela devient ma nouvelle passion, je continue la couture pour mes petits enfants, (60 ans et des poussières)… ils sont aussi enveloppés de tricots que mamie leur tricote selon leur demande, chandail de hockey, des tuques de super héros….je ne leur refuse rien c’est mon plaisir…ma passion, et j’ai tant plaisir à offrir. 

Voilà ma petite histoire 

 

 

Le témoignage d’Hélène du haut de ses 88 ans

Oui je me souviens très bien de mes débuts de tricoteuse ! j’avais 7/8 ans et dès que j’ai su faire maille endroit / maille envers, j’ai vite tricoté pour mes poupées, puis à l’école (le jeudi matin, on allait à l’école pour le “travail manuel”, je me suis fait une écharpe en fausse côtes anglaise elle était bleu roi avec des franges oranges!! j’ai encore mes premières aiguilles, du 4, et la petite valisette longue en carton (qui imite le cuir marron) !

Puis la guerre venue on a tricoté pour les soldats, les prisonniers; les plus jeunes tricotaient des écharpes simples dont on nous avait donné les explications = côtes 1/1 ou point mousse, les plus “expérimentées, faisaient les côtes pour les chaussettes et les moufles ou gants et le reste par les “grandes et les “très douées” !! Pour les pulls je ne sais qui les faisaient, mais je me souviens qu’on parlait parfois de pulls dans des colis! S’il y avait parfois de la laine neuve, il y avait aussi de la laine détricotée, comme pour nous même ..Mes souvenirs de laines neuves achetées, ça remonte à “l’après guerre” dans les années peut être fin 48/50. Quand je me suis mariée en 52, je me suis encore détricotée un pull pour le “faire neuf”..! loin du gaspillage de maintenant ..!!

Le témoignage de Nadine

Cela me fait penser également à ma grand-mère qui m’a appris le point de croix et un peu le tricot, mais j’avais des difficultés avec le tricot c’était un peu compliqué pour moi et je perdais vite patience ! Mais quelques années plus tard, cette envie de tricoter est apparue comme une évidence. Ce qui prouve que le peu que j’ai appris étant petite a fait son effet et chaque fois que je tricote, je ne peux m’empêcher de penser à ma grand-mère qui pensait à l’époque que c’était peine perdue! Si seulement elle pouvait me voir de là -haut, je pense qu’elle aurait beaucoup de plaisir de voir que j’ai une vraie passion ! Peut-être est-t-elle à côté de moi pour m’encourager ! Il me plaît en tout cas à le penser!

Voilà, voilà, j’ai reçu bien d’autres témoignages mais j’en garde certains rien que pour moi, hi hi.

Je remercie toutes celles qui ont su nous partager leurs débuts tricotesques!

Et un grand merci à toutes ces mamans et grands-mamans qui ont été présentes à nos côtés pour nous transmettre ce savoir faire si précieux!

N’hésitez pas à partager vos premiers pas dans le tricot

dans les commentaires!

30 Comments on Apprendre les bases du tricot :)

  1. magnifique je suis mamie et j’ai appris à tricoter à mon petit fils qui venait en vacances ,il se débrouille bien maintenant qu’il travaille il à laissé le tricot ,mais plus tard il va certainement si remettre
    merci pour tout ses messages

    • Bravo pour cette belle transmission! Je suis contente pour lui! C’est sûr qu’il s’y remettra, une fois qu’on a appris, on a toujours des envies d’instants tricot dans la vie. 😉

  2. Bonjours les amies ; Moi je m’appelle Odette. je suis une nouvelle dans le groupe, moi j’ai 52 ans. Ma maman tricotait aussi elle faisait de la layette pour mes neveux et nièces. Et pour les poupées qu’elle a toujours gardées. J’ai perdu ma maman le 14 novembre 2018 à l’âge 87 Ans. Moi les travaux manuels, je les ai appris toute seule sans l’aide de personne.
    Bisous à vous tous.

  3. Bonjour
    Mon fils me demande à apprendre à tricoter. Mais il est gaucher.
    Ma maman n’a jamais voulu m’apprendre à tricoter, car elle était gauchère.
    J’ai appris un peu avec ma grand-mère et ma nourrice (on dit assistante maternelle maintenant), et beaucoup toute seule avec les catalogue, et du coup, je tricote mais pas de manière ordinaire, en utilisant mes deux mains.
    Ma question est : gaucher / droitier, est-ce une vraie différence au tricot ?

    • Oui, à mon avis ça fait une réelle différence mais je pense qu’on peut toujours montrer à une personne qui fonctionne différemment. Surtout dans le sens droitier vers gaucher car les gauchers sont tellement habitués à s’adapter qu’ils réussissent à trouver leur propre manière de faire. Surtout si c’est un gaucher très motivé! C’est bien de le prévenir qu’il devra trouver sa propre manière de faire.

  4. bravo pour ton initiative ! je tricote depuis que je suis enfant, j’ai 58 ans et je continue. Quand je n’ai pas de projet tricot, ou entre deux projets, je tricote des mini bonnets pour les petits frères des pauvres… A bientôt !

  5. Coucou Aline ! Mes débuts furent laborieux lol Je devais avoir 7/8 ans peut-être et j’ai voulu apprendre à tricoter pour pouvoir me faire une écharpe ! Une écharpe que j’aurai fabriqué de mes mains ! Je me suis naturellement tournée vers ma maman (car mes 2 grands-mères, l’une étant décédée et l’autre ne sachant pas tricoter) qui m’a monté les mailles dans un premier temps, puis m’a montré comment faire le “fameux” point mousse. 1er rang, pas de soucis. les 5 autres non plus d’ailleurs. Mais à partir du 6ème, là, c’est le drame ! Je perds des mailles que je n’arrive bien sur pas à récupérer… Maman à l’aide !!!! Elle me reprenait mes mailles perdues… Mais ma patience à eu raison de ma fierté de terminer ma belle écharpe… Au bout d’un moment, j’ai laissé tombé. Je me suis dis: le tricot c’est pas pour moi !!!! Et quand il y a 2/3 ans, ils ont sorti un kit “tricot facile” avec des fiches explicatives “comment monter des mailles”, etc… avec des fiches, des aiguilles et 2 pelotes de laine incluses dans le kit, je me suis dis, ça, ça me convient !!!! j’ai acheté le 1er numéro (puis le 2ème) et depuis, j’ai réussi à faire ma 1ère écharpe 🙂 et des bonnets, des chaussettes, des mitaines pour l’été, des snoods, etc… je suis fière de moi ! j’adore le tricot maintenant ! (mon homme est désespéré lol y’a des pelotes de laine partout dans la maison !) je fais également des DIY et de la couture. (Vive Pinterest !) @ bientôt 😉

    • Hihi Amanda, ton histoire me parle beaucoup! C’est trop chouette que tu ais fini par trouver la façon d’apprendre qui te convenait à 100%! Bravo pour ta persévérance!

    • coucou Aline bonjour moi je tricote aussi pleins de petites choses
      petit chatons echapes petits lapins avec beaucoup de Pinterest ET JE FAIS peres noel avec des bouchons en liege

  6. Je suis du Québec. J’ai appris à tricoter et coudre lorsque très jeune. Puis ma mère s’est achetée une machine à tricoter les bas…Elle en faisait pour le voisinage, donc je m’y suis mise aussi vers 12-13 ans… Poursuivant mes études, pendant quelques années ce fut mis de côté. À l’école normale j’ai repris car il fallait alors l’enseigner au primaire. De 1961 à 2015, pour différentes raisons j’ai cessé….Puis, l’idée m’est revenue de faire cela comme détente… Et j’ai revu mes notions avec un vieux manuel et quelques nouveaux livres. Maintenant à 80 ans je fais tricot et crochet,,, Je viens de réussir un talon de bas… Youpi! J’ai u avec intérêt tous les commentaires ci-haut…Bravo à NOUS toutes. C’est passionnant et «détendant»!

    • Merci Marie-Thérèse pour ce témoignage! C’est intéressant ton parcours avec des périodes sans et des périodes avec le tricot 🙂 Bonne continuation!

  7. Moi j’ai commencé à l’école en 2ème année à tricoter, faire du petit point et habillée des cintres. Ma grand-mère maternelle donnait à ses petits enfants des bas à tous les noël. J’ai recommencé à tricoter quand j’ai eu des enfants: des tuques, mitaines, cache cous et gilet. Et plus vieux, ils me demandent encore des choses. J’ai montré à ma fille comment tricoter des foulards et cette année à tricoter des tuques et ma belle fille m’a demandé de lui montrer comment tricoter. J’ai fait un AVC en 2017 et j’étais complètement paralysé sur le côté droit, il a fallu que j’apprenne à parler, écrire et marcher. Ma ergo m’a demandé de faire un projet en tricot pour la dextérité, j’ai fait des lavettes, j’ai défait et recommencé. Je peux vous dire que c’est bon pour la dextérité et aussi pour la mémoire . Je suis plus slow mais je tricote.

  8. magnifique temoignages!! et super pour ton blog!
    c’est beau de voir comment tu es dans la simplicité!
    bravo!! pour tous ces échanges!!
    merci
    bonne continuation

  9. Bonjour, moi je me suis inscrit car je veux apprendre à faire des gilets, des poupées et bien autres choses que des couvertures ou des bas. Mercis!

  10. Bonjour. Je ne suis pas experte en tricot, surtout pour transformer un modèle en taille plus petite. Je cherche un gilet top down 2 ans tricoté en 2 ans avec des aiguilles 3,5, laine BdF idéale. J’ai cherché, cherché mais les modèles sont trop compliqués.
    Auriez vous quelque chose de simple à me proposer ? (surtout pas d’anneaux marqueurs) !!
    merci par avance Michèle

  11. bonjour Aline ,je suis intéressée. pour votre livre mais impossible maintenant mais une chose je le veux dans le futur je suis en plein déménagement

    je vous remercie de votre attention

    bisous louise

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *